Axe 1

(1)    Circulations et Europe médiane, penser le temps long des mouvements et des interactions des hommes, des biens ou objets et milieux permet de construire une approche incluant tous les échanges y compris ceux qui cons­tituent nos environnements. Ainsi sera repensé le rapport entre exils et autres migrations en tant qu’élément crucial de la dynamique de l’Europe médiane. Les circulations de populations sont ici à prendre en compte avec les déplacements des pôles de pouvoirs et des limites poli­ti­ques qui articulent des frontières de natures diffé­rentes et complexes, comme celles qui séparaient les territoires des divers empires ou même au sein des États de l’après 1918. Un des enjeux est donc la requalification des individus et des groupes par les pouvoirs succes­sifs en lien avec un statut associé avec leurs déplacements, réels ou imaginaires. De la même façon, depuis plus de mille ans les dynamiques d’exploitation des ressources naturelles et de circulation des mar­chandises struc­turent l’espace régional tout en l’atomisant ou l’incluant dans des circuits largement extérieurs. Ces thèmes sont présents dans les autres pôles aréaux et bien sûr aussi actuellement dans l’UE, qui s’étend sur une partie de l’Europe médiane et qui en perçoit actuellement une cruelle actualité. Et ils ne peuvent être appréhendés qu’en associant toutes les disciplines mobi­li­sées, dont l’anthropologie, l’économie, la géographie, l’histoire, la littérature, la science politique, la sociologie, etc. et une perspective de long terme, qui limite la portée des démarches identitaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.