SEM du GDR: Réflexions sur le monde paysan en Europe médiane

bartok enregistrant paysans

20 novembre 2015 à l’Institut d’études slaves (9 rue Michelet, 75006 Paris) de 14h à 18h.

En 1924, Wladislaw Reymont obtient le prix Nobel de littérature pour son grand roman intitulé Les Paysans, Cette attribution symbolise au XXe siècle le poids du monde rural en Europe médiane, longtemps caractérisée par la prééminence de la ruralité et de l’agriculture par rapport à un monde occidental plus urbanisé et plus industrialisé.

Depuis la (re)construction des identités nationales au XIXe siècle, ce monde rural est souvent apparu comme un conservatoire des « valeurs nationales » autour desquelles se sont structurées ou restructurées la culture et la culture politique. La vie politique du premier XXe siècle a elle-même été marquée par l’agrarianisme et les partis paysans, de la Pologne au Nord à la Bulgarie au Sud, en passant par la Tchécoslovaquie, la Hongrie ou la Croatie où ces partis ont été dominants pendant plusieurs décennies à partir du moment où se sont imposés le suffrage universel et les partis de masse. En Hongrie, par exemple, la structure de la société et de la culture a été profondément influencée par le clivage entre urbains et ruraux (népi).

De telle sorte que les régimes communistes instaurés dans la région après la Deuxième Guerre mondiale ont dû tenir compte de cette réalité et introduire les paysans dans leur panthéon social aux côtés des ouvriers, comme en témoigne la reprise des soulèvements paysans dans la geste insurrectionnelle du passé (en Roumanie notamment). Pourtant, les quatre décennies de pouvoir exercées par les communistes ont été marquées par « le crépuscule du monde paysan » au profit d’une urbanisation et d’une industrialisation effectuées à marches forcées dans une volonté prométhéenne de rattrapage économique par rapport au monde occidental capitaliste. La chute des régimes communistes et la décollectivisation ont ouvert une nouvelle phase de restructuration, forcément douloureuse et difficile dans un univers traumatisé par les années 1940-1950, mais qui était parvenu à un certain équilibre. La confrontation avec les économies européennes et mondiales a placé ces agricultures face à de nouveaux défis.

L’objet de ce séminaire sera d’apporter quelques éclairages à cette vaste problématique, tant dans ses réalités que dans ses représentations.

Intervention de Jean-François Gossiaux, directeur d’études au LAIOS, EHESS: Paysans et pasteurs dans les Balkans : d’une transition à l’autre.

Le monde rural des Balkans présente une triple spécificité dans le contexte de l’Europe médiane : une occupation ottomane suivie de replis progressifs qui ont fait de la terre un bien disponible sinon illimité ; un modèle de communauté familiale appréhendé de manière ambiguë par les idéologies socialistes ; des populations transnationales de tradition pastorale entretenant des rapports de proximité avec tous les pouvoirs. Nous verrons, sur quelques exemples localisés, la façon dont ces Valaques et autres Karakatchans ont traversé les régimes politiques et les systèmes économiques – métaphore de la plasticité et de la « résilience » balkaniques.

 Intervention de Frédéric Zalewski, Maître de conférences de Science politique, Université Paris-Nanterre, ISP: L’action politique de la paysannerie en Pologne depuis le 19e siècle.

La Pologne a connu un « âge d’or » des partis paysans, ou agrariens, dans l’entre-deux-guerres, cependant l’origine de ces mêmes partis remonte à des processus de politisation de la paysannerie entamés dès les années 1880. Si cet « âge d’or » peut faire débat quant à sa portée politique, une page se tourne néanmoins avec l’instauration du régime communiste en 1945. Les groupements politiques qui réapparaissent après 1989 renvoient à des processus complexes de mobilisation d’héritages politiques hétérogènes et ils apparaissent divisés quant à leurs préférences organisationnelles et idéologiques.

Intervention d’Antonela Capelle-Pogacean, chercheur à Sciences Po-CERI: Interpréter la collectivisation en Roumanie. Nouvelles approches, nouvelles questions.

Depuis une dizaine d’années, les études consacrées à la collectivisation de l’agriculture en Roumanie ont enrichi la compréhension de ce phénomène grâce à une multiplication des perspectives disciplinaires (histoire, sociologie, anthropologie), à un renouvellement des méthodes (allant de l’histoire croisée et transnationale jusqu’à la micro-histoire et à l’histoire orale) et des sources (mobilisation de sources archivistiques inaccessibles auparavant, mémoires et journaux, témoignages, etc.).  Une image plus complexe de la collectivisation se dessine ainsi qui articule les perspectives par « en haut » et par « en bas » pour donner à voir des déclinaisons régionales spécifiques, des médiations multiples des politiques décidées au centre, des tactiques et des stratégies collectives et individuelles qui couvrent un large éventail de pratiques allant de la résistance aux différentes modes d’appropriation et de gestion de la coercition. Inscrites pour certaines dans une durée plus longue que le temps du communisme, ces recherches  dévoilent des transformations qui touchent les relations des paysans à l’Etat, ainsi que les reconfigurations à l’oeuvre des identités sociales. Cette intervention reviendra sur les apports de ces travaux et les chantiers de recherche ainsi ouverts.

 Intervention de Xavier Galmiche, professeur des universités (Paris-Sorbonne), directeur de l’UMR Eur-ORBEM: Vache ou tracteur? motifs agricoles du roman réal-soc tchécoslovaque (sur l’exemple de Bohumil Říha).

 Dans la prose tchèque du XIXe siècle, le « roman villageois » (vesnický román) est un genre à succès : les textes de Božena Němcová, Vítězslav Hálek, Karolina Světla, Josef Holeček, etc., oscillent entre idylle biedermeier et réalisme pathétique, alternant plus rarement avec une espièglerie souriante. Cette sensibilité s’est perpétuée au XXe siècle à travers le courant ruraliste qui véhicula des messages politiques, mais aussi, pour les meilleurs d’entre eux (Jan Čep), certains aspects existentialistes. La création romanesque du réalisme socialiste semble s’opposer frontalement à cette tradition, par son ouvriérisme de principe et sa fascination pour la technologie industrielle. Quand il évoque le monde rural, c’est plutôt l’agriculture mécanisée que la paysannerie proche de la nature, plus le tracteur que la vache, la tractoriste que la laitière. On se propose d’analyser quelques figures romanesques, notamment de l’œuvre de Bohumil Říha, qui illustrent et peut-être compliquent cette impression.