Appel à communication: « No Neighbors’ Land: Postwar Europe in a New Comparative Perspective », International Workshop, Warsaw, 23-25th October 2019

Galerie

International Workshop, Warsaw, 23-25th October 2019 NO NEIGHBORS’ LAND Postwar Europe in a New Comparative Perspective The Institute of Sociology and Philosophy of the Polish Academy of Sciences (Warsaw) invites applications for an intensive academic workshop focused on the social, economic and cultural consequences … Continuer la lecture

PARU : Krisztian Bene, Ferenc David (dir.), La France, les Français en guerre(s) et l’Europe médiane aux XIXe et XXe siècles – coll. Dialogues – Université de Pécs et éds. Codex

Couverture - 004

Codex tenaient à vous informer de la parution du deuxième numéro de la collection « Dialogue », publiée conjointement par les
éditions Codex et l’Université de Pécs (Hongrie). Elle a pour vocation d’accueillir les actes du colloque international d’histoire qui se déroule depuis 2013 dans cet établissement d’enseignement supérieur hongrois. Son ambition est d’interroger chaque année un pan particulier des relations entre la France – plus largement les « mondes francophones » – et l’Europe centrale, orientale et balkanique ; cette Europe parfois qualifiée de « médiane » qui s’étend des rives de la Baltique à celles de la Méditerranée, au contact direct des espaces germanophone et russe.

En cette année 2014 marquée, pour tous les pays européens et au delà, par les commémorations du centenaire du déclenchement de la Grande Guerre, et par la phase ultime des combats de la Seconde Guerre mondiale, les chercheurs qui ont pris part à cette journée d’étude ont eu pour ambition d’analyser différents aspects des relations particulières entre la France et l’Europe médiane dans les domaines guerriers ou militaires, ainsi que leurs implications diplomatiques, au cours de la période contemporaine. Ce sont ainsi neuf universitaires venus de trois pays – Hongrie, Pologne et Turquie – qui livrent dans ces pages le résultat de leurs travaux, souvent
pionniers.

Aux actes proprement dits viennent s’ajouter, comme dans le premier volume, quelques textes relatifs à l’histoire des espaces géographiques et culturels envisagés ; à savoir des études de jeunes chercheurs ainsi que des comptes rendus d’ouvrages récents.

Nous tenons à disposition des responsables de revues ou de publications qui souhaiteraient faire état de ce travail des exemplaires en service de presse. Il est possible de les demander à : contact@editions-codex.fr

Table des matières

I. Études

Discours d’ouverture (Ferenc Fischer)
“You should try to hurt Archduke John”. The French strategic and
operational plans in Hungary in 1809 (István Nagy-Luttenberger)
Nostalgie ou commémoration ? La représentation du passé glorieux dans le
Voyage du duc de Raguse (Géza Szász)
La coopération militaire de la France avec ses partenaires en Europe
centrale pendant l’entre-deux-guerres (István Majoros)
Territories in Anatolia under French Occupation and Turco-French
Relations, 1918-1923 (Emre Saral)
From Budapest to Paris. The memory of a Turkish diplomat (Péter Oláh)
Juin 1940 : du sauvetage des soldats polonais pris au piège de l’immense
cul-de-sac breton (Lech Maliszewski)
Les militaires français de l’armée allemande et la Hongrie pendant la
Seconde Guerre mondiale (Krisztián Bene)
La littérature de la Résistance intérieure française en Hongrie (Adrián Bene)

II. Varia

Une « guerre » franco-française : Robert Brasillach et François Mauriac
(Krisztián Bene)
Les services de renseignement militaires hongrois aux derniers jours de la
Seconde Guerre mondiale (Ferenc Dávid)

PARUTION : Thomas Chopard, Le Martyre de Kiev : 1919. L’Ukraine en révolution, entre terreur soviétique, nationalisme et antisémitisme, éditions Vendémiaire

Kiev-Chopard

Présentation de l’éditeur :

« Grande et terrible avait été la mille neuf cent dix-huitième année après la naissance du Christ, mais la suivante, 1919, fut pire encore. »
Mikhaïl Boulgakov

Kiev, février 1919. L’Armée Rouge pénètre la ville, fermement décidée à reprendre l’Ukraine aux nationalistes tandis que les forces blanches, partisanes d’une Russie indivisible, se préparent elles aussi au combat.
C’est le début d’un déchaînement de violences sans fin : de nouvelles institutions font leur apparition, notamment pour encadrer les populations – police politique et camp de concentration s’installent à Kiev – et le paysan ukrainien, ponctionné sans relâche par tous les prétendants au pouvoir, s’insurge contre le bourgeois citadin, l’officier du temps de guerre et le Russe, contre l’envol des prix autant que contre le Juif, accusé de trahison. Entre conflits armés, persécutions antisémites et catastrophe sanitaire, la ville, plongée dans l’horreur de la guerre moderne, perdit en quelques mois près du tiers de sa population et, jusqu’en 1922, connaîtra près d’une vingtaine de gouvernements.
Privilégiant la parole des témoins, l’auteur retrace les affrontements qui firent rage à Kiev en 1919, décrit le quotidien bouleversé de ses habitants, et révèle les tensions sociales qui déchirèrent le pays. Pour mieux démêler les différents fils d’une guerre civile dont les enjeux, multiples, sont encore aujourd’hui loin d’être tous soldés.

CONFÉRENCE : Regards croisés sur la guerre de 1914-1918

Regards croisés

Date et Lieu : 9 décembre 2014 à 19h – Institut hongrois | 92, rue Bonaparte 75006 Paris.

La conférence sera animée par :
Georges-Henri Soutou, professeur émérite d’histoire contemporaine, Paris-Sorbonne,
István Majoros, professeur d’histoire, ELTE-BTK Budapest.

Les deux éminents historiens débattront de la Grande Guerre pour mettre en exergue la perception très différente de la guerre, du point de vue français d’un côté, et hongrois de l’autre, ainsi que les objectifs, les hésitations et les débats qu’ont connus les deux pays à propos de l’avenir de l’Europe danubienne.

La conférence est organisée par l’Association des Amis de l’Institut hongrois.

Entrée libre

photo : fortepan.hu

AAC : Pour une histoire transnationale des épurations en Europe au sortir de la Seconde Guerre mondiale

Date et lieu : 11-12 juin 2015 – Université Rennes 2.
Deadline : 15/01/2015.

Colloque organisé par le Centre de Recherches historiques de l’Ouest (CERHIO- UMR CNRS 6258), en partenariat avec l’ENS Ulm, Paris, IHMC, Friedrich-Schiller-Universität Jena, l’UCL, Louvain-la-Neuve, CHDJ-FNRS (PAI 7/22 Justice et populations)

La cessation des hostilités et la défaite idéologique des régimes fascistes constituent à l’échelle de l’Europe continentale une séquence clairement identifiable. Selon John Horne ce « moment 1945 » est marqué par une « soif de justice » à l’égard des anciens ennemis et de leurs collaborateurs. Mai 1945, ne marque donc pas un retour immédiat ou durable à la paix comme en témoignent les travaux récents de Tim Snyder ou de Keith Lowe qui livrent une histoire convulsive du continent. En ce sens, le colloque interroge ce que «
sortir d’une guerre » veut dire. Un enjeu d’autant plus important que l’adhésion aux régimes en place et/ou la collaboration avec les occupants a été en Europe durant la Seconde Guerre mondiale, un phénomène d’une ampleur sans précédent, nécessitant la mise en œuvre de politiques de justice (épuration, répression de la collaboration, Säuberung, dénazification, Retribution, Zuivering…). Dès lors sans occulter la diversité voire la pluralité des situations durant la guerre ou des conditions de sorties de guerre, le projet postule aussi l’unité possible de l’objet.
Ce faisant, il envisage l’épuration comme une forme de « situation de génération » [Karl Mannheim] à l’échelle de nombreuses sociétés européennes. C’est précisément cette expérience partagée à défaut d’être totalement commune qui fonde notre analyse sur la base d’une historiographie, à la fois dense au niveau national et lacunaire à l’échelle transnationale.
En effet, le fréquent compartimentage des historiographies nationales fait qu’il n’existe que très peu d’approches vraiment comparées, croisées et a fortiori transnationales du phénomène. Or, précisément, l’ambition de ce colloque est double :

1. / Faire dialoguer entre eux des travaux déjà nombreux mais qui le plus souvent s’ignorent,

2./ Contribuer à écrire une histoire connectée des épurations à l’échelle européenne. Dans cet esprit, alors que les pays de l’Europe
occidentale sont souvent les plus étudiés et/ou connus, une attention toute particulière sera accordée à l’Europe médiane, orientale et balkanique.

Il s’agit donc de privilégier une histoire connectée qui soit attentive aux phénomènes d’échanges, de circulations, de transferts, de modèles extérieurs ou au contraire de repoussoirs. De même, une attention particulière sera accordée à des objets de recherche hybrides ou mixtes, qui postulent de l’entre deux et révèlent des acteurs ou espaces « mêlés ».

En ce sens, on se focalisera sur des lieux ou milieux de connexions ou de rencontres. Pour ce faire :Une première journée du colloque interrogera les concepts et mécanismes d’épuration à l’œuvre en Europe en privilégiant les phénomènes de circulations et transferts Parmi les axes de réflexion attendus
1./ Les lieux « d’incubation » pendant le conflit : à savoir des lieux où l’on a pensé et parfois préparé une(des) épuration(s) nationale(s) : Londres, Le Caire, Moscou….La guerre brouille la cartographie européenne des lieux de pouvoir ou de décision du fait de l’existence de gouvernements ou de représentants des résistances en exil. Dès lors, certaines villes incarnent autant de « petites nations » où se prépare l’après-guerre non sans échanges possibles entre représentants de pays différents. Favorisant une approche multipolaire, le colloque entend éclairer, les dynamiques transnationales à l’œuvre dans ces villes dans un contexte marqué par des
conditions et des chronologies de libération différentes mais aussi par une volonté de croiser enjeux nationaux spécifiques et préoccupations partagées à l’échelle du continent (restaurer ordre et légalité dans une double fonction de régulation et de légitimation.)

2./ Catégories et incriminations en usage : définitions, circulations, échanges. A titre d’exemples : la notion de criminel de guerre comme catégorie « internationale », la peine de mort, l’indignité nationale…

3./ Rapports et/ou filiations entre les épurations d’après-guerre et des procédures d’épuration ou des purges antérieures mais aussi concomitantes au début de la guerre froide..

4./ Passeurs, mode de médiation ou de transmission d’un pays à l’autre de politiques ou pratiques d’épuration.

La seconde journée du colloque portera sur la question de l’exil et/ou du recyclage desépurés : lieux, milieux, réseaux….
Parmi les axes de réflexion attendus:
1./ Exil : réseaux et milieux d’entraide, exopolitie. L’histoire des « populations exilées » est par définition une histoire de mouvements et, d’itinéraires partagés. Elle peut conduire à s’intéresser aux exilés/réfugiés mais aussi aux cercles d’accueil ou d’entraide des « collabos » dans les pays tiers. Le rôle des Eglises, souvent souligné, mériterait par exemple d’être clarifié. Un champ d’autant plus transnational qu’il ouvre sur l’exopolitie [Stéphane Dufoix] avec parfois la reconstitution d’espaces politiques pro-épurés dans les pays d’accueil au service d’un anticommunisme assumé voire revendiqué.

2./ Le cas de peuples ou groupes sociaux « cibles » ou punis comme collaborateurs. Une problématique qui recoupe la question des minorités allemandes ou Volksdeutsche qui sont considérées d’emblée comme coupables.
C’est aussi le cas de certaines composantes nationales en Europe centrale, orientale ou balkanique.

3./ Une attention particulière mériterait d’être accordée à certains lieux et milieux de « recyclage » ou de rédemption d’individus compromis. Parmi les plus classiques ou connus, on peut d’emblée penser aux services de renseignements ou de police en particulier politique, à certains milieux économiques, aux milieux universitaires ou encore à l’armée…

Les propositions de communication (1 page maximum en français ou en anglais) accompagnées d’un court cv devront être envoyées à marc.bergere@uhb.fr avant le 15 janvier 2015.

Organisation et contact:
Marc Bergère, CERHIO – université Rennes 2 (France)
Comité scientifique
Marc Bergère, CERHIO – université Rennes 2 (France)
Jonas Campion, CHDJ- UCL, Louvain la Neuve (Belgique)
Emmanuel Droit, CERHIO – université Rennes 2/CMB Berlin (Allemagne)
Valeria Galimi, universita della Tuscia, Viterbo (Italie)
Dominik Rigoll, Friedrich-Schiller-Universität Jena, (Allemagne)
Xavier Rousseaux, CHDJ- UCL, Louvain la Neuve (Belgique)
Marie-Bénédicte Vincent, ENS Ulm-Paris, IHMC (France)
Vanessa Voisin, ANR CINESOV 1939-1949, IRICE, Paris-Moscou (Russie).

PARU : Legacies of Violence: Eastern Europe’s First World War – Jochen Böhler / Wlodzimierz Borodziej / Joachim von Puttkamer (dir.), De Gruyter

URL : http://www.degruyter.com/viewbooktoc/product/214812

Publication du Imre Kertész Kolleg Jena, collection Europas Osten im 20. Jahrhundert 3.

The First World War began in the Balkans, and it was fought as fiercely in the East as it was in the West. Fighting persisted in the East for almost a decade, radically transforming the political and social order of the entire continent. The specifics of the Eastern war such as mass deportations, ethnic cleansing, and the radicalization of military, paramilitary and revolutionary violence have only recently become the focus of historical research. This volume situates the ‘Long First World War’ on the Eastern Front (1912–1923) in the hundred years from the mid-19th to the mid-20th century and explores the legacies of violence within this context.

TDM Iena 1 TDM Jena 2

WORKSHOP : Nationalism and Cosmopolitanism in Avant-Gard and Modernism: The Impact of WWI – PRAGUE

Workshop WWI Avant-Garde

Atelier de recherche international organisé par l’Institut d’Histoire de l’art de l’Académie tchèque des sciences.

Date et Lieu : 27-29 novembre 2014, Institut d’Histoire de l’art — Husova 4, 110 00 Praha 1.

Organizers: Professor Vojtěch Lahoda, Institute of Art History of the Academy of Sciences of the Czech Republic, Prague.
Dr. Lidia Głuchowska
, Institute of Visual Arts, University of Zielona Góra, Poland / Humanities Faculty, University of Bamberg, Germany.

Scientific Committee:
Charlotte Bydler, PhD.
, School of Culture and Education and the Centre for Baltic and East European Studies, Södertörn University, Stockholm, Sweden.
PhDr. Lenka Bydžovská, CSc.
, Institute of Art History of the Academy of Sciences of the Czech Republic, Prague.
Dr. Lidia Głuchowska
, Institute of Visual Art, University of Zielona Góra, Poland / Humanities Faculty, University of Bamberg, Germany.
Professor Vojtěch Lahoda
, Institute of Art History of the Academy of Sciences of the Czech Republic, Prague.
Professor Steven Mansbach
, University of Maryland, College Park, USA.
PhDr. Tomáš Winter, PhD.
, Institute of Art History of the Academy of Sciences of the Czech Republic, Prague.

Contact:
Vojtěch Lahoda: lahoda@udu.cas.cz
Lidia Głuchowska: ligl@wp.pl
Blanka Švédová: svedova@udu.cas.cz

This workshop follows up on discussions that were initiated at an international symposium in Stockholm: The European Artistic Avant–Garde c. 1910-1930: Formations, Networks and Transnational Strategies (11–13 September 2013). It focuses on one particular aspect of the avant-garde and modernism, namely, the clash therein of the national, the transnational and the cosmopolitan. In the countries of Central and Eastern Europe, but to some extent in Scandinavia too, the struggle for national independence, which in most cases began in the 19th century and culminated during and after World War I, had important cultural and artistic consequences. The symposium will track the changes in and compare the nationalist rhetorics in modern and avant-garde art just before the outbreak of WWI, as well as during and after the war. After 1917 the map of Europe changed dramatically. A number of new, independent states were established, and these developments found expression in every genre of the visual arts and transformed the image of the continent. The papers presented in this workshop focus primarily, but not exclusively, on modernism and the avant-garde in Central and Eastern Europe, the Baltics and Scandinavia. There are also papers that describe the dissemination and translation of avant-garde language in regions and countries at the fringes of Europe. Some questions we would like to discuss are: How was the understanding of nationalism and the post-WWI avant-garde affected by historiography, especially that of the 1950s and later? To what extent were nationalism and cosmopolitanism part of avant-garde and modern-art discourse before WWI and how did the understanding of them change during the war? What relationship did the avant-garde have to traditional and to official art in terms of their views on nationalism? What different kinds of nationalisms resulted from the national revival movements of Czechs, Croats, Slovenes and Poles in the late 19th century within the Austro-Hungarian Empire, or of Poles and Lithuanians in Czarist Russia? And, on the other side, in what sense was the postwar avant-garde in the newly founded countries (Czechoslovakia, Poland, the Baltic States etc.) an expression of cosmopolitanism? The workshop will serve as a platform for rethinking the methodological tools we use to understand and explain the complexity and the multiplicity of avant-garde forms in these regions of Europe, a subject that is still under-researched.

Another important aim of the workshop is to establish a network of collaborators interested in researching the avant-garde in the regions of Europe more closely and in the long term.

The organizers plan to publish an edited volume of conference proceedings.

If you wish to register to attend this conference, please send an email with your name, title and institutional affiliation no later than 20 November to: svedova@udu.cas.cz There is no conference registration fee.

Programme

Thursday 27 November 2014

9.00–9.30 Reception, coffee
9.30–9.45 Introduction: Lidia Głuchowska / Vojtěch Lahoda

Section 1 Moderator: Steven Mansbach
9.45–10.15 Timothy O. Benson, LACMA, Los Angeles, USA: The Media War and the Avant-Garde
10.15–10.45 Benedikt Hjartarson, University of Iceland, Rijekjavík, Iceland: Abstract Constructivism: Universal Language – National Idioms
10.45–11.00 Coffee break

Section 2 Moderator: Steven Mansbach
11.00–11.30 Nina Gourianova, Northwestern University, Chicago, Illinois, USA: War as Medium: The Great War in the Russian Avant-Garde
11.30–12.00 Bela Tsipuria, Ilia State University, Tbilisi, Georgia: Georgian Modernists Rethinking Nationalism: The Impact of WWI and the Russian Revolutions
12.00–12.30 Irina Genova, New Bulgarian University, Sofia, Bulgaria: Modernism and the National Idea – Reflections of WWI: The Case of Bulgaria in the Context of South-Eastern Europe

12.30–14.00 Lunch break

Section 3 ModeratorLidia Głuchowska
14.00–14.30 Harri Veivo, University of New Sorbonne, Paris, France / University of Helsinki, Finland: Centred and Decentred Cosmopolitanisms in Finland in the 1920s and Early 1930s
14.30–15.00 Heie Treier, Tallinn University, Estonia: Cubism and the Start of Avant-Garde in Estonia
15.00–15.30 Ginta Gerharde-Upeniece, Latvian National Museum of Art, Riga, Latvia: Art and the New Latvian State (1918–1920): Modernism as a Cosmopolitan Idea and a Substantive National Factor

15.30–15.45 Coffee break

Section 4 Moderator: Charlotte Bydler
15.45–16.15 Annika Gunnarsson, Moderna Museet, Stockholm, Sweden: ‘Cosmonational’ – Neither National Nor Cosmopolitan – But a Tinge of Avant-Garde Modernism
16.15–16.45 Dorthe Aegesen, National Gallery of Denmark, Copenhagen, Denmark: Cubism in Danish Art
16.45–17.15 Torben Jelsbak, Roskilde University, Denmark: Nationalist and Internationalist Discourses Surrounding the Modernist Breakthrough in Danish Art and Culture during World War I

from 19.30 An informal meeting in one of Prague’s restaurants (only for official participants)

Friday 28 November 2014

9.00–9.15 Coffee

Section 5 Moderator: Vojtěch Lahoda
9.15–9.45 Erwin Kessler, Institute of Philosophy, Hungarian Academy of Sciences, Bucharest, Romania: The Use, Abuse and Misuse of Cubism in the Romanian Avant-Garde
9.45–10.15 Éva Forgács, Art Center College of Design, Pasadena, USA / IWM, Vienna: The Concept of ‘National Art’ and World War I in Hungary: Lajos Fülep and the Dynamics of ‘National’ and ‘International’
10.15–10.45 Lidia Głuchowska, Poland: The Great World and the ‘New Art’ in Poland: Between the Patriotic Ethos, the Nationalisation of Modernism and International Attempts in Aesthetics

10.45–11.00 Coffee break

Section 6 Moderator: Benedikt Hjartarson
11.00–11.30 Michal Wenderski, Adam Mickiewicz University in Poznan, Poland: ‘Uncanonical’ Impulses to the ‘Canonical’ Styles and Great Networks: The Case of Poland (and Hungary) and International Constructivism
11.30–12.00 Emilio Quintana, Instituto Cervantes, Stockholm, Sweden: Languages of the Avant-Garde between Poland and Spain: Tadeusz Peiper and Spanish Modernism after WWI
12.00–12.30 Joana Cunha Leal, Art History Institute, New University of Lisbon, Portugal: ‘A bridge too far?’: The War Effect in the Portuguese and Spanish Avant-Gardes

12.30–14.00 Lunch break

Section 7 Moderator: Éva Forgács
14.00–14.30 Ljiljana Kolešnik, Institute of Art History, Zagreb, Croatia: Migrating Signifiers – Socialist Croatian Post-WWII Art History and Its Relation to the Inter-War Avant-Garde
14.30–15.00 Lenka Bydžovská, Institute of Art History of the Academy of Sciences of the Czech Republic, Prague: The Trojan Horse in the Trade Fair Palace: The Slav Epic versus the Czech Avant-Garde
15.00–15.30 Vendula Hnídková, Institute of Art History of the Academy of Sciences of the Czech Republic, Prague: Respect and Triumph: The Intentions and Meanings of Czech Architecture before and after WWI

15.30–15.45 Coffee break

Section 8 Moderator: Tomáš Winter
15.45–16.15 Naomi Hume, Seattle University, USA: Cut-and-Paste in Exile and War: Otto Gutfreund’s Parisian Collages
16.15–16.45 Vojtěch Lahoda, Czech Republic: Transnational or National Cubism? Vincenc Kramář on Cubism
16.45–17.15 Closing Remarks: Steven Mansbach

19.00 Dinner at the Villa Lanna in Prague (only for official participants)

Saturday 29 November 2014

10.30–13.00 Guided tour: Czech Cubism in Architecture (only for official participants) guided by Prof. Rostislav Švácha, Institute of Art History of the Academy of Sciences of the Czech Republic

14.30–18.00 Guided tour of the National Gallery in Prague (only for official participants) guided by Tomáš Winter and Vojtěch Lahoda

CONF : From the Balkans to the World: Going to War, 1914-1918. A Local and Global Perspective

Lieu et Date : Unesco, 7 place de Fontenoy, Paris – 13-15 novembre 2014.

Organisateurs : CIPSH (Conseil international de la philosophie et des sciences humaines) ; CISH (Comité international des Sciences historiques) ; Mission du Centenaire 14-18 ; UMR Irice (Unité mixte de recherches Identités, Relations Internationales et Civilisations de l’Europe, CNRS université Paris 1 Panthéon Sorbonne-université Paris-Sorbonne).

URL : http://www.cish.org/colloque-unesco.pdf

Programme
14h : Ouverture/Opening : Marjatta HIETALA, présidente du CISH.
Introduction : Antoine PROST, président du conseil scientifique de la Mission du Centenaire.

L’évolution de l’historiographie de la Grande Guerre / The Historiography of WW1
14h45-15h15 : Rapporteur/discussant : Olivier FORCADE, université Paris-Sorbonne.

15h15-17h : Table ronde/Round Table

Angeliki MOUZAKITI, Alexandru Ioan Cuza Iași University — Contradicting Historical Interpretations: The Image of the Sarajevo Assassination and the Interpretation of the Great War in the Serbian and Bosnian Muslim. Historiography from early 90’s and onwards.
Geoff KEELAN, Waterloo University — Experiential History: Divergent Canadian Historiography of the First World War.
Sacha ZALA, Bern University — History as Continuation of War by Other Means: The War of Documents in the War-Guilt Controversy.
Klaus SCHWABE, Aix-la-Chapelle University — Gerhard Ritter, German Militarism and the Coming of World War One: Witness and Historian.
Tomasz SCHRAMM, Université de Poznan — L’historiographie polonaise.
Marco MONDINI, Istituto Storico Italo-Germanico/Université de Padoue — L’historiographie italienne de la Grande Guerre.
Hirotaka WATANABE, Université de Tokyo — L’état des recherches sur la Grande Guerre au Japon
17h15-18h : Discussion générale

En soirée/Evening : Keynote Speech de Gerd KRUMEICH : La Kriegsschuldfrage.

Vendredi 14 novembre matin/Friday 14 November AM
Les entrées en guerre, les processus de décision / Entering the War: the Decision Making Process (1)
9h15-9h45 : Rapporteur/Discussant : Stéfanie PREZIOSO, Université de Lausanne

9h45-11h15 : Table ronde/Round Table

Gabriel LEANCA, Université Alexandru Ioan Cuza (Iași) et Université de Bourgogne — L’entrée dans la Grande Guerre de la Roumanie, la chute du front russe et les limites de la paix à l’Est.
Catherine HOREL, CNRS, UMR Irice — La mobilisation dans l’empire austro-hongrois.
Javier MORENO-LUZÓN, Universidad Complutense Madrid — Risky Neutrality: Spain and the Great War.
Maria Fernanda ROLLO & Ana Paula PIRES, Universidade Nova Lisboa — From Portugal to the World… The Portuguese Participation in the First World War.
Joan BEAUMONT, Australian National University — Australia and New Zealand Going to War.
Fabrice JESNÉ, Université de Nantes — L’Italie de la neutralité à l’intervention : le rôle des questions balkaniques.
Yaron HAREL, Bar Ilan University — War and Exile: Zionism and Zionists in War.
11h30-12h15 : Discussion générale

Vendredi 14 novembre après-midi /Friday 14 November PM
Les entrées en guerre, les processus de décision / Entering the War: the Decision Making Process (2)
14h -14h30 : Rapporteur/Discussant : John HORNE, Trinity College, Dublin

14h30-16h15 : Table ronde/Round Table

Nicolas VAICBOURDT, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne — America’s Road to War (1914-1917).
Maurice CARREZ, IHEE/IEP Strasbourg — La fin d’un monde ? Les premiers mois de la Première Guerre mondiale dans le nord et l’est de la Baltique.
Maja NIKOLOVA, Museum Adviser, Belgrade — Suspense in Belgrade at the Beginning of the Great War.
Nicolas PITSOS, Inalco, Paris — Entrer ou ne pas entrer en guerre : bataille médiatique et politique en Grèce, 1914-1917.
Claudia REICHL-HAM, Austrian Military Museum — Between Entente and Central Powers: The Ottoman Empire On Its Way To War.
Victor AVDEEV, Moscow State Lomonosov University — Ideology of the “Second Patriotic war” and Russian Realpolitik Aims in Global Conflict of 1914-1918.
José Flávio SARAIVA, Brasilia University — Brazil Goes to War.
Julio DJENDEREDJIAN, Buenos Aires University — War is not an Option. Debates and Motives over Argentina Non-Entry into World War I, 1914-1918.
16h30-17h15 : Discussion générale

Samedi 15 novembre matin/Saturday 15 November AM
Être en guerre. Entrer dans la mêlée / At War. Entering the Fight

9h15-9h45 : Rapporteur/Discussant : Frédéric GUELTON, Service historique de la Défense, Paris.
9h45-11h15 : Table ronde/Round Table

Reiner POMMERIN, Dresde University — South Africa in War.
Chantal KESTELOOT, Centre d’études et de documentation Guerre et Sociétés contemporaines, Cegesoma, Bruxelles — Bruxelles dans la guerre.
Rita PAOLINI, Université de Milan — Le concours des Indiens.
Shinji ASADA, Komazawa University, Tokyo — The Siege of Tsingtao in 1914.
Alfredo CANAVERO, Université de Milan — La presse italienne en guerre.
Yvan COMBEAU, Université de la Réunion — La guerre et les îles de l’océan Indien.
Karen OFFEN, Stanford University — How the International Women’s Organizations “Entered” the War

11h30-12h : Discussion générale

Samedi 15 novembre après-midi/Saturday 15 November PM
Les mémoires de la Grande Guerre, 1914-2014 : hors des Balkans / Memories of WW1 : Out of the Balkans

13h30 -14h : Rapporteur/Discussant : Nicola LABANCA, Université de Sienne
14h-15h30 : Table ronde/Round Table.
Guillaume PAYEN, Université Paris-Sorbonne — De la rancoeur à l’indifférence. La mémoire allemande de la Grande Guerre : une mémoire de vaincus (1914-2014) ?
Isabelle DAVION, Université Paris-Sorbonne/UMR Irice — Who Died for the Homeland? Commemorating the Great War in a Former Austro-Hungarian Territory.
Nadine AKHUND, UMR Irice & Stéphane TISON, Université du Maine — Correspondance de Guerre : un témoignage inédit de la Fondation Carnegie pour la Paix internationale.
Werner TRESS, Center for Jewish Studies, Berlin — Adrienne Thomas or World War I from the Point of View of a German-Jewish Woman in Alsace-Lorraine.
Marcin JARZĄBEK, Jagiellonian University, Krakow — Historical Experience without Social Framework of Memory. First World War and Polish Collective Memory.
Thomas FISCHER, Eichstätt Catholic University — The Contribution of Neutrality to the Construction of a Latin American Identity.
Erik SJÖBERG, Stanford University — National Memory, National “Amnesia”: the Greek Asia Minor Expedition in Greece’sMemory Wars.

15h30-16h : Discussion générale

Mémoires balkaniques de la Grande Guerre au prisme des mémoires des guerres de 1992-1999 / Balkan Memories of WW1 i the Light of the 1992-1999 Wars’ Memories.
16h15-17h15 : Rapporteur/Discussant : Élise JULIEN, Institut d’études politiques de Lille.

Stanislav SRETENOVIC, Université de Belgrade — Les images de Gavrilo Princip dans l’espace des Slaves du Sud, 1914-2014.
Muharem BAZDULJ, Université de Sarajevo — Mémoires serbes de Bosnie.
Slobodan SOJA, Sarajevo — Mémoires croates et musulmanes de Bosnie.

17h15-17h45 : Discussion générale.

Conclusions par Catherine Horel et Robert Frank.

Atelier / JDE : 1914-1918. Soldats d’entre-deux. Les identités nationales dans les témoignages des combattants des Empires centraux –

Lieu et Date : Strasbourg, 19, 20 et 21 novembre 2014 (voir les détails dans le programme).

Organisateurs : Jean-Noël Grandhomme (Université de Strasbourg) ; Ségolène Plyer (Université de Strasbourg) ; Raphaël Georges (Université de Strasbourg) ; Monique Fuchs (Musées de Strasbourg).

Avec le soutien de : la Faculté des sciences historiques de l’Université de Strasbourg, les Musées de la Ville de Strasbourg, Interreg IV Rhin supérieur/ Oberrhein, les Archives départementales du Bas-Rhin, l’équipe d’accueil EA 3400 ARCHE, le GIS « Mondes germaniques », le Fonds national de la recherche du Luxembourg, le GDR « Connaissance de l’Europe centrale », le Centre interdisciplinaire d’études et de recherches sur l’Allemagne, le consulat de la République fédérale d’Allemagne à Strasbourg, l’Istituto italiano di Strasburgo et le Goethe Institut.

Programme

Mercredi 19 novembre
Auditorium des Archives départementales du Bas-Rhin
6 rue Philippe Dollinger – Strasbourg
Atelier de jeunes chercheurs dans le cadre des colloques « junior » du CIERA
(Centre interdisciplinaire d’études et de recherches sur l’Allemagne)

9h00 : Accueil des participants par Pascale Verdier, directrice des Archives départementales du Bas-Rhin (ou par son représentant)
9h10 : Ouverture de l’atelier par Raphaël Georges (Université de Strasbourg)

1re session : Problématiques transversales
Présidence : Catherine Maurer (Université de Strasbourg), directrice du GIS « Mondes germaniques »

9h20 : Ségolène Plyer (Université de Strasbourg) : « Tendances récentes de l’historiographie allemande et autrichienne à propos de la Première Guerre mondiale ».
9h40 : Helena Trnková (Université Paul Valéry – Montpellier III) : « Des Hussites modernes ? La mémoire de la Grande Guerre dans les témoignages des légionnaires tchécoslovaques ».
10h00 : Jakub Grudniewski (Université silésienne – Katowice): „Polnische Fahnenflüchtigen aus Oberschlesien während des Ersten Weltkrieges“.
10h20 : Discussion.
10h40 : Pause.

2e session : L’Empire austro-hongrois : trois identités nationales à l’épreuve de la guerre
Présidence : Hubert Heyriès (Université Paul Valéry – Montpellier III)

10h55 : Catherine Roth (Université de Paris II-Panthéon-Assas) : « Analyse du livre d’honneur (Ehrenbuch) des soldats saxons de Mediasch, ville de Transylvanie ».
11h15 : Ionela Felicia Moscovici (Université Babeş-Bolyai – Cluj/ Université de Strasbourg) : « Les Soldats roumains de Transylvanie. Le profil de ceux qui osent témoigner de la guerre ».
11h35 : Nicolas Guillaume (Université de Strasbourg) : « La Mémoire des Italiens du Trentin de l’armée austro-hongroise ».
11h55 : Discussion.
12h15 : Pause déjeuner

 

3e session : L’Empire allemand. Études de cas : Alsaciens, Lorrains et Sarrois
Présidence : Jean-Noël Grandhomme (Université de Strasbourg)

14h00 : Julia Andrea Schuppe (Université rhénane Friedrich-Wilhelm – Bonn) : « Cartes postales d’un soldat lorrain juif de la Grande Guerre : Albert Daltroff à sa fiancée ».
14h20 : Éric Ettwiller (Université de Strasbourg) : « Robert Ernst, Rechenschaftsbericht eines Elsässers (Berlin, 1954) : l’autobiographie comme justification d’un engagement germanophile en 1914-1918 ».
14h40 : Raphaël Georges (Université de Strasbourg) : « La Mémoire des soldats alsaciens-lorrains dans les témoignages publiés en France dans l’entre-deux-guerres ».
15h00 : Sébastien Schlegel (Université de Strasbourg) : « Y a-t-il une spécificité du témoignage chez les soldats sarrois ? ».
15h20 : Discussion
15h40 : Pause

16h00 : Table-ronde : « D’une guerre à l’autre. L’importance des témoignages dans la construction d’une mémoire des Malgré-nous et résistants de la Seconde Guerre mondiale (Alsace et Luxembourg) »
Modérateur : Frédéric Stroh (Université de Strasbourg)
Participantes : Marie Janot-Caminade (Université de Paris X-Nanterre), Elisabeth Hoffmann (Université du Luxembourg/Université de Strasbourg) et Eva Maria Klos (Université du Luxembourg)

16h45 : Fin

 

Salle Pasteur – Palais universitaire
9, place de l’Université – Strasbourg
Conférence inaugurale du colloque 

17h30 : Jean-Paul Bled (Université de Paris IV-Sorbonne) : « La Question des nationalités en Allemagne et en Autriche-Hongrie à la veille de la Grande Guerre ».

Jeudi 20 novembre
Auditorium du Musée d’art moderne et contemporain
1, place Hans-Jean Arp Strasbourg
Autriche-Hongrie :
La Mémoire de la Grande Guerre au sein des nationalités de l’ancien Empire des Habsbourg

9h00 : Accueil par Monique Fuchs, directrice du Musée historique de Strasbourg.

9h15 : Jean-Noël Grandhomme (Université de Strasbourg) : « Introduction générale ».

1re session : Conformismes et spécificités
Présidence : Ségolène Plyer (Université de Strasbourg)

9h30 : Tamara Scheer (Université de Vienne) : „Das Selbstzeugnis in einem multiethnischen Staat“.
9h50 : Jean-Paul Bled (Université de Paris IV-Sorbonne) : « Le Sentiment de fidélité dynastique des peuples de l’Empire ».
10h10 : Sabine Haring (Université de Graz) : „Wir-Gefühle, Feindbilder und Feindseligkeit bei deutschsprachigen k.u.k. Soldaten unter emotionssoziologischem Fokus“.
10h30 : Discussion.
10h50 : Pause.

2e session : Les Nationalités du Sud de l’Empire
Présidence : François Roth (Université de Lorraine – site de Nancy)

11h05 : Philippe Gelez (Université de Paris IV-Sorbonne) : « Loyauté et nationalisme embryonnaire chez les soldats musulmans de Bosnie-Herzégovine ».
11h25 : Edi Miloš (Université de Split) : « Les Croates dans l’armée austro-hongroise ».
11h45 : Damijan Guštin (Université de Ljubljana) : „Die Slowenen in der österreichischen Armee“.
12h05 : Discussion.
12h25 : Pause-déjeuner

3e session : Les nationalités d’Europe centrale
Présidence : Antoine Marès (Université Paris I-Panthéon-Sorbonne – GDR « Connaissance de l’Europe centrale »)

14h00 : Michele Simonetti (Istitut Cultural Ladin majon di fascegn – Museo Ladin de Fascia- Vigo di Fassa) : « La Mémoire de la Grande Guerre chez les Ladins ».
14h20 : Étienne Boisserie (INALCO – Paris) : « ‘‘Et je n’ai encore rien fait d’héroïque pour notre monarchie’’. Récits de guerre tchèques sous uniforme austro-hongrois ».
14h40 : Étienne Boisserie (INALCO – Paris) : « Les Soldats slovaques d’une Grande Guerre à l’autre ».
15h00 : Dávid Ádám Ligeti (Institut d’histoire Veritas – Budapest) : „Die Erinnerung an den Dienst in der k.u.k.-Armee bei Ungarn der Nachfolgestaaten (Rumänien, Tschechoslowakei, Jugoslawien, Österreich) bzw. aus den verlorenen Gebieten“.
15h20 : Discussion.
15h40 : Pause.

4e session : Les nationalités des confins orientaux
Présidence : Jean-Paul Bled (Université de Paris IV-Sorbonne).

15h55 : Gabriel Leanca (Université Ioan Alexandru Cuza – Iaşi) : « La Bucovine autrichienne ».
16h15 : Vadym Adadourov (Université catholique de Lviv) : « Les Ruthènes ».
16h35 : Michał Baczkowski (Université Jagellone – Cracovie) : « Die Polen in der österreichischen Armee ».
16h55 : Discussion.

17h45 : Visite des nouvelles salles consacrées aux conflits contemporains du Musée historique de Strasbourg en compagnie de Monique Fuchs, sa directrice.

Vendredi 21 novembre
Auditorium du Musée d’art moderne et contemporain
1, place Hans-Jean Arp Strasbourg
Empire allemand
La Mémoire de la Grande Guerre au sein des nationalités de l’ancien Empire des Hohenzollern

5e session : Sur la marche occidentale
Présidence : Christian Baechler (Université de Strasbourg)

9h30 : Christoph Brüll (FRS-FNRS – Université de Liège) : « La Mémoire des soldats d’Eupen-Malmedy ».
9h50 : Stefan Zwicker (Université rhénane Friedrich-Wilhelm – Bonn) : „Der rheinische Separatismus und sein (zwangsläufiges) Scheitern“.
10h10 : Jean-Jacques Langendorf (écrivain, ancien directeur d’études à l’Institut de stratégie comparée de Paris) : « Témoignages d’engagés volontaires suisses dans les armées allemande, autrichienne et française ».
10h35 : Discussion.
10h55 : Pause.

6e session : Le cas de l’Alsace-Lorraine
Présidence : Claude Muller (Université de Strasbourg)

11h10 : Philippe Vogel (Université de Strasbourg) : « Soupe de pois et barbelés, le quotidien d’un Armierungssoldat alsacien (d’après une source familiale inédite) ».
11h30 : Marianne Walle (Université de Rouen) : « Paul Coelestin Ettighoffer, un écrivain et mémorialiste alsacien engagé du côté de l’Allemagne ».
11h50 : Jean-Noël Grandhomme (Université de Strasbourg) : « Auguste Haas. La correspondance d’un Alsacien mort pour la France».
12h05 : Discussion.
12h25 : Pause-déjeuner.

 

7e session : Au Nord
Présidence : Tomasz Schramm (Université Adam Mickiewicz – Pozńan)

14h00 : Claus Bundgård Christensen (Université de Roskilde) : “The Danish Minority in the German Imperial Army”.
14h20 : Sönnich Volquardsen (Nordfriist Instiutuut, Bredstedt) : „Auf der Suche nach der friesischen Identität in den Berichten der Soldaten“.
14h40 : Krzysztof Rzepa (Université Adam Mickiewicz – Pozńan) : „Die Litauer von Memel“.
15h00 : Discussion.
15h20 : Pause.

8e session : Les minorités slaves de l’Empire
Présidence : Pascal Fagot (Université de Strasbourg).

15h35 : Tomasz Schramm (Université Adam Mickiewicz – Pozńan) : « La Mémoire des soldats polonais de l’armée allemande ».
15h55 : Adela Kuik-Kalinowska (Académie de Poméranie, Słupsk) : „Die Kaschuben an den Fronten des Ersten Weltkriegs: die Fälle von Aleksander Majkowski und Jan Karnowski“.
16h15 : Jean Kudela (INALCO – Paris) : « Les Sorabes (Wendes, Serbes de Lusace) ».
16h35 : Discussion.

16h55 : Chantal Metzger (Université de Lorraine – site de Nancy) : « Conclusions générales ».

COLL : Le soulèvement [national slovaque] – un colloque d’historiens – 7-8 novembre 2014

À l’occasion du 70e anniversaire du Soulèvement National Slovaque, sous le haut patronage de S.E. M. Marek Eštok, Ambassadeur de la République slovaque en France, organisé par l’Institut slovaque de Paris et l’Institut Balassi – Institut hongrois de Paris, avec le soutien de l’Institut polonais.
Date et lieu : 7 et 8 novembre 2014 à l’Institut hongrois, 92 rue Bonaparte, 75006 Paris.

Entrée libre. Réservations pour les écouteurs (traduction simultanée) à si.paris@mzv.sk.

URL : http://www.parizs.balassiintezet.hu/fr/programmes/le-soulevement-national-slovaque/

Vendredi 7 novembre
Ouvertures par Daniel Jurkovič (Institut Slovaque) Balázs Ablonczy (Institut Balassi – Institut Hongrois)

Séance 1 – 10h-12h30 : Le Soulèvement, son déroulement et ses conséquences 
Stanislav Mičev : Le Soulèvement, une introduction.
Jan Nĕmeček : Le gouvernement tchécoslovaque en exil et le Soulèvement.
Ludovit Hallon : D’une « prospérité économique » au Soulèvement (Le développement économique en Slovaquie et le Soulèvement national slovaque).
Attila Simon : La minorité hongroise et le Soulèvement national slovaque.
Michal Schwarz : Le Soulèvement national slovaque et la population allemande de la Slovaquie.

Séance 2 – 14h-18h : Le Soulèvement national slovaque dans le contexte international 
Viera Kováčová, Dušan Halaj : Les Français en Slovaquie au début du Soulèvement.
Alain Soubigou : La contribution française au Soulèvement National Slovaque.
Ján Hlavinka : De Drancy à Sereď – la dernière mission d ́Alois Brunner (1944-1945).

– Pause café –

László Szarka : La Hongrie et le Soulèvement national slovaque.
István Janek : Les efforts communs slovaco-hongrois de sortir de la guerre (1943-1944).
Dušan Segeš : Le Soulèvement national slovaque et la Pologne.
Mateusz Gniazdowski : Le rôle de la Slovaquie dans les activités de la résistance polonaise.

Samedi 8 novembre

Séance 3  10h-13h : Le Soulèvement dans le contexte politique, social et culturel 
Miroslav Michela : Un Soulèvement célébré, condamné et réécrit.
Etienne Boisserie : Sémiotique et usages du Soulèvement national slovaque dans la philatélie tchécoslovaque.
Adam Hudek : Un chapitre héroïque et problématique de l’histoire (tchéco-)slovaque.

Conclusions

Projection du documentaire « Un long chemin vers la liberté » – 16h – salle de projection de l’Institut hongrois. Avec les témoignages des soldats français ayant participé au Soulèvement (VOSTF, 90 minutes).

Exposition « Le Soulèvement et la participation des Français » préparée par le Musée du Soulèvement national slovaque de Banská Bystrica – du jeudi 6 au mardi 11 novembre –  salle de conférences à l’Institut hongrois.

COLL : Quand l’éclatement de la Première Guerre mondiale rouvrait « la question polonaise » – 14 novembre 2014

Colloque organisé par la Société historique et littéraire polonaise.
Lieu : Bibliothèque polonaise de Paris. 6 Quai d’Orléans. 75004 Paris.
Date : 14 novembre 2014.
Réservation conseillée : w.zahorski@bplp.fr / tél. : 01 55 42 99 29

IGM Pologne

9H00 : Ouverture & Mot introductif. C. Pierre ZALESKI, Président de la SHLP / Directeur de la BPP.
9H15 : Introduction générale. Hélène CARRÈRE D’ENCAUSSE, Secrétaire perpétuel de l’Académie française. 

Les puissances belligérantes et la « question polonaise » d’août 1914 à l’automne 1917
Président de séance : Maurice VAÏSSE, Institut d’Études Politiques, Paris.

9H30 : Georges-Henri SOUTOU, Membre de l’Institut. 1914 : La Pologne au cœur de la crise européenne.
10H00 : Damian SZYMCZAK, Université Adam Mickiewicz, Poznań. La rivalité entre Vienne et Berlin autour de la «question polonaise» et des territoires occupés polonais pendant la Première Guerre mondiale.

10H30 – 11H00 DISCUSSION & PAUSE.

Les Polonais sur les fronts européens de la guerre
Président de séance : Jean LORCIN, Université Lumière-Lyon 2.

11H00 : Tomasz SCHRAMM, Université Adam Mickiewicz, Poznań. Les Polonais dans les armées des trois empires copartageants de la Pologne.
11H30 : Gabriel GARÇON, Université Catholique de Lille. Les volontaires polonais d’août 1914 en France : les hommes et leur mémoire.

12H00 – 12H30 DISCUSSION

12H30 – 14H30 PAUSE DÉJEUNER

« Polonia devastata » : territoires et populations de « la Pologne russe »
Président de séance : Tomasz SCHRAMM, UAM, Poznań.

14H30 : Céline GERVAIS-FRANCELLE, Université Paris I. Les constantes de la politique polonaise de la Russie : de Nicolas II aux « hommes de Février ».
15H00 : Mariusz KORZENIOWSKI, Université Marie Curie-Skłodowska, Lublin. Le sort des réfugiés et des déplacés des territoires polonais au cours de la Première Guerre mondiale.

15H30 – 16H00 DISCUSSION & PAUSE

Reparaître sur la carte de l’Europe
Président de séance : Frédéric DESSBERG, Université Paris I.

16H00 : Piotr BEDNARZ, Université Marie Curie-Skłodowska, Lublin. Entre Paris et la Suisse, l’action pro-polonaise d’Edmond Privat pendant la Grande Guerre.
16H30 : Jean LORCIN, Université Lumière-Lyon 2. Joseph Piłsudski dans la stratégie des « Centraux ».

17H00 – 17H30 DISCUSSION CLÔTURE.

 

 

BOURSE – Histoire de la Première Guerre mondiale – Collège de l’Europe, campus Natolin, Varsovie

Vacancy – Research Fellowship in the History of the First World War at the College of Europe, Natolin campus (Warsaw)

Deadline for applications : 15 November 2014.

The College of Europe, Natolin Campus (Warsaw) is seeking applications for the position of one six-months Post-Doctoral Research Fellowship with a starting date of January 2015. The posts will be held within the framework of the European Civilization Chair, founded by the European Parliament in honour of the late Professor Bronisław Geremek.

We are looking for graduates with:

  • a doctorate in History or a closely related field;
  • a research interest in the First World War, preferably in Central or Eastern Europe;
  • a proven track record of research in European history, preferably with refereed publications;
  • a very good command of English or French; preferably both.

Tasks include:

  • undertaking research activities leading to high-level scholarly publications;
  • contributing to the activities of the European Civilization Chair, especially to the organization of the conference on the First World War planned for April 2015;
  • giving a research paper to the said conference on the First World War;
  • providing academic support for students undertaking Masters theses related to recent European 
history and European civilization, including regular participation in the seminar: ‘History of Europe’.

The College offers:

  • an excellent academic setting
  • a six-month contract under Polish law;
  • a generous remuneration package
  • an international working environment.

Candidates should prepare a research project of maximum 5 pages on a topic related to the First World War – this may be about its origins, course, impact or consequences.

E-mail applications in English or French, comprising a detailed curriculum vitae, the research project, a letter of motivation and two letters of reference, should be submitted by 15 November 2014 via e-mail to: geremek-chair@coleurope.eu

 

 

JDE – Le Rire des tranchées en Europe centrale et orientale pendant la Première Guerre mondiale

Le Rire des tranchées en Europe centrale et orientale pendant la Première Guerre mondiale

Journée d’étude organisée par le CERCLE.

Mardi 21 octobre 2014 – C.L.S.H. Nancy – salle G04

http://cercle.univ-lorraine.fr/sites/cercle.univ-lorraine.fr/files/documents/programme_rire_des_tranchees.pdf

MATINÉE

9h10-9h30 : Accueil des participants
9h30-10h : Ouverture de la journée d’études – Antoine Nivière et Stanislaw Fiszer (Université de Lorraine)

SÉANCE 1

10h-10h20 : La parodie musicale comme arme de la contestation. Didier Francfort (Université de Lorraine)
10h20-10h40 : Le bon empereur Willy et son bouffon. Le pouvoir de l’absurde dans l’œuvre de Ladislav Klima. Mateusz Chmurski (Université de Lorraine)
10h40-11h : Questions aux intervenants.
11h-11h20 : Pause café.

SÉANCE 2

11h20-11h40 : L’art de la guerre dans Les Aventures du brave soldat Chvéïk. Jean Boutan (Université Paris-Sorbonne)
11h40-12h : Paroles et parlures de soldats dans les récits de guerre. Xavier Galmiche (Université Paris-Sorbonne)
12h-12h20 : Questions aux intervenants.
12h20-14h40 : Déjeuner.

14h40-15h20 : 14-18. Regards sur la der des ders. Visite de l’exposition dans les bibliothèques des UFR du Campus LSH.

SÉANCE 3

15h20-15h40 : Comment se rappeler la Grande Guerre avec un sourire ? Les légions tchécoslovaques en Russie dans le miroir de la littérature et des arts plastiques tchèques. Lenka Froulikova (Université de Lorraine)
15h40-16h : Le grotesque dans les mémoires des combattants polonais de la Première Guerre mondiale et de la Guerre soviéto-polonaise. Dariusz Pniewski (Université de Toruń)
16h-16h20 : Questions aux intervenants.
16h20-16h40 : Pause café.

SÉANCE 4

16h40-17h : Deux regards sur la guerre dans l’œuvre de Jan Weiss. Olga Pavlova (Université Charles de Prague)
17h-17h20 : Les héros s’en vont à la guerre. La grande histoire vue par un anti-Céline tchèque. Petr Horák (Université de Pardubice)
17h20-17h40 : Questions aux intervenants.
17h40-18h : Conclusions. Stanislaw Fiszer et Antoine Nivière (Université de Lorraine)

Mobility and displacement during the First World War (1914-1923)

GalicianRefugees_site

 

Centre d’Histoire de Sciences Po, 56 rue Jacob 75006 Paris, Salle de conférence (rdc.)

9:30: Opening Remarks

9:45-12:45: Panel 1: The « Eastern Front »

Chair: Jakob Vogel (CHSP Sciences Po)

  • Pálvölgyi Balázs (Széchenyi István University)
    « Refugee crisis and changes to Hungarian refugee policy (1916-1924) »
  • Claire Morelon (Oxford University)
    “The war at home: Galician refugees in Prague (1914-1920)”

Coffee Break

  • Klaus Richter (University of Birmingham)
    « Displacement, territorialisation and shifting borders in Lithuania (1915-1923) »

Discussion

Lunch

14:00-17:00: Panel 2: Margins of Empires

Chair: Mario Del Pero (CHSP Sciences Po)

  • Roberto Mazza (Western Illinois University/University of London)
    « ‘The Jews have departed for the Jewish colonies in Galilee; the Christian and Muslims to God knows’: Cemal Paşa, Zionism and the forced evacuation of Jaffa1917. »
  • Cloé Drieu (CNRS)
    « Les révoltes de 1916 en Asie centrale et l’exode des populations nomades duSémiriéchié vers le Turkestan chinois (1916-1917) »

Coffee Break

17:15: Final Discussion and Concluding Remarks

 

Love/Sex/War. Another History of 20th Century Europe

AAC: Love/Sex/War. Another History of 20th Century Europe.
Workshop 1 – Sources for Historians of Love, Sex and War

Date: May 18-19, 2015
Location: Paris (Centre d’histoire de Sciences Po, 56 rue Jacob, 75006 Paris)
Deadline : 30 November 2014

Convenors  :
Elissa Mailänder (Centre d’histoire de Sciences Po)
Patrick Farges (Université Sorbonne Nouvelle, CEREG)
Stefanie Schüler-Springorum (Zentrum für Antisemitismusforschung, TU-Berlin)

This workshop will launch a two-year research project focusing on the history of love, sex, and war in Europe. Historian Dagmar Herzog has called the 20th century “the century of sex,” while Laura Lee Downs and Kathleen Canning consider it a time when “gender troubles” emerged. Yet, the 20th century also initiated greater equality between the sexes and increasing liberalization of sexual norms and rights. Both categories – gender and sexuality – profoundly shaped the last century. Two world wars, genocide, and other episodes of mass violence make it crucial to examine European societies from a social and cultural perspective and to ask: what role did gender and sexuality play in these events?

War affects many aspects in the everyday lives of civilians and combatants. Moreover, it irrevocably alters life after the hostilities end. Recently, scholars (e.g. Andrew Bergerson, Jennifer Evans, and Christa Hämmerle) have placed particular attention to the sources available to examine the history of love, sex, and war. By examining key issues of extant sources, our first workshop will begin to peel back the layers of time that re-shaped scholars’ conceptions of love and sexuality in times of war.

The workshop aims to identify specific sources that explore emotional realms such as affection, desire, inhibitions, repulsion, and grief. Indeed, writing a history of sexuality and emotions might require the scholars in general, and, the workshop participants in particular, to interrogate other forms of evidence and employ specific methods of analysis. Outmoded sources can open paths to answer new questions. New sources can be mobilized and created, as is the case with oral histories. Individual accounts, including autobiographies and witness testimonies, are important because they provide insight into a private sphere that, especially in wartime, is inherently political.

Although sources may include tangible traces of sexual practices and emotional responses only sporadically, they nevertheless embed the narrated acts into a larger socio-historical framework. This first workshop is will focus on exploring the range and interpretive possibilities of sources, including oral histories, ego-documents, institutional records, and (audio) visual sources.

How do these sources expand our understanding of love, sex, and war? What can they tell us about the emotions and social practices? What theoretical implications and methodological challenges arise for historians engaging with those sources?

Application: Please send your abstract (max. 500 words) and a short biography (max. 1 page) to elissa.mailander@sciencespo.fr and
patrick.farges@univ-paris3.fr before 30 November 2014. We encourage PhD candidates and early career post-docs to apply for the
workshop.