CONFÉRENCE : Les invités des Palabres – soirée consacrée à la traduction en France de la poésie centre-européenne

Date et Lieu : 9 décembre 2014 à 19h – Ambassade de la République de Croatie, 7 square Thiers, 75116 Paris.

Merci de confirmer votre présence au 01.53.70.02.76 ou par mail vrh.pariz@mvep.hr

Soirée animée par Guillaume Métayer (chercheur au CNRS, traducteur, spécialiste de littérature française et centre-européenne)

Une table ronde réunira les traducteurs qui présenteront l’actualité éditoriale dans ce domaine et débattront de la situation de la poésie centre-européenne sur le marché français.

Domaine autrichien
Présenté par Jean-Yves Masson (professeur à l’Université Paris-Sorbonne, traducteur et éditeur de poésie) : Numéro spécial de La Revue de Belles-Lettres, (138e année, 2014, 1), consacré à l’Autriche (Aichinger, Trakl).

Domaine croate
Présenté par Borka Legras et Yves-Alexandre Tripkovic :
• Radovan Ivsic, Poèmes, traduits par l’auteur, Paris, Gallimard, 2004.
• Drago Stanbuk, Pierres Nocturnes, Paris, Caractères, 2008.
• Zvonimir Mrkonjić, Llittérature live : Les Sonnets de Šipan, plaquette bilingue, Zagreb, 2013.
• Matoš, Antun Gustav (1873-1914) La rose mystérieuse, choix et traduction par Jugoslav Gospodnetić, Ottawa, Dominis publishing, 2014.

Domaine hongrois
Présenté par Guillaume Métayer :
• András Gerevich, Les confessions de Tirésias. traduction anglaise par l’auteur et française par Brigitte Gyr, Remoulins-sur-Gardon (Gard), Éditions J. Brémond, 2014.
• Revue Place de la Sorbonne.
• Attila József, Ni père ni mère, Paris, Sillage (2010) et Le Mendiant de la beauté, Pantin (Seine-Saint-Denis), Le Temps des cerises (2014).

Domaine polonais
Présenté par Isabelle Macor-Filarska  et Michel Masłowski :
• Czesław Miłosz, Traité de Poésie : l’apprenti, avec commentaires de l’auteur, traduit du polonais par Jacques Donguy et Michel Masłowski, suivi de l’étude “Le Poète face au néant” de Michel Masłowski, Paris, Honoré Champion, 2013. Présenté par Michel Maslowski, professeur à l’Université Paris-Sorbonne, traducteur, et Jacques Donguy, traducteur.
• Ewa Lipska, L’Orange de Newton, traduit du polonais par Isabelle Macor-Filarska avec la collaboration d’Irena Gudaniec-Barbier, Amay (Belgique), L’Arbre à paroles, 2012.
• Zbigniew Herbert, « Épilogue de la tempête », précédé de « Élégie pour le départ » et « Rovigo » traduit du polonais par Brigitte Gautier, Œuvres poétiques complètes, Volume 3, Paris, le Bruit du temps, 2014.

Domaine slovène
Présenté par Guillaume Métayer :
• Tomaž Šalamun,
– L’Arbre de vie, traduit du slovène par Zdenka Štimac, Montreuil, Éditions franco-slovènes & Cie, 2013 ;
– Ambre, traduit du slovène par Zdenka Štimac, Montreuil, Éditions franco-slovènes & Cie, 2013.
• La parole te retrouve, anthologie franco-slovène imprimée par Beletrina (Ljubljana) à l’occasion de la tournée des poètes slovènes en France, octobre 2014.
• Poèmes d’Aleš Šteger paru dans Europe, Place de la Sorbonne, la Revue des Belles-Lettres.

Domaine tchèque
Présenté par Jean-Gaspard Páleníček :
• Miloš Doležall, Ici et là, traduit du tchèque par Jean-Gaspard Páleníček, Les Cabannes, fissile éditions, 2014.
• J.H. Krchovský, Bestiale tendresse, traduit du tchèque par Jean-Gaspard Páleníček, Les Cabannes, fissile éditions, 2014.

Domaine yiddish
Présenté par Gilles Rozier :
• Reyzl Zychlinsky, Portes muettes, poèmes traduits du yiddish par Rachel Ertel, Paris l’Improviste, 2007.
• Le dossier « Traduire du yiddish » paru dans la revue Translittérature n°43, été 2012.
• Avrom Sutzkever, Aquarium vert : récits brefs (édition bilingue de poésie en prose), Paris, éd. Bibliothèque Medem, 2013.

Avec le soutien de l’Ambassade de la République de Croatie en France,
sur l’initiative du CIRCE (Centre Interdisciplinaire de Recherches Centre-Européennes) de l’Université de Paris-Sorbonne et l’Association Adice.

Organisation: Aurélie Rouget-Garma, Université Paris-Sorbonne et CIRCE, Aurelie.Rouget-Garma@paris-sorbonne.fr
Coordination: Malgorzata Smorag-Goldberg, Université Paris-Sorbonne et CIRCE, maougocha@usa.net
en collaboration avec les instituts polonais et hongrois, la Maison de la culture yiddish, la Maison Heinrich Heine, le Centre tchèque, le Forum culturel autrichien, l’Association des amis du roi des Aulnes.

Tadeusz Boy-Zelenski aujourd’hui — 12-13 décembre 2014

Boy-Zelenski

Dates et lieux : vendredi 12 décembre – Inalco (matinée) et Bibliothèque polonaise (après-midi) et samedi 13 décembre 2014 – Paris 4-Sorbonne, salle des Actes.
Organisé par l’Institut national des langues et civilisations orientales, la Société historique et littéraire polonaise, le Centre de Civilisation Polonaise de Paris-Sorbonne.
Conception et organisation : Marek Tomaszewski et Leszek Kolankiewicz.
URL : http://www.inalco.fr/evenement/tadeusz-boy-zelenski-aujourd-hui

Programme

Vendredi 12 décembre – Amphithéâtre 8, INALCO, 65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris – 9h00-13h00

9h15 Accueil des participants
9h30 Ouverture du colloque : M. Aboubakr Chraïbi, vice-président du conseil scientifique de l’INALCO (en présence des organisateurs).
Allocution de la directrice du centre de recherche : Catherine Servant (CREE/INALCO).

Tadeusz Boy-Żeleński, la culture, la littérature et la société polonaises
Présidence : Maria Delaperrière, INALCO, SHLP
10h00-10h30 – Krzysztof Zajas (Université Jagellonne de Cracovie), « Aux prises avec la polonité: Boy et Mickiewicz ».
10h30-11h00 – Piotr Biłos (INALCO), « Boy critique littéraire a-t-il lui aussi été progressiste ? »
11h00-11h30 – Marek Tomaszewski (INALCO), « Tadeusz Boy-Żeleński aux yeux d’Antoni Słonimski (Chroniques hebdomadaires 1927-1939) ».
Pause café : 11h30-12h00

Présidence : Małgorzata Smorąg-Goldberg, (Paris-Sorbonne, CIRCE/Eur’Orbem)
12h00-12h30 – Stanley Bill (University of Cambridge), « Boy, l’homosexualité et la Pologne contemporaine ».
12h30-13h00 – Anna Turczyn (Université Jagellonne, Cracovie), « Le sens de l’humour de Boy. Lecture psychanalytique »
13h00-14h45 Pause déjeuner

Bibliothèque Polonaise, 6 Quai d’Orléans, 75004 Paris – 14h45-19h00 14h45 / Accueil des invités par C. Pierre Zaleski, Président de la SHLP et de la B.P.P.

Boy et ses interlocuteurs (filiations, parallèles, affinités, polémiques, contextes)

Présidence : Leszek Kolankiewicz (Université Paris-Sorbonne)
15h00-15h30 – Anna Nasiłowska (Institut de Recherches Littéraires, Varsovie), «Tadeusz Boy-Żeleński et Stanisław Cat-Mackiewicz : deux exemples de francophiles polonais ».
15h30-16h00 – Bernadette Bost (Université Lumière Lyon 2), « Boy-Żeleński et Przybyszewski ».
16h00-16h30 – Mateusz Chmurski (Université de Nancy 2) « Boy et Irzykowski ».
Pause-café : 16h30-17h00

Présidence : Agnieszka Grudzińska (Université Paris-Sorbonne, CIRCE/Eur’Orbem)
17h00-17h30 – Jarosław Fazan (Université Jagellonne de Cracovie), « Boy lisant Witkacy (sur les avant-gardes) »
17h30-18h00 – Michał Sutowski, (Krytyka Polityczna, Varsovie), « Un radical à notre mesure. Tadeusz Boy-Żeleński face à Stanisław Brzozowski ou la conquête des âmes de l’intelligentsia polonaise ».
18h00-18h30 – Iryna Dmytrychyn (INALCO), Boy-Żeleński et les professeurs polonais, victimes des nazis à Lvov.
18h30-19h00 Discussion et bilan de la journée.

Samedi 13 décembre – Université Paris-Sorbonne, Salle des Actes – 54, rue St Jacques, 75005 Paris – 09h45 – 18h00

09h45 Accueil des participants par la présidence de l’Université Paris-Sorbonne.

Comment traduit-on après Boy ?
Présidence : Marek Tomaszewski (INALCO, CREE)
10h00-10h30 – Tomasz Stróżyński (traducteur) «Traduire ou ne pas traduire après Boy».
10h30-11h00 – Jakub Majmurek (« Krytyka Polityczna », Varsovie), « Du post- structuralisme au réalisme spéculatif : la carte de la réception de la philosophie française contemporaine».
Pause-café : 11h00-11h30 Présidence : Catherine Servant (INALCO, CREE)

11h30-12h00 – Piotr Szymanowski (traducteur) « Traduire le théâtre. De Potocki à Koltès ».
12h00-12h30 – Magdalena Kamińska-Maurugeon (traductrice) « Prix Goncourt contre littérature populaire. Défis et stratégies de la traduction ».
12h30-14h30 Pause déjeuner

Présidence : Marie Vrinat-Nikolov (INALCO, CREE)
14h30-15h00 – Kinga Siatkowska-Callebat (Université Paris-Sorbonne) « En Pologne c’est-à-dire quelque part. Le fonctionnement culturel d’une traduction ».
15h00-15h30 – Krzysztof Rutkowski (Université de Varsovie) « La tâche du traducteur. Danser avec Quignard ».
15h30-16h00 – Marek Bieńczyk (Académie polonaise des sciences) « Mes expériences de traducteur ».
Pause-café : 16h00-16h30

Boy et les canons de la traduction de la littérature française dans d’autres pays d’Europe centrale

Présidence : Stéphane Sawas (INALCO, CERLOM)
16h30-17h00 – Frosa Pejoska (INALCO) « Pourquoi et pour qui diffuser la culture française en Europe centrale au début du XXe siècle ? Sur l’exemple de Boy Żeleński et Georgi Soptrianov ».
17h00-17h30 – Ildico Jozan (Université de Budapest, Université de Strasbourg) « Canons littéraires et politiques. La culture française de Dezso Kosztolanyi et de Boy-Żeleński ».
17h30-18h00 Discussion et conclusion du colloque

Argumentaire

Il s’agit bien d’une figure incontournable pour les contacts culturels entre la Pologne et la France. Traducteur, critique de théâtre, polémiste virulent, coryphée de l’intelligentsia libérale et démocratique. Propagateur de la culture française en Pologne, enfant terrible de la littérature polonaise, animateur du célèbre cabaret satirique de Cracovie « Zielony Balonik » (Le Ballonet vert), infatigable essayiste, voire directeur littéraire du Théâtre Polonais à Varsovie, journaliste provocateur et défenseur de mœurs progressistes, médecin pédiatre par-dessus le marché, Tadeusz Boy-Zeleński apparaît avant tout à nos yeux comme le plus grand traducteur de la littérature française dans sa langue (plus de 100 vol. de textes allant de la Chanson de Roland et de Tristan et Iseut jusqu’aux premières décennies du XXe siècle). Sans parler de centaines de comte-rendus de pièces théâtrales dont une partie saillante forme le recueil intitulé Le Flirt avec Mélpomène.

Ce personnage public et acteur des trois premières décennies du XXe siècle, auteur de Słówka (Petits mots, 1913), devenus proverbiaux, était aussi compagnon du patron spirituel de la Moderna européenne Stanisław Przybyszewski et ami proche du dramaturge polonais Stanisław Wyspiański (la femme de Boy- Zelenski, Zofia Pareńska, a inspiré le personnage de la « belle Zosia » dans les Noces).

Ses nombreuses études littéraires combattaient des clichés et des stéréotypes lénifiants et réducteurs : Brązownicy (Les Doreurs), 1930, Obrachunki fredrowskie (Règlement de compte avec Fredro), 1934. Ses écrits consacrés aux plus grands auteurs français ont façonné pendant des décennies l’imaginaire des lecteurs polonais. Quelques-uns de ses essais ont constitué des volumes entiers : ce fut le cas de ceux consacrés à Molière, à Balzac ou à Proust. En tant que médecin et journaliste, Boy (pseudonyme humoristique) se dressait avec verve contre les autorités conservatrices et le clergé hypocrite, en réduisant à néant les jugements vétustes. Pourtant, son illustre contemporain, Witold Gombrowicz, même s’il lui vouait une certaine reconnaissance, lui reprocha pour sa part un certain laïcisme plat et l’ignorance de l’aspect tragique et mystérieux de l’existence humaine. Serions-nous toujours tentés de faire le même constat que Gombrowicz ? Quel regard pouvons-nous porter de nos jours sur la campagne de Boy en faveur de la liberté sexuelle, de la contraception et de la maternité voulue ?

L’œuvre de passeur de la culture française en Pologne s’est enrichie en outre d’une biographie de l’épouse française du roi Sobieski, Marysienka (Marie de la Grange d’Arquien). Rappelons que Boy-Zelenski effectua plusieurs longs séjours en France, en partie sous les auspices des « Amis de la Pologne », qu’il reçut en 1914 les Palmes Académiques et la croix d’officier de la Légion d’honneur en 1934. Nous pourrions donc nous demander si, hormis une rue et une école maternelle qui portent son nom dans le 10ème arrondissement de Paris, il existe d’autres traces visibles de sa présence, de ses aventures intellectuelles (et de ses recherches et contacts médicaux) en France.

En ce 140 Anniversaire de la naissance de l’écrivain et homme d’action polonais il serait peut-être bon de nous demander en quoi ce dernier mérite encore l’estime de notre temps. Y-a-t-il eu dans un autre pays d’Europe un écrivain et un ambassadeur de la culture française qui connut un destin semblable au sien ? Nous collègues des autres aires culturelles pourront répondre à cette question. Rappelons en outre que ce partisan d’un portrait de l’écrivain en robe de chambre, non juché sur un socle, grand amateur des cabarets aussi bien cracoviens que parisiens, mourut tragiquement, fusillé par les nazis en 1941, le lieu de son inhumation restant inconnu jusqu’à aujourd’hui. Comment, avec le recul nécessaire, pouvons-nous définir son activité intellectuelle en Pologne d’avant-guerre, dans ce pays où, selon la formule d’un poète plaisantin « il y avait trop d’eau bénite et trop peu de savon ordinaire » ?

Ce colloque aura également comme but, et ce sera principalement la contribution du Centre de Civilisation Polonaise de la Sorbonne, d’aborder lors de cette rencontre autour de l’œuvre de Boy-Zelenski, le volet contemporain de la traduction de la littérature polonaise en France et de la littérature française en Pologne.