Funding programme “GEOP Interdisciplinary Research Workshops 2020”

Galerie

The POLIN Museum of the History of Polish Jews – through the Global Education Outreach Program – invites scholars and academic institutions to propose three-day research workshops to be held at POLIN Museum. GEOP Interdisciplinary Research Workshops may be devoted … Continuer la lecture

Appel à communication : The Center for Austrian Studies at the Sixteenth Century Society and Conference

Galerie

The University of Minnesota’s Center for Austrian Studies invites abstracts (up to 250 words) for individual papers or sessions for the Sixteenth Century Society and Conference’s annual meeting to be convened in St. Louis, 17-20 October 2019. Papers are encouraged … Continuer la lecture

Représenter la Shoah après 1989 : idées, poétiques, images. Entre la France et la Pologne

Dates et lieux : Paris, 5-7 février 2015 – Université Paris-Sorbonne / Varsovie, 24-26 septembre 2015 : Université de Varsovie

Colloque international

Comité scientifique sous la direction de : Agnieszka Grudzinska (Université Paris-Sorbonne)
Kinga Callebat (Université Paris-Sorbonne)
Catherine Coquio (Université Paris Diderot – Paris 7)
Luba Jurgenson (Université Paris-Sorbonne)
Leszek Kolankiewicz (Centre de civilisation polonaise, Université Paris-Sorbonne)
Iwona Kurz (Université de Varsovie)
Sylvie Lindeperg (Université Panthéon-Sorbonne – Paris I)
Philippe Mesnard, (Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand)
Alina Molisak (Université de Varsovie)
Jean-Yves Potel (Mémorial de la Shoah)

Coordination :
Anna Ciesielska (Université Paris-Sorbonne), Anna.Ciesielska@paris-sorbonne.fr
Aurélie Rouget-Garma (Université Paris-Sorbonne), Aurelie.Rouget-Garma@paris-sorbonne.fr

Programme 

 Prière d’imprimer le programme et de le présenter à l’entrée

(plan Vigipirate)

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Jeudi 5 février en Sorbonne (métro Cluny – La Sorbonne)
17, rue de la Sorbonne, 75005 Paris

10h15-13h30 : Salle des Actes
10h15 – Accueil des participants

10h30-11h30 – Allocutions d’ouverture
Agnieszka Grudzinska et Luba Jurgenson (Université Paris-Sorbonne)

11h30-13h30 – Panel 1: Littérature
La transformation politique constitue-t-elle une césure dans la représentation de la Shoah en Pologne ?
Modératrice : Kinga Callebat (Université Paris-Sorbonne)

Przemysław Czapliński (Université Adam Mickiewicz, Poznań), Malgorzata Smorag-Goldberg (Université Paris-Sorbonne), Justyna Kowalska-Leder (Université de Varsovie), Tomasz Żukowski (Académie Polonaise des Sciences, Varsovie)

13h30-15h pause-déjeuner

15h-17h : Amphi D670, galerie Claude Bernard

15h-16h30 – Panel 2 : Littérature (suite)
Écrire sur la Shoah aujourd’hui : explorations et limites
Modérateur : Marek Tomaszewski (Inalco)

Catherine Coquio (Université Paris Diderot – Paris 7), Lucie Campos, Aurélie Barjonet (Université de Versailles, Saint-Quentin-en-Yvelines)

16h30-17h pause-café

17h-18h30 : Amphi Milnes, esc. B, 2e étage

17h-18h30 – Rencontre avec l’artiste I : Mirosław Bałka / Jean-Yves Potel

Vendredi 6 février en Sorbonne (métro Cluny – La Sorbonne)
17, rue de la Sorbonne, 75005 Paris
Salle des Actes 

10h30-12h30 – Panel 3 : Mettre en scène la Shoah
Modérateur : Leszek Kolankiewicz (Centre de civilisation polonaise, Université Paris-Sorbonne), Dorota Sajewska (Université de Varsovie), Grzegorz Niziolek (Université Jagellonne, Cracovie), Philippe Mesnard (Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand) 

12h30-14h pause déjeuner

14h-15h – Présentation des travaux de Zbigniew Libera par Paul Bernard-Nouraud (Université Paris-Sorbonne/EHESS)

15h-17h – Panel 4 : Images, traces, documents, archives
Modératrice : Annette Wieviorka (CNRS)
Iwona Kurz, Ania Szczepańska (Université Panthéon-Sorbonne-Paris I), Ewa Ciszewska (Université de Łodź)
Alain Kleinberger (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)
17h-17h30 pause-café 

17h30-18h30 – Rencontre avec l’artiste II: Anna Baumgart / Iwona Kurz

Samedi 7 février à l’INHA – Institut national d’histoire de l’art
Salle Benjamin, 2, rue Vivienne, 75002 Paris
(métro Palais-Royal-Musée du Louvre, Bourse ou Pyramide) 

9h15-11h30 – Panel 5 : Musées, monuments, lieux de mémoire
Modérateur : Jean-Charles Szurek (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)
Alina Molisak, Elżbieta Janicka (Académie Polonaise des Sciences), Jacek Leociak (Université de Varsovie/Centre de recherche sur l’Holocauste), Delphine Bechtel (Université Paris-Sorbonne)11h30-11h45 pause-café

11h45- 12h15 – Présentation des travaux d’Artur Żmijewski par Jean-Pierre Salgas

12h15-12h45 – Conclusion du colloque : Agnieszka Grudzinska et Luba Jurgenson 

À partir de 14h : ateliers d’art plastique animés par Artur Żmijewski ouverts à toute personne intéressée [sur inscription].

(*sous réserve de modifications)

La traduction simultanée sera assurée tout au long du colloque. 


					

AAC : Memory in Poland of the rescuers and the rescued from the Holocaust

Dates et lieu : 11-12 juin 2015 – Varsovie, Pologne.
Deadline : 2 février 2015.

Memory in Poland of the rescuers and the rescued from the Holocaust. On the 30th anniversary of granting the title of the Righteous Among The Nations to Sugihara Chiune, Japanese Consul in Lithuania.

In 1940 Sugihara Chiune, Japanese Consul in Lithuania, in cooperation with Dutch Honorary Consul Jan Zwartendijk, issued over 2,500 visas to Polish Jews who in 1939 found refuge in and around Vilnius. Thanks to these visas, up to 6,000 people escaped the Holocaust by crossing the Soviet Union and entering Japan, and from there resettling in other countries. For his actions, in 1985
Sugihara was awarded the title of Righteous Among The Nations. On the 30th anniversary of the award, and 75 years after the rescue actions commenced, we wish to engage in a wider reflection on heroic actions of those who saved Jews from the Holocaust, as well as the ways they have been recognised by different institutions around the world.

The conference’s main aim is to bring together scholars interested in public memory and commemorations of Sugihara’s actions, and of similar rescue operations. We encourage participation by academics from various fields as well as museologists, archivists, community leaders and public figures, in order to promote a dialogue and a constructive discussion between the academics and the
broader public.

The conference will be structured around the following 4 main areas:
· Memory of Sugihara and Zwartendijk in Poland, Lithuania, Japan, the Netherlands, and the countries of settlement of Polish Jews saved by him.
· The perspective of the rescued: personal testimonies of people saved by The Righteous, and their descendants (this session will include online connections with those who can’t attend in person).
·  From remembrance to celebration: various forms of commemorative practices of Holocaust victims, survivors and saviours.
· The Righteous Among the Nations:  the award and its impact.

The conference will be hosted by Inter-Institutes  Migration Research Unit (University of Cardinal Stefan Wyszynski in Warsaw). More details of the conference can be found at: http://migracje.uksw.edu.pl.

Please send 2-to-3-page session proposals and/ or one-page individual paper abstracts, and one-page CVs as a word doc or a pdf to:
o.barbasiewicz@uksw.edu.pl

Aleksandra Hadzelek,
Faculty of Arts and Sciences,
University of Technology Sydney,
P.O.Box 123, Broadway NSW 2007, Australia, tel. +61 2 95147686
Aleksandra.Hadzelek@uts.edu.au

Olga Barbasiewicz,
Institute of Political Science,
Cardinal Stefan Wyszynski University in Warsaw, ul. Woycickiego 1/3, building
no. 23, room no.112,
tel. +48 668946552 obarbasiewicz@gmail.com

Joanna M. Guzik,
Institute of Middle and Far East Studies, Jagiellonian University,
30-387 Krakow, ul. Gronostajowa 3, room no.127, tel. +48126645415
Joanna.m.guzik@uj.edu.pl
o.barbasiewicz@uksw.edu.pl
http://migracje.uksw.edu.pl/node/78

PARU : Patrice M. Dabrowski – Poland The First Thousand Years, Northern Illinois Press [oct. 2014]

URL : http://www.niupress.niu.edu/niupress/scripts/Book/bookresults.asp?ID=708

Since its beginnings, Poland has been a moving target, geographically as well as demographically, and the very definition of who is a Pole has been in flux. In the late medieval and early modern periods, the country grew to be the largest in continental Europe, only to be later wiped off the map for more than a century. The Polish phoenix that rose out of the ashes of World War I was obliterated by the joint Nazi-Soviet occupation that began with World War II. The postwar entity known as Poland was shaped and controlled by the Soviet Union. Yet even under these constraints, Poles persisted in their desire to wrest from their oppressors a modicum of national dignity and, ultimately, managed to achieve much more than that.

Poland: The First Thousand Years is a sweeping account designed to amplify major figures, moments, milestones, and turning points in Polish history. These include important battles and illustrious individuals, alliances forged by marriages and choices of religious denomination, and meditations on the likes of the Polish battle slogan “for our freedom and yours” that resounded during the Polish fight for independence in the long 19th century and echoed in the Solidarity period of the late 20th century.

The experience of oppression helped Poles to endure and surmount various challenges in the 20th century, and Poland’s demonstration of strength was a model for other peoples seeking to extract themselves from foreign yoke. Patrice Dabrowski’s work situates Poland and the Poles within a broader European framework that locates this multiethnic and multidenominational region squarely between East and West. This illuminating chronicle will appeal to general readers, and will be of special interest to those of Polish descent who will appreciate Poland’s longstanding republican experiment.

Patrice M. Dabrowski has taught at Harvard, Brown, and the University of Massachusetts at Amherst and currently works at the University of Vienna. He is the author of Commemorations and the Shaping of Modern Poland.

CONFÉRENCE : Rêves de liberté : de la lutte armée à la victoire des idées (1830-1989)

SHLP 29:11

Réunion de la Société Historique et Littéraire Polonaise à l’occasion du 184e anniversaire de l’Insurrection de 1830.
Date et Lieu : 29 novembre 2014 à 15h – Bibliothèque polonaise de Paris (6 quai d’Orléans – 75004 Paris).

Projection du film L’Énigme polonaise. Sortie du communisme : la grande négociation, de Georges Mink et Virginie Linhart

Débat sur le 25e anniversaire de la Table Ronde Pouvoir – Opposition. Une voie pacifique vers la liberté.
Introduction de C. Pierre Zaleski, président de la SHLP et directeur de la Bibliothèque polonaise de Paris.
Participants : Barbara Labuda, ministre auprès de la Présidence de la République de Pologne (1995-2005) ; Pr. Henyk Samsonowicz, participant à la Table Ronde de 1989, ministre de l’Éducation nationale (1989-1991) ; Pr. Marek Ziółkowski (vice-maéchal du Sénat 2005-2011, sénateur).
Débat animé par Sophie-Caroline de Margerie, conseiller à la Présidence de la République française pour les Affaires européennes, (1988-1992), conseiller d’État, et Karol Sachs, président de l’Association France Pologne, conseiller du ministre du Travail et des Affaires sociales Jacek Kuroń (1992-1993).

 

 

Anita Prażmowska: Ignace Paderewski et la renaissance de la Pologne en 1919

Paderewski

Traduit du polonais par Françoise Stonborough-Blaser, aux éditions Noir sur Blanc.
URL : http://www.leseditionsnoirsurblanc.fr/ignace-paderewski-anita-prazmowska-9782882503565

Immense musicien et grand homme d’État, Ignace Paderewski fut en son temps « le Polonais le plus célèbre du monde ». On a pu dire qu’il avait su convaincre, dès 1917, Woodrow Wilson en faveur de la Pologne, et qu’ainsi le cas polonais est devenu le treizième des fameux Quatorze points du président américain (« Un État polonais indépendant devra être constitué, qui inclura les territoires habités de populations indiscutablement polonaises, [état] auquel devra être assuré un accès libre et sûr à la mer. ») Mais la restauration de l’État polonais intéressait les puissances alliées à plus d’un titre : cela leur permettait de mettre un bémol supplémentaire à la puissance allemande et de faire barrage à l’expansion, fût-elle idéologique, de la Russie communiste (ce qui se vérifiera parfaitement lors de la guerre russo-polonaise de 1920). L’essai d’Anita Prażmowska, dans la brillante sérieMakers of the Modern World, s’intéresse tout particulièrement au diplomate, au négociateur, à l’homme qui représenta, avec Roman Dmowski et Jan Piłsudski, la délégation polonaise durant la Conférence de paix de Paris de 1919. Et c’est ainsi une plongée fascinante dans le laboratoire de l’Europe moderne : un puzzle re-dessiné par les traités de Versailles et de Saint-Germain-en-Laye, mais aussi le chaudron de conflits ultérieurs.

Dans un texte bref et vivant, Anita Prażmowska nous présente l’un de ces « artisans du monde moderne » qui, en 1919, contribuèrent à redessiner l’Europe lors de la Conférence de paix de Paris. « Polonais le plus célèbre du monde », Américain et Vaudois d’adoption, Premier ministre de la nouvelle Pologne, Ignace Paderewski fut aussi un musicien de tout premier plan, acclamé dans l’ancien et dans le nouveau monde.

Sur les chemins de saint Martin. Hongrie-France-Pologne – 26-27 novembre 2014

Colloque international organisé par le Centre scientifique à Paris de l’Académie polonaise des sciences, avec le concours du Centre culturel européen Saint Martin de Tours, l’Académie hongroise des sciences et la faculté d’histoire de l’Université Adam Mickiewicz à Poznań.

Date et Lieu : 26-27 novembre 2014, Centre scientifique à Paris de l’Académie polonaise des sciences – 74 rue Lauriston. 75116 Paris.

Voir le programme sur les affiches.

Coll Saint Martin:1Coll Saint Martin:2

CONF : Philippe Le Masson Dupont, défenseur français de la gloire de Jean III Sobieski – Daniel Tollet

Bibliothèque Nationale de Varsovie. G.205.

Bibliothèque Nationale de Varsovie. G.205.

Dans le cadre du cycle de conférences Les Polonais dans la culture et la civilisation française, Daniel Tollet (Docteur ès-Lettres, ingénieur de recherche honoraire, IRER, Université Paris-Sorbonne) présentera une conférence sur “Philippe Le Masson Dupont, défenseur français de la gloire de Jean III Sobieski”. La conférence sera modérée par Frédérique Laurent (écrivain, traductrice, vice-secrétaire de la SHLP).

Si, sans l’ombre d’un doute à Varsovie et à Rome, Jean III Sobieski passait pour avoir sauvé la chrétienté, le 12 septembre 1683, en délivrant Vienne du siège infligé par les Turcs, les opinions étaient beaucoup moins dithyrambiques à Paris et dans la Monarchie des Habsbourg… Daniel Tollet parlera de Philippe Dupont, ingénieur militaire et serviteur de Jean III, qui prit la plume en 1733 pour
plaidoyer la gloire de Jean III Sobieski. Le texte manuscrit conservé à Aix en Provence dans la bibliothèque municipale dormait jusqu’à ce qu’en 1885 des éditeurs polonais l’en sortent.

Réservation : tél. 01 55 42 99 29 ou w.zahorski@bplp.fr

http://www.bibliotheque-polonaise-paris-shlp.fr/index.php?id_page=20889

COLL : Quand l’éclatement de la Première Guerre mondiale rouvrait « la question polonaise » – 14 novembre 2014

Colloque organisé par la Société historique et littéraire polonaise.
Lieu : Bibliothèque polonaise de Paris. 6 Quai d’Orléans. 75004 Paris.
Date : 14 novembre 2014.
Réservation conseillée : w.zahorski@bplp.fr / tél. : 01 55 42 99 29

IGM Pologne

9H00 : Ouverture & Mot introductif. C. Pierre ZALESKI, Président de la SHLP / Directeur de la BPP.
9H15 : Introduction générale. Hélène CARRÈRE D’ENCAUSSE, Secrétaire perpétuel de l’Académie française. 

Les puissances belligérantes et la « question polonaise » d’août 1914 à l’automne 1917
Président de séance : Maurice VAÏSSE, Institut d’Études Politiques, Paris.

9H30 : Georges-Henri SOUTOU, Membre de l’Institut. 1914 : La Pologne au cœur de la crise européenne.
10H00 : Damian SZYMCZAK, Université Adam Mickiewicz, Poznań. La rivalité entre Vienne et Berlin autour de la «question polonaise» et des territoires occupés polonais pendant la Première Guerre mondiale.

10H30 – 11H00 DISCUSSION & PAUSE.

Les Polonais sur les fronts européens de la guerre
Président de séance : Jean LORCIN, Université Lumière-Lyon 2.

11H00 : Tomasz SCHRAMM, Université Adam Mickiewicz, Poznań. Les Polonais dans les armées des trois empires copartageants de la Pologne.
11H30 : Gabriel GARÇON, Université Catholique de Lille. Les volontaires polonais d’août 1914 en France : les hommes et leur mémoire.

12H00 – 12H30 DISCUSSION

12H30 – 14H30 PAUSE DÉJEUNER

« Polonia devastata » : territoires et populations de « la Pologne russe »
Président de séance : Tomasz SCHRAMM, UAM, Poznań.

14H30 : Céline GERVAIS-FRANCELLE, Université Paris I. Les constantes de la politique polonaise de la Russie : de Nicolas II aux « hommes de Février ».
15H00 : Mariusz KORZENIOWSKI, Université Marie Curie-Skłodowska, Lublin. Le sort des réfugiés et des déplacés des territoires polonais au cours de la Première Guerre mondiale.

15H30 – 16H00 DISCUSSION & PAUSE

Reparaître sur la carte de l’Europe
Président de séance : Frédéric DESSBERG, Université Paris I.

16H00 : Piotr BEDNARZ, Université Marie Curie-Skłodowska, Lublin. Entre Paris et la Suisse, l’action pro-polonaise d’Edmond Privat pendant la Grande Guerre.
16H30 : Jean LORCIN, Université Lumière-Lyon 2. Joseph Piłsudski dans la stratégie des « Centraux ».

17H00 – 17H30 DISCUSSION CLÔTURE.

 

 

AAC – L’apport des exilés polonais de France aux relations intereuropéennes et internationales 1940-1989 – automne 2015, Cracovie

Deadline : 16 novembre 2014.

Organisateurs : Prof Jozef Laptos, (Université pédagogique, Cracovie), Prof. Gérard Bossuat (Université de Cergy-Pontoise), Prof. Antoine Marès (Université de Paris-1).

Labex EHNE « Écrire une histoire nouvelle de l’Europe » (Universités Paris-1, Paris-4, Nantes)
, UMR IRICE 8138 (Paris-1, Paris-4, CNRS – action Europax) et 
Université pédagogique de Cracovie. Projet commun franco-polonais Europolfrance.

Ce projet de recherche intitulé « L’apport des exilés polonais de France et aux relations intereuropéennes et internationales, 1945-1989 » prendra la forme d’un colloque international à Cracovie à l’automne 2015. Il sera suivi rapidement d’un colloque international organisé à Paris sur « l’apport des exilés d’Europe centrale et orientale en France à une meilleure connaissance intereuropéenne » qui fera l’objet d’un appel à propositions spécifique. Il fait l’objet d’un appel à propositions pluridisciplinaire destiné à tous les chercheurs (doctorants, jeunes docteurs, chercheurs confirmés, témoins) en histoire, littérature, germanistique, relations internationales, études européennes, sociologie.

Son objectif est de comprendre comment les exilés polonais, en France mais aussi en exil intérieur en Pologne, ont envisagé les relations internationales d’une part, les relations d’Etats à Etats en Europe et comment ils ont pensé les coopérations et l’unité européennes sous toutes leurs formes (organisations de coopération et d’intégration, ONG, etc.) avec un accent mis sur la place de la future Europe centrale dans l’Europe unie et les moyens d’y aboutir. Il s’agit de savoir comment associer la lutte pour la pleine indépendance avec l’idée paneuropéenne.

1- Les milieux de l’exil. Il faudrait insister sur la situation précaire de l’exilé, qui ne dispose souvent que de la parole sans prise réelle avec la situation de son pays d’origine. Mais il faudra aussi préciser ses moyens d’action, qui ne sont pas négligeables. Il sera également indispensable d’établir une chronologie de l’exil polonais. 
Il faut d’abord apprécier le nombre et la qualité de ces exilés, puis explorer leur façon de penser l’Europe à la lumière des relations qu’ils peuvent avoir avec les élites du pays d’accueil, ou des milieux dans lesquels ils gravitent. Pourquoi un exil à Paris ? Les exilés intérieurs, en rupture avec la société officielle, acquièrent-ils plus de liberté d’innovation ou sont-ils contraints de limiter leur expression ? Une étude prosopographique du milieu des exilés reste à faire en rapport avec le sujet. On ne peut se limiter aux exilés politiques ; il faut aborder aussi les intellectuels, les scientifiques, les religieux, les passeurs… qui jouent un rôle important. Le discours sur les questions internationales et européennes est-il circonscrite à un cercle précis d’exilés. Existe-t-il des spécialistes de ces questions en exil ? Comment mesurer la pertinence de la réflexion des exilés, et leur influence sur les élites polonaises, sur les décideurs français ou européens, sur la presse française ? Si l’on pense aux moyens dont ils disposaient, il faudrait prendre en compte les agences américaines tel que le Comité de l’Europe Libre avec la Radio Free Europe qui aura sa filiale en France et son journal « L’Exil et Liberté » ainsi que la Section polonaise de RFI, les organisations d’aide aux réfugiés et tant d’autres que la Guerre froide a fait naître.

2- Exil et relations internationales. La naissance des mouvements de contestation du régime en 1956, 1968 et dans les années 80 ont-ils offert aux exilés des opportunités de prises de parole, d’expression de projets d’avenir ? Les exilés sont-ils devenus dominants dans la réflexion des élites polonaises sur la place de la Pologne dans les relations intereuropéennes et internationales ? La conférence d’Helsinki si importante pour l’ensemble des dissidences du bloc soviétique est-elle au cœur de la réflexion des exilés ? Une pensée structurée issue de l’exil touchant à l’organisation des relations internationales est-elle perceptible à la fin des années 80 ? 
Comment la conférence d’Helsinki a-t-elle facilité la naissance des mouvements d’opposition tels que le KOR, la Confédération de la Pologne indépendante (la Charte 77 en Tchécoslovaquie) et quelle a été la coopération avec les exilés ?
Ainsi pourraient être étudiés les projets de relations euro-atlantiques selon les exilés et leurs soutiens américains et français, l’avenir des organisations mondiales, la question de la libération des échanges, celle de l’organisation monétaire.

3- Exil, relations inter-européennes et construction de l’unité. Une autre question posée aux exilés porte sur les relations inter-européennes. Il s’agit de relations d’Etats à Etats dans l’espace européen occidental et oriental, de la diplomatie bilatérale classique. Comment les exilés souhaitent-ils la voir évoluer ? Les relations franco-polonaises durant cette période sont donc un aspect du sujet. Comment voient-ils dans ce pays si catholique les relations entre le Vatican et le régime ? 
On songe aussi à la naissance de formes structurées de coopération et d’intégration inter européennes. Les exilés comptent-ils que la Pologne adhère un jour aux Communautés européennes ? Pensent-ils qu’une reconnaissance mutuelle du Comecon et de la CEE soit souhaitable. Il faudrait isoler les écoles de pensée au sein de l’exil polonais sur l’unité européenne : est-ce un projet souhaité ? À quelles conditions le réussir ? Quels rapports les exilés ou certains d’entre eux ont-ils eus avec les ONG intéressées par l’intégration européenne et la démocratie (Mouvement Européen, le Congrès pour la liberté de la Culture, l’Assemblée des nations captives etc.).?
Les contacts des exilés polonais avec les internationales chrétienne-démocrate, socialiste, l’internationale dite verte et avec les fédéralistes français constituent un volet intéressant. 
Quelques exemples concrets de recherche pourraient illustrer cette partie : les projets d’unité européenne lancés par la Pologne durant la Seconde Guerre mondiale, les projets de coopération inter-européenne durant la Guerre froide ; les réactions à la naissance des organisations européennes occidentales, du Conseil de l’Europe, de l’OECE au plan Schuman et traités de Rome , jusqu’à l’Acte unique européen ; l’influence possible d’exilés polonais sur la politique de la Commission européenne.
Dans le domaine de la culture, les échanges entre les écrivains polonais et français contribuaient à entretenir la Pologne dans la sphère de la culture occidentale et d’une façon indirecte à l’éloigner du communisme.

En conclusion, il faudrait se demander si l’exil polonais a eu du poids dans l’émergence d’une doctrine polonaise pour les relations internationales et pour la construction d’une unité européenne communautaire. L’exil polonais a-t-il été fécond pour les relations internationales, inter-européennes et la construction de l’unité ? Est-ce que le mouvement Solidarité et les intellectuels qui le soutenaient puisaient dans les idées, visions et projets développés par les exilés ?

Les chercheurs intéressés voudront bien envoyer leur projet de communication (une page) en indiquant le titre, le résumé du contenu et les sources utilisées.  Candidats polonais – contact : Pr. Laptos laptos@onet.eu ; autres candidats – contact : Antoine Marès antoine.mares@wanadoo.fr et Gérard Bossuat bossuat.gerard@neuf.fr