PUBL: Polonaises aux champs. Lettres de femmes immigrées dans les campagnes françaises (1930-1935)

Sylvie APRILE, Maryla LAURENT, Janine PONTY, avec une préparation documentaire de Elżbieta ŁĄTKA et Monika SALMON-SIAMA, Polonaises aux champs. Lettres de femmes immigrées dans les campagnes françaises (1930-1935), Paris, Numilog, Collection le Rocher de Calliope, 2015 (284 p.).

Le livre Polonaises aux champs. Lettres de femmes immigrées dans les campagnes françaises (1930-1935) est le résultat de quatre années de travail d’une équipe d’historiennes (Sylvie APRILE, Janine PONTY) et de polonistes (Maryla LAURENT, Elżbieta ŁĄTKA, Monika SALMON) sur des lettres d’immigrées polonaises qui s’inscrivent dans le chapitre peu connu de l’histoire ouvrière et rurale de l’entre-deux-guerres. Car qui se souvient encore combien les mains enflaient à la traite manuelle des vaches trois fois par jour ?

Elles sont aussi une opportunité pour faire ressurgir un monde migratoire oublié, celles des courageuses jeunes femmes polonaises qui partaient vers un monde dont elles ignoraient tout.

Certaines lettres signalent le désir des ouvrières agricoles de rejoindre les régions à forte densité polonaise immigrée. Il s’agit donc également d’une circulation dans l’espace français et européen quand ces femmes quittent la Touraine pour les bassins miniers du Nord où séjournent des communautés polonaises structurées et y trouvent des opportunités de mariage pour les célibataires. Enfin, ces lettres adressées à une assistante sociale livrent une photographie de la condition des bonnes de ferme parfois moins bien traitées que les animaux dont elles s’occupaient. Voici deux extraits de lettres :

Je vous informe de mon arrivée chez ce patron là que, pour ce qui est de mon travail, j’ai à traire neuf vaches et il y a un très grand taureau et je dois aussi nettoyer le fumier de ces vaches chaque matin. Je dois tirer l’eau du puits pour ces vaches et j’ai encore des cochons, y’en a tant que je sais pas combien ; je dois aussi faire la lessive. Mes mains me font tellement mal que la nuit j’arrive pas à dormir après un travail aussi pénible. Quand y’a eu une fille française, elle a pas fait la moitié de ce travail que je fais. Ce patron a pas de mesure et la patronne non plus. Il dit qu’une fille polonaise est forte. (Leonora Adamus, juillet 1934)

Il y a un malentendu entre moi et le fils du Patron. Je travaille ici depuis sept mois et pour la chose il m’a pas laissée tranquille du tout, mais il est venu chez moi et moi j’ai pas réussi à le repousser, il m’a prise de force en me criant dessus et il m’a violée. Qu’est-ce que je vais devenir maintenant, pauvre de moi, je vais me pendre ou me noyer. Parce que j’ai pas d’autre issue. Et lui, ça l’a fait rire quand je lui ai dit. (Maria Bistula, 21 septembre 1931)

Si votre intérêt est éveillé par les témoignages authentiques et régulièrement poignants que délivrent les correspondances de ces jeunes femmes immigrées, et l’étude historique qui en est faite, vous pouvez acquérir cet ouvrage en version papier à la « Librairie polonaise » (123 Boulevard Saint-Germain, 75006 Paris, Tél. 01 43 26 04 42) ou en version numérique: http://www.numilog.com/456643/Polonaises-aux-champs–Lettres-de-femmes-immigrees-dans-les-campagnes-francaises–1930-1955-.ebook