Deux post-doctorants au CEFRES affectés par l’Université Charles

Appel à candidatures

Date-limite pour déposer son dossier au CEFRES : 28 août 2015.
Période : du 1er janvier 2016 au 31 décembre 2018.
Langue de candidature : anglais seulement.
En tant que partenaire de la Plateforme CEFRES, l’Université Charles recrute deux post-doctorants d’excellence hors de la République tchèque (i.e. non tchèques) qui seront affectés au CEFRES. Ce recrutement s’inscrit dans le cadre du Fonds de recherche internationale post-doctorale de l’Université Charles. Ces deux postes sont de deux ans et débutent au 1er janvier 2016. Le salaire brut est de 28 000 CZK mensuelles. Un CDD d’un an renouvelable une fois sera signé entre chacun des post-doctorants et le CEFRES.

Continuer la lecture

AAC : SOUTIEN A LA MOBILITE AU CEFRES – chercheurs et enseignants-chercheurs

Appel à candidature à destination des chercheurs (à partir du post-doctorat) et enseignants-chercheurs de France

La Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH) est partenaire du CEFRES dans le soutien d’un post-doctorant de France.

Durée de la mobilité : 2 à 6 mois.
Date limite : 15 juillet 2015.

Le CEFRES offre, à des chercheurs et enseignants-chercheurs en sciences humaines et sociales, un soutien à la mobilité de 1 000 € par mois pour des périodes de 2 à 6 mois.

Nous soutenons des projets de recherche qui peuvent s’inscrire dans notre politique scientifique, en synergie avec nos chercheurs ou nos partenaires de République tchèque. Nous considérons les séjours visant à initier des projets scientifiques collaboratifs avec nos partenaires en Europe centrale. Les projets interdisciplinaires sont bienvenus.

Obligations des chercheurs accueillis au CEFRES
Les chercheurs en mobilité au CEFRES ont une obligation de résidence à Prague. Ils participent à la vie du centre, où ils disposent d’un lieu de travail. Il leur est demandé de présenter leurs travaux devant leurs collègues au cours de leur séjour, au CEFRES et/ou dans l’une des institutions partenaires de la Plateforme CEFRES. Ils peuvent aussi être sollicités pour guider les doctorants du CEFRES et contribuer à la vie du centre (conférences, colloques, séminaires).

Éléments du dossier de candidature
Le dossier de candidature doit être adressé par mail sous forme d’un document électronique unique en format PDF, intitulé « Soutien à la mobilité CEFRES-votre nom », à l’adresse suivante : clararoyer@cefres.cz. Les dossiers de candidature incomplets ou ne correspondant pas à la description ci-dessus ne seront pas pris en compte. Les candidatures doivent être rédigées en français. Elles comprendront :
• Le formulaire de candidature rempli – télécharger ici,
• une lettre de motivation exposant les raisons du séjour au CEFRES et les partenaires scientifiques qui vous intéressent,
• un CV accompagné d’une liste de publications,
• un exposé du projet de recherche (maximum 5 pages).

Critères d’éligibilité
• être chercheur (à partir du post-doctorat) ou enseignant-chercheur en France,
• travailler sur un sujet qui s’inscrive dans l’un des axes de recherche du CEFRES,
• maîtriser à un bon niveau l’anglais.

AAC : AIDES À LA MOBILITÉ JEUNES CHERCHEURS AU CEFRES (Prague)

IMG_4199

Appel à destination des post-doctorants et des doctorants de 2e année et plus de France, Hongrie, Pologne et Slovaquie.

Date-limite : 20 juin 2015.
Période : 1er septembre 2015 – 31 août 2016.

URL : http://www.cefres.cz/Aides-a-la-mobilite-Jeunes

Le CEFRES offre des aides à la mobilité d’un an à des post-doctorants et des doctorants à partir de leur 2e année de thèse travaillant en France, Hongrie, Pologne ou Slovaquie. Les jeunes chercheurs doivent mener des travaux qui s’inscrivent dans l’un des axes de recherche du CEFRES (http://www.cefres.cz/Politique-scientifique-du-CEFRES). Le montant des aides est de 19 000 CZK ou 32 000 CZK mensuelles pendant 12 mois en fonction du niveau d’études des jeunes chercheurs (doctorat ou post-doctorat) et du pays de résidence. La maîtrise du français OU de l’anglais est obligatoire.

Éléments du dossier de candidature

  • Le formulaire de candidature rempli à télécharger en ligne http://www.cefres.cz/Aides-a-la-mobilite-Jeunes
  • Un résumé de la recherche en cours (5 pages maximum) qui comprenne :
    -  une définition des termes du sujet de votre thèse ou de votre recherche post-doctorale
    -  le cadre méthodologique et théorique dans lequel votre recherche s’inscrit
    -  un état de l’art sur la question sous forme d’un choix de références bibliographiques (1 page maximum), suivies d’une explication sur la nature novatrice de votre approche sur la question
    -  pour les doctorants seulement : les premiers résultats obtenus depuis le début de votre thèse
    -  les objectifs de votre thèse ou de votre recherche actuelle
  • une lettre de motivation qui réponde à ces deux questions :
    -  Comment votre projet de recherche s’inscrit-il dans la politique scientifique du CEFRES, soit dans l’un de ses trois axes de recherche ? (autour de 450 mots)
    -  Que comptez-vous que le CEFRES apportera à votre recherche ? (autour de 300 mots)
  • deux lettres de recommandation académiques, dont l’une du directeur de thèse pour les doctorants
  • un CV avec une liste de publications détaillée
  • pour les post-doctorants seulement : la copie de l’attestation de soutenance de la thèse et la copie de deux articles publiés ou acceptés pour publication.

Les candidats sont priés d’adresser leurs dossiers en français ou en anglais, par email en un PdF intitulé « Mobilité Jeune Chercheur CEFRES-votre nom de famille » à : clararoyer@cefres.cz. Les publications des post-doctorants feront l’objet de fichiers séparés portant le même intitulé suivi du suffixe « _1 » et « _2 ».

Les candidats présélectionnés seront auditionnés début juillet par vidéoconférence. Les résultats seront publiés le 7 juillet 2015.

Tout dossier incomplet sera considéré non valable. Pour toute question, s’adresser à Mme Věra Okénková : okenkova@cefres.cz

Critères d’éligibilité  :
• être doctorant en 2e année ou plus ou post-doctorant ayant soutenu entre le 1er janvier 2010 et le 1er avril 2015,
• être doctorant ou post-doctorant dans une institution de SHS en France, Hongrie, Pologne ou Slovaquie,
• travailler sur un sujet qui s’inscrive dans l’un des axes de recherche du CEFRES,
• maîtriser à un bon niveau soit le français, soit l’anglais.

JDE du GDR : Journée doctorale du 20 mars à l’IES

Date : Vendredi 20 mars 2015, 9h30-17h.

Lieu : Institut d’études slaves, 11 rue Michelet, 75006 Paris.

Organisateurs : Roman Krakovsky, Paul Lenormand, Antoine Marès et Clara Royer.

Chaque doctorant bénéficie de 15 minutes pour présenter son travail et de 15 minutes pour la discussion.

Programme

9h30 : Accueil des participants à la journée d’étude.

9h45 – 11h15 : Session 1. Les changements de paradigmes

Discutants : Lydia Coudroy de Lille et Antoine Marès

Horaire Nom Sujet Affiliations Dir. de thèse Discipline
9h45-10h15 Axel BOURSIER Changer votre langue, vous changerez votre corps. Analyse de la corporéité dans les textes des francophones choisis d’Europe Médiane. Université Cergy-Pontoise Joanna Nowicki Communication
10h15-10h45 Natalia ZDANOWSKÁ Les systèmes de villes en Europe Centrale depuis 1950 : cas de la Hongrie, Pologne et République tchèque. Paris 1 Panthéon-Sorbonne Anne BretagnolleGrzegorz Węcławowicz Géographie
10h45-11h15 Petra ŠVARDOVÁ Monument de l’Armée Soviétique, médiateur dans l’espace post communiste. INALCO & HU SAV Catherine Servant Marina Zavacká Histoire

11h15– 11h30 : Pause café

11h30 – 13h : Session 2. Les savoirs en réseaux

Discutantes : Catherine Gousseff et Nadège Ragaru

Horaire Nom Sujet Affiliations Dir. de thèse Discipline
11h30-12h Valentin BEHR Écrire l’histoire de l’autoritarisme en contexte de transition démocratique : l’historiographie polonaise autour du moment 1989. Université de Strasbourg Yves DéloyeVincent Dubois Histoire
12h-12h30 Stéphanie CIRAC Alfred Ljudigovič Bem, un émigré russe à Prague dans l’entre-deux-guerres. Contacts, perceptions, représentations. Paris-Sorbonne Paris IV Catherine DeprettoXavier Galmiche Littérature
12h30-13h Michaela KUZELOVÁ La réception des idées de Thomas Kuhn en Pologne et en Tchécoslovaquie 1962-1989. Université Charles Jiří Vykoukal Histoire des idées

13h – 14h : Pause déjeuner

14h – 15h : Session 3. La création et l’altérité

Discutantes : Françoise Mayer et Clara Royer

Horaire Nom Sujet Affiliations Dir. de thèse Discipline
14h-14h30 Lenka   ŽEHROVÁ Réception de Milan Kundera dans le monde culturel tchèque et français. Paris-Sorbonne Paris IV & Université Charles Xavier GalmicheVoldřichová Beránková Littérature
14h30-15h Thibault Deleixhe Le censeur intime – un co-créateur de talent ? Les dynamiques de l’autocensure chez les écrivains polonais et tchèques des années de 1968 à 1981. INALCO Marek TomaszewskiCatherine Servant Histoire culturelle

15h – 15h15 : Pause café

15h15 – 16h45 : Session 4. Les reconfigurations Est-Ouest

Discutants : Paul Gradvohl et Jacques Rupnik

Horaire Nom Sujet Affiliations Dir. de thèse Discipline
15h15-15h45 Antal BERKES Le règlement des réparations orientales en 1929-1930 : l’aide financière et diplomatique des puissances occidentales. Paris III Sorbonne nouvelle & ELTE Miklós ZeidlerTraian Sandu Histoire
15h45-16h15 Mike PLITT La réception de l’opposition polonaise par les intellectuels de la gauche en France et en République fédérale d’Allemagne, 1976-1989. Paris 8 Vincennes-Saint Denis & Viadrina Thomas Serrier Histoire
16h15-16h45 Amélie ZIMA L’atlantisme des pays d’Europe centrale : une conséquence historique ou une construction politique ? ISP & Université Paris Ouest George Mink Sciences politiques

PALABRES CENTRE-EUROPÉENNES – Panorama des livres sur l’Europe centrale

Date et lieu : mardi 10 février 2015 à 19h – Centre tchèque, 18 rue Bonaparte – 75006 Paris.

Séance animée par Jean-Yves Masson, comparatiste, professeur à l’Université Paris-Sorbonne, directeur de collection aux éditions Verdier.

Domaine tchèque

Vladimir Holan, À l’article, traduit du tchèque par Xavier Galmiche, Les Cabannes, Fissile, 2014. Présenté par le traducteur.

Domaine centre-européen

Saul Friedländer, Kafka : poète de la honte, traduit de l’anglais par Nicolas Weill, Paris, Seuil, 2014. Présenté par Mateusz Chmurski, Université de Loraine/EUR’ORBEM.

Domaine polonais

Bruno Schulz, Récits du treizième mois : oeuvres de fiction complètes, traduit du polonais par Alain Van Crugten, Lausanne, l’Âge d’Hommme, 2014. Présenté par Malgorzata Smorag-Goldberg, Université Paris-Sorbonne/EUR’ORBEM

Domaine germanique

Robert Seethaler, Le tabac Tresniek, traduit de l’allemand par Élisabeth Landes, Paris, éd. Sabine Wespieser, 2014. Présenté par Jean-François Laplénie, Université Paris-Sorbonne/REIGENN.

Richard Beer-Hofmann, Maître et serviteur des ombres : poèmes, aphorismes, fragments en prose, conférences et discours, traduit de l’allemand par et présenté Jean-Yves Masson et Fedora Wesseler, Paris, Arfuyen, 2014. Présenté par la traductrice.

PARU : Krisztian Bene, Ferenc David (dir.), La France, les Français en guerre(s) et l’Europe médiane aux XIXe et XXe siècles – coll. Dialogues – Université de Pécs et éds. Codex

Couverture - 004

Codex tenaient à vous informer de la parution du deuxième numéro de la collection « Dialogue », publiée conjointement par les
éditions Codex et l’Université de Pécs (Hongrie). Elle a pour vocation d’accueillir les actes du colloque international d’histoire qui se déroule depuis 2013 dans cet établissement d’enseignement supérieur hongrois. Son ambition est d’interroger chaque année un pan particulier des relations entre la France – plus largement les « mondes francophones » – et l’Europe centrale, orientale et balkanique ; cette Europe parfois qualifiée de « médiane » qui s’étend des rives de la Baltique à celles de la Méditerranée, au contact direct des espaces germanophone et russe.

En cette année 2014 marquée, pour tous les pays européens et au delà, par les commémorations du centenaire du déclenchement de la Grande Guerre, et par la phase ultime des combats de la Seconde Guerre mondiale, les chercheurs qui ont pris part à cette journée d’étude ont eu pour ambition d’analyser différents aspects des relations particulières entre la France et l’Europe médiane dans les domaines guerriers ou militaires, ainsi que leurs implications diplomatiques, au cours de la période contemporaine. Ce sont ainsi neuf universitaires venus de trois pays – Hongrie, Pologne et Turquie – qui livrent dans ces pages le résultat de leurs travaux, souvent
pionniers.

Aux actes proprement dits viennent s’ajouter, comme dans le premier volume, quelques textes relatifs à l’histoire des espaces géographiques et culturels envisagés ; à savoir des études de jeunes chercheurs ainsi que des comptes rendus d’ouvrages récents.

Nous tenons à disposition des responsables de revues ou de publications qui souhaiteraient faire état de ce travail des exemplaires en service de presse. Il est possible de les demander à : contact@editions-codex.fr

Table des matières

I. Études

Discours d’ouverture (Ferenc Fischer)
“You should try to hurt Archduke John”. The French strategic and
operational plans in Hungary in 1809 (István Nagy-Luttenberger)
Nostalgie ou commémoration ? La représentation du passé glorieux dans le
Voyage du duc de Raguse (Géza Szász)
La coopération militaire de la France avec ses partenaires en Europe
centrale pendant l’entre-deux-guerres (István Majoros)
Territories in Anatolia under French Occupation and Turco-French
Relations, 1918-1923 (Emre Saral)
From Budapest to Paris. The memory of a Turkish diplomat (Péter Oláh)
Juin 1940 : du sauvetage des soldats polonais pris au piège de l’immense
cul-de-sac breton (Lech Maliszewski)
Les militaires français de l’armée allemande et la Hongrie pendant la
Seconde Guerre mondiale (Krisztián Bene)
La littérature de la Résistance intérieure française en Hongrie (Adrián Bene)

II. Varia

Une « guerre » franco-française : Robert Brasillach et François Mauriac
(Krisztián Bene)
Les services de renseignement militaires hongrois aux derniers jours de la
Seconde Guerre mondiale (Ferenc Dávid)

PARU : Double numéro de la RECEO – La fabrique européenne des politiques de réconciliation – Cécile Jouhanneau et Laure Neumayer (dir.)

Revue d’études comparatives Est-Ouest coordonné par Cécile Jouhanneau (Université Montpellier III) et Laure Neumayer  (Université Paris I, IUF).
TDM :
Cécile Jouhanneau et Laure Neumayer – Introduction
Valérie Rosoux – Portée et limites du concept de réconciliation. Une histoire à terminer
Nathalie Duclos – L’OSCE au Kosovo, une identité faible et une action entravée. Le cas du Service de police du Kosovo
Isabelle Delpla – Une échelle européenne pour la justice internationale ?
Mladen Ostojić – Reassessing the ‘Peace vs. Justice’ Trade-Off: International Justice and Democratic Stability in Post-Milošević Serbia
Magali Bessone – La réconciliation par l’histoire en Bosnie-Herzégovine. L’impossible réception d’un modèle multiculturel européen
Aline Hartemann – La réconciliation par les ondes : de l’histoire franco-allemande à l’information européenne
Philippe Perchoc – Un passé, deux assemblées. L’assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, le Parlement européen et l’interprétation de l’histoire (2004-2009)
Nadège Ragaru – Commémorer et diviser en Europe. Le 70e anniversaire du sauvetage et des déportations juives depuis les terres sous administration bulgare
Pascal Bonnard – Les conflits autour des minorités en Lettonie et la circulation des normes européennes : jeux d’échelles, ressources et contraintes
 
Revue des livres
Nathalie Clayer et Xavier Bougarel, Les musulmans de l’Europe du Sud-Est. Des Empires aux États balkaniques (Anne Madelain)
Isabelle Delpla, Xavier Bougarel et Jean-Louis Fournel, Investigating Srebrenica, Institutions, facts and responsibilities (Amaël Cattaruzza)
Marina Glamotchak, L’Enjeu énergétique dans les Balkans, Stratégie russe et sécurité européenne (Aurélie Bros)
Delphine Bechtel et Luba Jurgenson (dir.), Le tourisme mémoriel en Europe centrale et orientale (Stéphanie Cirac)
Anna Lebedev, Le cœur politique des mères. Analyse du mouvement des mères de soldats en Russie (Amandine Régamey)

Le sommaire ainsi que les résumés et la revue des livres sont consultables sur le site de Necplus à l’adresse suivante :

http://www.necplus.eu/action/displayIssue?jid=REC&tab=currentissue

 

PARUTION : Thomas Chopard, Le Martyre de Kiev : 1919. L’Ukraine en révolution, entre terreur soviétique, nationalisme et antisémitisme, éditions Vendémiaire

Kiev-Chopard

Présentation de l’éditeur :

« Grande et terrible avait été la mille neuf cent dix-huitième année après la naissance du Christ, mais la suivante, 1919, fut pire encore. »
Mikhaïl Boulgakov

Kiev, février 1919. L’Armée Rouge pénètre la ville, fermement décidée à reprendre l’Ukraine aux nationalistes tandis que les forces blanches, partisanes d’une Russie indivisible, se préparent elles aussi au combat.
C’est le début d’un déchaînement de violences sans fin : de nouvelles institutions font leur apparition, notamment pour encadrer les populations – police politique et camp de concentration s’installent à Kiev – et le paysan ukrainien, ponctionné sans relâche par tous les prétendants au pouvoir, s’insurge contre le bourgeois citadin, l’officier du temps de guerre et le Russe, contre l’envol des prix autant que contre le Juif, accusé de trahison. Entre conflits armés, persécutions antisémites et catastrophe sanitaire, la ville, plongée dans l’horreur de la guerre moderne, perdit en quelques mois près du tiers de sa population et, jusqu’en 1922, connaîtra près d’une vingtaine de gouvernements.
Privilégiant la parole des témoins, l’auteur retrace les affrontements qui firent rage à Kiev en 1919, décrit le quotidien bouleversé de ses habitants, et révèle les tensions sociales qui déchirèrent le pays. Pour mieux démêler les différents fils d’une guerre civile dont les enjeux, multiples, sont encore aujourd’hui loin d’être tous soldés.

DÉBAT des ANNALES : L’antisémitisme et l’histoire

Date et Lieu : 30 janvier 2015, 17h-19h – BNF François-Mitterrand  Salle 70 – accessible depuis l’entrée Est (côté RER/métro lige 14), suivre ensuite la direction « petit auditorium »
 – 11 quai François Mauriac – 75013 Paris.

URL : http://annales.ehess.fr/

À l’occasion du cycle « Les Annales en débat », la rédaction des Annales HSS vous invite le vendredi 30 janvier au débat organisé autour du no 4-2014, sur le thème « Antisémitisme et histoire ».

Avec la participation de :
Marie Dejoux (Université Paris I-Panthéon Sorbonne)
Maurice Kriegel (EHESS)
Sylvie Anne Goldberg (EHESS)
Bertrand Joly (Université de Nantes)
et Étienne Anheim (Université de Versailles/Saint-Quentin, directeur de la rédaction des Annales)

Des persécutions médiévales à la Shoah, l’antisémitisme semble traverser l’histoire. Il peut susciter deux choix opposés qui sont aussi des renoncements parallèles, celui d’abolir l’histoire en conférant à cet antisémitisme une essence éternelle et celui de le dissoudre dans une historicisation radicale. Le dossier proposé par les Annales essaie de montrer que, face à cette alternative, l’histoire et les sciences sociales ne sont pas tout à fait démunies. En éclairant des objets aussi différents que la politique de Louis IX envers les juifs au xiiie siècle, le rapport historiographique entre les notions d’antisémitisme et d’antijudaïsme ou le mouvement antisémite dans l’Allemagne de la fin du xixe siècle, les auteurs réunis ont cherché à poser des problèmes qui concernent non seulement l’antisémitisme, mais aussi l’histoire générale, et qui seront au centre du débat.

Contact : annales@ehess.fr

Représenter la Shoah après 1989 : idées, poétiques, images. Entre la France et la Pologne

Dates et lieux : Paris, 5-7 février 2015 – Université Paris-Sorbonne / Varsovie, 24-26 septembre 2015 : Université de Varsovie

Colloque international

Comité scientifique sous la direction de : Agnieszka Grudzinska (Université Paris-Sorbonne)
Kinga Callebat (Université Paris-Sorbonne)
Catherine Coquio (Université Paris Diderot – Paris 7)
Luba Jurgenson (Université Paris-Sorbonne)
Leszek Kolankiewicz (Centre de civilisation polonaise, Université Paris-Sorbonne)
Iwona Kurz (Université de Varsovie)
Sylvie Lindeperg (Université Panthéon-Sorbonne – Paris I)
Philippe Mesnard, (Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand)
Alina Molisak (Université de Varsovie)
Jean-Yves Potel (Mémorial de la Shoah)

Coordination :
Anna Ciesielska (Université Paris-Sorbonne), Anna.Ciesielska@paris-sorbonne.fr
Aurélie Rouget-Garma (Université Paris-Sorbonne), Aurelie.Rouget-Garma@paris-sorbonne.fr

Programme 

 Prière d’imprimer le programme et de le présenter à l’entrée

(plan Vigipirate)

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Jeudi 5 février en Sorbonne (métro Cluny – La Sorbonne)
17, rue de la Sorbonne, 75005 Paris

10h15-13h30 : Salle des Actes
10h15 – Accueil des participants

10h30-11h30 – Allocutions d’ouverture
Agnieszka Grudzinska et Luba Jurgenson (Université Paris-Sorbonne)

11h30-13h30 – Panel 1: Littérature
La transformation politique constitue-t-elle une césure dans la représentation de la Shoah en Pologne ?
Modératrice : Kinga Callebat (Université Paris-Sorbonne)

Przemysław Czapliński (Université Adam Mickiewicz, Poznań), Malgorzata Smorag-Goldberg (Université Paris-Sorbonne), Justyna Kowalska-Leder (Université de Varsovie), Tomasz Żukowski (Académie Polonaise des Sciences, Varsovie)

13h30-15h pause-déjeuner

15h-17h : Amphi D670, galerie Claude Bernard

15h-16h30 – Panel 2 : Littérature (suite)
Écrire sur la Shoah aujourd’hui : explorations et limites
Modérateur : Marek Tomaszewski (Inalco)

Catherine Coquio (Université Paris Diderot – Paris 7), Lucie Campos, Aurélie Barjonet (Université de Versailles, Saint-Quentin-en-Yvelines)

16h30-17h pause-café

17h-18h30 : Amphi Milnes, esc. B, 2e étage

17h-18h30 – Rencontre avec l’artiste I : Mirosław Bałka / Jean-Yves Potel

Vendredi 6 février en Sorbonne (métro Cluny – La Sorbonne)
17, rue de la Sorbonne, 75005 Paris
Salle des Actes 

10h30-12h30 – Panel 3 : Mettre en scène la Shoah
Modérateur : Leszek Kolankiewicz (Centre de civilisation polonaise, Université Paris-Sorbonne), Dorota Sajewska (Université de Varsovie), Grzegorz Niziolek (Université Jagellonne, Cracovie), Philippe Mesnard (Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand) 

12h30-14h pause déjeuner

14h-15h – Présentation des travaux de Zbigniew Libera par Paul Bernard-Nouraud (Université Paris-Sorbonne/EHESS)

15h-17h – Panel 4 : Images, traces, documents, archives
Modératrice : Annette Wieviorka (CNRS)
Iwona Kurz, Ania Szczepańska (Université Panthéon-Sorbonne-Paris I), Ewa Ciszewska (Université de Łodź)
Alain Kleinberger (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)
17h-17h30 pause-café 

17h30-18h30 – Rencontre avec l’artiste II: Anna Baumgart / Iwona Kurz

Samedi 7 février à l’INHA – Institut national d’histoire de l’art
Salle Benjamin, 2, rue Vivienne, 75002 Paris
(métro Palais-Royal-Musée du Louvre, Bourse ou Pyramide) 

9h15-11h30 – Panel 5 : Musées, monuments, lieux de mémoire
Modérateur : Jean-Charles Szurek (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)
Alina Molisak, Elżbieta Janicka (Académie Polonaise des Sciences), Jacek Leociak (Université de Varsovie/Centre de recherche sur l’Holocauste), Delphine Bechtel (Université Paris-Sorbonne)11h30-11h45 pause-café

11h45- 12h15 – Présentation des travaux d’Artur Żmijewski par Jean-Pierre Salgas

12h15-12h45 – Conclusion du colloque : Agnieszka Grudzinska et Luba Jurgenson 

À partir de 14h : ateliers d’art plastique animés par Artur Żmijewski ouverts à toute personne intéressée [sur inscription].

(*sous réserve de modifications)

La traduction simultanée sera assurée tout au long du colloque. 


					

CEM : Séminaire du GDR – Guerre froide

Date et Lieu : 30 janvier de 14h à 18h à l’Institut d’études slaves (9 rue Michelet – 75006 Paris).

Séance organisée par Justine Faure (Université de Strasbourg).

Depuis la chute du bloc soviétique, l’analyse de la Guerre froide a connu deux évolutions majeures. D’une part, elle est devenue en Europe médiane un objet d’étude pour les chercheurs, lesquels ont profité d’une ouverture libérale des archives pour analyser les modalités de fonctionnement des régimes communistes. D’autre part, dans les pays dits occidentaux, où les sciences humaines et sociales se penchèrent sur la Guerre froide pratiquement dès sa naissance, les travaux scientifiques se sont progressivement dégagés des enjeux idéologiques liés au conflit. Dans ce double contexte, nous nous proposons lors de cette séance de séminaire de faire le point sur plusieurs recherches en cours en France, toutes consacrées aux aspects socio-culturels du conflit, afin de nous interroger sur le cadre opératoire qu’offre la Guerre froide pour comprendre l’Europe de l’Est entre 1945 et 1989. Il s’agira notamment de s’intéresser aux phénomènes de circulations par-delà le rideau de fer, aux acteurs du conflit et à l’articulation entre la Guerre froide, ses représentations et sa mémoire. 

Interventions

Marie-Pierre Rey (Université Paris-1) et Christian Wenkel (Institut historique allemand) : « Historiographies de la Guerre froide».

Les deux interventions seront complémentaires et se feront écho sur plusieurs points. Marie-Pierre Rey introduira la séance en replaçant l’historiographie de la Guerre froide dans sa longue durée, en soulignant les inflexions qu’elle a connues depuis ses débuts. Sa présentation reviendra sur les temps forts de cette historiographie en insistant sur certains moments et objets particulièrement importants  (définition du concept, origines et causes, caractéristiques majeures, disparition ou non de la guerre froide). Et alors que les analyses historiographiques sont souvent centrées sur le point de vue occidental, le point de vue soviéto-russe, souvent mal connu et négligé, sera également pris en compte dans cette présentation. De son côté, Christian Wenkel exposera les principaux courants de l’historiographie allemande sur la Guerre froide, fortement liée à l’historiographie sur la question allemande. Il évoquera ensuite le problème historiographique que présentent les interdépendances entre Guerre froide et intégration européenne et dans ce contexte, s’intéressera plus particulièrement  aux années 1980, décennie peu étudiée jusqu’à présent et où le caractère de ce conflit semble changer définitivement. Enfin, il fera le point sur les recherches faites à propos des années 1989-90.

Ioana Popa (CNRS, Institut de Sciences sociales du politique) : « Circulations intellectuelles transnationales en contexte non démocratique : pratiques d’un acteur de la Guerre froideculturelle ».

Cette communication porte sur un acteur occidental de la Guerre froide culturelle, la Fondation pour une entraide intellectuelle européenne, qui a été un intermédiaire non-gouvernemental des circulations littéraires, artistiques et scientifiques Est/Ouest. À partir de 1966, ses programmes consistent d’une part, en l’envoi d’imprimés vers les pays socialistes et en l’aide à la traduction en Occident d’œuvres provenant de ces pays; d’autre part, en l’octroi de bourses d’études à des intellectuels est-européens et en l’organisation de colloques, avec la participation de ces derniers. Ces activités visent à être un contrepoids aux échanges menés dans un cadre intergouvernemental et a fortiori, à travers les appareils des Partis communistes. Les structures institutionnelles dont la fondation est issue, ses sources de financement, ses modes opératoires, les propriétés sociales de ses initiateurs permettent d’interroger les conditions ayant rendu possible l’intermédiation d’une circulation transnationale des savoirs et des hommes par-delà le rideau de fer. Ce cas d’étude témoigne également de l’évolution et de la différenciation des stratégies de combat anticommuniste sur le terrain culturel. Il montre enfin que les circulations intellectuelles encouragées par la fondation n’ont été ni symétriques, ni homogènes, selon les pays socialistes ciblés.

Carmen Popescu (Université Paris-1) : « Post-modernismes architecturaux dans le bloc soviétique : ouvertures et jeux de faux-semblants ».

Dès la fin des années 1960, les architectes des pays du bloc soviétique explorent de plus en plus d’autres pistes que celle du modernisme, dont la réintroduction dans la pratique architecturale avait été pourtant perçue comme une victoire incontestable contre l’ingérence du sévère contrôle idéologique de leur champ. Même si ces nouvelles pistes – brutalisme, structuralisme, organicisme, etc. – ne sont pas comprises sur le moment comme des manifestations post-modernes (ainsi qu’elles seront traitées plus tard), elles ouvriront la voie aux formules du postmodernisme tel quel, avec son retour à l’histoire et à la tradition qui s’opère à partir de la fin de la décennie suivante et surtout durant les années 1980. Ensemble, toutes ces expressions architecturales témoignent de la volonté de ces architectes d’être de leur temps : trouver une solution à la crise décriée du modernisme, mais aussi d’être synchrones avec le monde occidental. S’ils ont ainsi l’impression de (re)trouver un espace de liberté d’expression, ils n’échappent pourtant pas à une certaine instrumentalisation idéologique. Car dans tous les pays du bloc, le régime apprend vite à tourner en sa faveur le langage ambigu du postmodernisme.

Ania Szczepanska (Université Paris-1) : Guerre froide: un concept inopérant en histoire du cinéma ? 

Cette intervention se propose d’interroger les divers usages méthodologiques possibles de la notion de Guerre froide, forgée dans le champ des relations internationales, en histoire du cinéma. A partir de divers objets de recherche puisés dans la cinématographie polonaise de la période socialiste, il s’agira de questionner le caractère opératoire ou non de ce terme dans le champ cinématographique. N’ayant jamais éprouvé la nécessité heuristique de recourir à cette notion dans le cadre de mes travaux, mais ayant été amenée à plusieurs reprises à aborder le cinéma polonais dans le cadre du conflit idéologique des blocs Est-Ouest,  je souhaiterais revenir sur l’apport éventuel que pourrait avoir cette notion dans la compréhension d’une cinématographie nationale au sein du bloc socialiste. La Guerre froide n’est-elle qu’une construction rhétorique utilisée pour étudier les discours de la politique culturelle du Parti à l’égard des milieux cinématographiques? Au delà des questions de représentation (figure de l’ennemi politique ou idéologique) et de genres cinématographiques particuliers (science fiction), la Guerre froide ne serait-elle finalement qu’une greffe conceptuelle d’une vision post 89 construite à l’Ouest qui échouerait à saisir la spécificité d’œuvres cinématographiques issus du bloc socialiste?

 

SÉM : Ecrire et penser avec l’histoire, CERILAC Paris-Diderot – Sorbonne Paris Cité

Le prochain séminaire du cycle Écrire et penser avec l’histoire à l’échelle du « monde » ? animé par Catherine Coquio  portera sur l’ouvrage collectif « Roms », « Tsiganes », « Nomades » : un malentendu européen, présenté par les responsables de la publication, Catherine Coquio  et Jean-Luc Poueyto, en dialogue avec Étienne Balibar, philosophe, et deux des contributeurs, Léonardo Piasere, anthropologue et Ilsen About, historien.

Date et Lieu : mardi 20 janvier, 16h-18h15 – Université Paris-Diderot – Grands Moulins, 5 rue Thomas Mann (Bâtiment C, 6e étage), salle Pierre Albouy.

Les Roms et l’Europe : quels enjeux épistémologiques et politiques? Quelle idée de l’Europe en question?

Quelle est la place des mondes tsiganes en Europe et dans son histoire? 

Comment la « question Rom » interroge la formation de l’espace politique européen ? 

À quels buts répondent les politiques spécifiques et les discriminations d’Etat ?

Responsables :

Catherine Coquio, Professeur de littérature comparée à Paris 7 – Coresponsable de l’axe «Ecrire et penser avec l’histoire » avec Claude Millet au CERILAC.  catherinecoquio@gmail.com – Inès Cazalas, MCF en littérature comparée à Paris 7 – inescazalas@hotmail.com – Frédérique Berthet, MCF en études cinématographiques à Paris 7 – berthet.frederique@wanadoo.fr – En collaboration avec Marik Froidefond (MCF littérature comparée à Paris 7), Lucie Campos (Vie des idées) Claude Mouchard (Po&sie).

Ce séminaire, organisé dans le cadre du Cerilac et avec le soutien du CERC de Paris 3 (« Discomplit »1), repose selon les séances sur des partenariats avec diverses institutions, associations ou revues.

http://ufrlac.lac.univ-paris-diderot.fr/CERILAC_WEB/FR/PAGE_Axe.awp?P1=25

SOUTENANCE DE THÈSE : Mme Lídia Haas – La mission comme littérature. Mihály Vörösmarty et la littérature nationale

Mme Lídia Haas soutiendra sa thèse portant sur La mission comme littérature. Mihály Vörösmarty et la littérature nationale, dirigée en cotutelle par Christian Jouhaud et Mihály Szegedy-Maszák (École des Hautes Études en Sciences Sociales & Eötvös Loránd Tudományegyetem BTK) ce samedi 17 janvier à partir de 9h à l’EHESS – 105 boulevard Raspail, salle 7.

Membres du jury : Gisèle Sapiro, directrice de recherche à l’EHESS, Marie-Élizabeth Ducreux, directrice de recherche au CNRS, Mihály Szegedy-Maszák, professeur émérite à ELTE de Budapest, Clara Royer, maître de conférences à l’Univerité Paris-Sorbonne et Gábor Sonkoly, directeur de recherche à ELTE de Budapest.

 

 

PARUTION : « La fabrique européenne des politiques de réconciliation » – Revue d’études comparatives Est-Ouest

Volume  45  – Numéro 03-04 – décembre 2014, sous la direction de Cécile Jouhanneau et Laure Neumayer.
RECEO 45
TDM 

Cécile Jouhanneau et Laure Neumayer – Introduction.
Valérie Rosoux – Portée et limites du concept de réconciliation. Une histoire à terminer.
Nathalie Duclos – L’OSCE au Kosovo, une identité faible et une action entravée. Le cas du Service de police du Kosovo.
Isabelle Delpla – Une échelle européenne pour la justice internationale ?
Mladen Ostojić – Reassessing the ‘Peace vs. Justice’ Trade-Off: International Justice and Democratic Stability in Post-Milošević Serbia.
Magali Bessone – La réconciliation par l’histoire en Bosnie-Herzégovine. L’impossible réception d’un modèle multiculturel européen.
Aline Hartemann – La réconciliation par les ondes : de l’histoire franco-allemande à l’information européenne.
Philippe Perchoc – Un passé, deux assemblées. L’assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, le Parlement européen et l’interprétation de l’histoire (2004-2009).
Nadège Ragaru – Commémorer et diviser en Europe. Le 70e anniversaire du sauvetage et des déportations juives depuis les terres sous administration bulgare.
Pascal Bonnard – Les conflits autour des minorités en Lettonie et la circulation des normes européennes : jeux d’échelles, ressources et contraintes.

Revue des livres

Nathalie Clayer et Xavier Bougarel, Les Musulmans de l’Europe du Sud-Est. Des Empires aux États balkaniques (Anne Madelain)
Isabelle Delpla, Xavier Bougarel et Jean-Louis Fournel, Investigating Srebrenica, Institutions, facts and responsibilities (Amaël Cattaruzza)
Marina Glamotchak, L’Enjeu énergétique dans les Balkans, Stratégie russe et sécurité européenne (Aurélie Bros)
Delphine Bechtel et Luba Jurgenson (dir.), Le Tourisme mémoriel en Europe centrale et orientale (Stéphanie Cirac)
Anna Lebedev, Le cœur politique des mères. Analyse du mouvement des mères de soldats en Russie (Amandine Régamey)

 Le sommaire ainsi que les résumés et la revue des livres sont consultables sur le site de Necplus à l’adresse suivante :
Revue publiée avec le soutien du CERCEC / CNRS et le concours du Centre National du Livre.