Représenter la Shoah après 1989 : idées, poétiques, images. Entre la France et la Pologne

Dates et lieux : Paris, 5-7 février 2015 – Université Paris-Sorbonne / Varsovie, 24-26 septembre 2015 : Université de Varsovie

Colloque international

Comité scientifique sous la direction de : Agnieszka Grudzinska (Université Paris-Sorbonne)
Kinga Callebat (Université Paris-Sorbonne)
Catherine Coquio (Université Paris Diderot – Paris 7)
Luba Jurgenson (Université Paris-Sorbonne)
Leszek Kolankiewicz (Centre de civilisation polonaise, Université Paris-Sorbonne)
Iwona Kurz (Université de Varsovie)
Sylvie Lindeperg (Université Panthéon-Sorbonne – Paris I)
Philippe Mesnard, (Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand)
Alina Molisak (Université de Varsovie)
Jean-Yves Potel (Mémorial de la Shoah)

Coordination :
Anna Ciesielska (Université Paris-Sorbonne), Anna.Ciesielska@paris-sorbonne.fr
Aurélie Rouget-Garma (Université Paris-Sorbonne), Aurelie.Rouget-Garma@paris-sorbonne.fr

Programme 

 Prière d’imprimer le programme et de le présenter à l’entrée

(plan Vigipirate)

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Jeudi 5 février en Sorbonne (métro Cluny – La Sorbonne)
17, rue de la Sorbonne, 75005 Paris

10h15-13h30 : Salle des Actes
10h15 – Accueil des participants

10h30-11h30 – Allocutions d’ouverture
Agnieszka Grudzinska et Luba Jurgenson (Université Paris-Sorbonne)

11h30-13h30 – Panel 1: Littérature
La transformation politique constitue-t-elle une césure dans la représentation de la Shoah en Pologne ?
Modératrice : Kinga Callebat (Université Paris-Sorbonne)

Przemysław Czapliński (Université Adam Mickiewicz, Poznań), Malgorzata Smorag-Goldberg (Université Paris-Sorbonne), Justyna Kowalska-Leder (Université de Varsovie), Tomasz Żukowski (Académie Polonaise des Sciences, Varsovie)

13h30-15h pause-déjeuner

15h-17h : Amphi D670, galerie Claude Bernard

15h-16h30 – Panel 2 : Littérature (suite)
Écrire sur la Shoah aujourd’hui : explorations et limites
Modérateur : Marek Tomaszewski (Inalco)

Catherine Coquio (Université Paris Diderot – Paris 7), Lucie Campos, Aurélie Barjonet (Université de Versailles, Saint-Quentin-en-Yvelines)

16h30-17h pause-café

17h-18h30 : Amphi Milnes, esc. B, 2e étage

17h-18h30 – Rencontre avec l’artiste I : Mirosław Bałka / Jean-Yves Potel

Vendredi 6 février en Sorbonne (métro Cluny – La Sorbonne)
17, rue de la Sorbonne, 75005 Paris
Salle des Actes 

10h30-12h30 – Panel 3 : Mettre en scène la Shoah
Modérateur : Leszek Kolankiewicz (Centre de civilisation polonaise, Université Paris-Sorbonne), Dorota Sajewska (Université de Varsovie), Grzegorz Niziolek (Université Jagellonne, Cracovie), Philippe Mesnard (Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand) 

12h30-14h pause déjeuner

14h-15h – Présentation des travaux de Zbigniew Libera par Paul Bernard-Nouraud (Université Paris-Sorbonne/EHESS)

15h-17h – Panel 4 : Images, traces, documents, archives
Modératrice : Annette Wieviorka (CNRS)
Iwona Kurz, Ania Szczepańska (Université Panthéon-Sorbonne-Paris I), Ewa Ciszewska (Université de Łodź)
Alain Kleinberger (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)
17h-17h30 pause-café 

17h30-18h30 – Rencontre avec l’artiste II: Anna Baumgart / Iwona Kurz

Samedi 7 février à l’INHA – Institut national d’histoire de l’art
Salle Benjamin, 2, rue Vivienne, 75002 Paris
(métro Palais-Royal-Musée du Louvre, Bourse ou Pyramide) 

9h15-11h30 – Panel 5 : Musées, monuments, lieux de mémoire
Modérateur : Jean-Charles Szurek (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)
Alina Molisak, Elżbieta Janicka (Académie Polonaise des Sciences), Jacek Leociak (Université de Varsovie/Centre de recherche sur l’Holocauste), Delphine Bechtel (Université Paris-Sorbonne)11h30-11h45 pause-café

11h45- 12h15 – Présentation des travaux d’Artur Żmijewski par Jean-Pierre Salgas

12h15-12h45 – Conclusion du colloque : Agnieszka Grudzinska et Luba Jurgenson 

À partir de 14h : ateliers d’art plastique animés par Artur Żmijewski ouverts à toute personne intéressée [sur inscription].

(*sous réserve de modifications)

La traduction simultanée sera assurée tout au long du colloque. 


					

Sur les chemins de saint Martin. Hongrie-France-Pologne – 26-27 novembre 2014

Colloque international organisé par le Centre scientifique à Paris de l’Académie polonaise des sciences, avec le concours du Centre culturel européen Saint Martin de Tours, l’Académie hongroise des sciences et la faculté d’histoire de l’Université Adam Mickiewicz à Poznań.

Date et Lieu : 26-27 novembre 2014, Centre scientifique à Paris de l’Académie polonaise des sciences – 74 rue Lauriston. 75116 Paris.

Voir le programme sur les affiches.

Coll Saint Martin:1Coll Saint Martin:2

PARU : Jan Zatloukal – L’exil de Jan Čep. Un écrivain tchèque en France

T67

Institut d’études slaves – ISBN 978-2-7204-0529-7, 424 p., illustrations, index des noms.

http://institut-etudes-slaves.fr/?wpsc-product=lexil-de-jan-cep-un-ecrivain-tcheque-en-france-jan-zatloukal

“Une nuit du mois d’août, sous la pleine lune, je franchissais secrètement, à quatre pattes, la frontière entre la Bohême et la Bavière – une pauvre serviette pour tout bagage. “Ainsi l’écrivain tchèque Jan Cep (1902-1974) évoque-t-il dans son essai autobiographique Ma soeur l’angoisse la façon dont, le 15 août 1948, il a fui la Tchécoslovaquie devenue communiste si mois auparavant.

Il choisit tout naturellement la France pour sa “deuxième patrie”, cette France qu’il crut bien connaître et qui lui donna de précieuses amitiés littéraires dans les figures d’Henri Pourrat et de Georges Bernanos, dont il traduisit les oeuvres, et aussi une famille après son mariage en 1954 avec la fille du critique littéraire Charles Du Bos. Or, l’exil s’avère pur Cep, comme pour tant d’autres écrivains de l’Europe centrale et de l’Est, une rude épreuve essentielle. Comment la supporta-t-il ? Quel accueil la France d’après-guerre lui réserva-t-elle ? pourquoi ne parvint-il pas à accomplir son rêve de devenir écrivain d’expression française ? Quelles traces ce bouleversement de l’exil laissa-t-il dans sa création littéraire ? Telles sont les questions auxquelles la monographie de Jan Zatloukal apporte les réponses et tâche ainsi de refermer la lacune représentée par l’exil dans la biographie de l’écrivain tchèque, aussi bien que dans les relations culturelles entre ses deux “patries”.