Journées doctorales du CERCEC / CETOBAC, Paris 21-22 Mai 2024 : “Modernités en débat. Perspectives croisées dans les espaces(post-)impériaux russes, soviétiques et ottomans : Europe centrale et orientale, Balkans, Méditerranée orientale, Caucase et Asie Centrale”


Notion polysémique et critiquée, la modernité demeure un concept incontournable des
sciences sociales pour décrire les processus économiques, politiques, sociaux et culturels du XIXe siècle à nos jours. Un temps mobilisée dans une perspective évolutionniste, la
modernité était mesurée à l’aune des processus de construction d’États-nations, de
démocraties parlementaires et des économies industrialisées. La conception
occidentalo-centrée de la modernité est depuis fortement critiquée. Les études post-coloniales appellent à provincialiser la trajectoire européenne et les perspectives transnationales remettent en cause les modèles diffusionnistes dans la modernité occidentale. Ces récents développements épistémiques ont le mérite d’avoir rejeté les approches réifiantes de la modernité, sans pour autant permettre de saisir les conflits qui se cristallisent autour de l’usage de cette notion dans les espaces (post-)impériaux russes, soviétiques et ottomans.

Invoquée par des dirigeants, administrations, partis politiques, ou élites savantes, la modernité constitue un cadre discursif servant de légitimation politique pour des transformations, y compris les plus radicales. Ainsi, les Tanzimat ottomanes du milieu du XIXe siècle ont ouvert un large débat historiographique sur la nature et la postérité de la modernité promue par l’Empire dans le contexte du vaste plan de réforme de sa structure administrative, de son système juridique et de son économie. Par ailleurs, l’idée de modernité a aussi été particulièrement interrogée à l’aune du projet soviétique qui s’en réclamait, et dont les tenants ont mené au nom d’une modernité socialiste des politiques extrêmes d’industrialisation à marche forcée et porté un projet d’ingénierie sociale qui justifiait toutes les violences commises. Il semble en ce sens primordial de porter un intérêt à la plasticité des usages de la modernité, en accordant un intérêt à la manière dont ses mobilisations récurrentes et protéiformes transforment les enjeux qui lui sont rattachés.

Cette journée d’étude souhaite ainsi partir des acteurs passés et présents qui portent l’idée de modernité dans les espaces étudiés, afin d’interroger la production située de cette notion. En resserrant la focale sur la manière dont les dynamiques internes aux espaces géographiques et sociaux considérés produisent la modernité, cette journée d’étude souhaite s’inscrire dans la continuité de la réflexion engagée par les études aréales sur la conceptualisation de cette notion.


Axe 1 : Modernités et empires


Ce premier axe invite à considérer le lien entre les Empires et « la modernité » depuis le XIXe jusqu’à nos jours. À rebours des récits téléologiques qui lient inextricablement la naissance de la modernité à la construction des États-nations, il s’agira de considérer les modèles de modernités propres aux empires ainsi que les contestations dont ceux-ci ont fait l’objet. Les réappropriations et réinventions de la modernité engagent les pouvoirs impériaux dans une lutte d’hégémonie à double échelle – face aux populations qu’ils administrent d’une part, et face à leurs puissances rivales d’autre part. Cet axe souhaite ainsi revenir sur les jeux d’échelles de la production de modèles de modernité, en portant un intérêt aux dialogues, circulations transnationales et confrontations politiques. La remise en cause des modernités impériales fera l’objet d’un second volet d’analyses au regard, par exemple, des relations centre/périphérie ou en s’intéressant aux borderlands. Enfin, il s’agit de questionner l’héritage impérial dans le façonnement et/ou les rejets des conceptions de la modernité au sein des espaces post-impériaux.


Axe 2 : Modernités et cultures


Cet axe examine la modernité et des concepts connexes utilisés dans l’étude du champ
culturel des espaces considérés. La modernité implique souvent une critique, voire une
contestation, d’un système de valeurs et de croyances en place, jugé obsolète. Par exemple, les récents débats concernant la politique de restitution du patrimoine culturel ont stimulé de nombreuses recherches sur la généalogie et la provenance des biens culturels et des oeuvres d’art considérés comme héritage impérial du passé. Les modes de fonctionnement et de circulation des modèles culturels et créatifs font également l’objet de réflexions et d’analyse continues : imposition des normes de production culturelle ; rapports entre pratiques artistiques conservatrices et avant-gardistes ; impératifs universels dominants et leur appropriation par sujets dominés ; impérialismes culturels, universalisme. Il s’agira donc d’examiner ces concepts comme des outils pour repenser les modernités et leurs effets sur la circulation et le transfert des idées culturelles et les conditions de production intellectuelle entre niveau national et niveau international dans les espaces (post-)impériaux russes, soviétiques et ottomans.


Axe 3 : Modernités et progrès


Cet axe propose de revenir sur la relation entre le progrès technique, les sciences et la
modernité. Souvent entendu comme un idéal donnant un sens à l’histoire, le progrès est perçu par les acteurs à la fois comme condition et conséquence de la modernité. Cette idée impose une réflexion autour de la diffusion des savoirs et de la circulation des modèles de
développement socio-économiques. Les processus de modernisation s’appuient souvent sur une technologie, des savoirs, voire des idéologies qui se positionnent par rapport à l’Occident, envisagé comme modèle ou comme contre-modèle. Ce rapport entre progrès technique et modernité a impliqué, de manière explicite ou implicite, l’idée d’une hiérarchisation des sociétés selon le degré de développement. En parallèle, il convient
d’interroger l’articulation entre cette recherche de progrès technique et les projets de
modernités multiples portés dans les espaces étudiés. Ainsi, il convient de penser la façon
dont l’acquisition et la maîtrise de procédés technologiques et scientifiques innovants peuvent s’imbriquer dans les rapports de pouvoir et de domination.


Axe 4 : Modernités et violences


Associé à l’idée de progrès, l’horizon moderne a toutefois été mobilisé dans la justification des projets d’ingénierie sociale et des violences de masses ayant traversé le XXe siècle. Certains acteurs se revendiquant comme agents modernisateurs ayant soutenu la création
d’États-nation, les révolutions socialistes ou nationales, ou ayant porté des projets de
transformation radicale de l’économie ont en effet employé et justifié la violence de masse
comme moyen en vue de ces fins. Ainsi, par exemple, la modernité ou son processus, la
modernisation, offrirent de nouvelles justifications à des épurations ethniques et sociales
ouvrant ainsi la voie à de nouvelles pratiques et formes de violence. La diffusion de l’idée de
modernité semble alors avoir transformé à la fois la nature et les moyens de la violence. En
outre, ces dernières décennies, l’idée de modernité a également été invoquée pour justifier des programmes entraînant la surexploitation des ressources et la destruction de l’environnement, à l’image des grands projets d’infrastructures souvent justifiés par une volonté de modernisation économique. Bien que l’exploitation brutale de la nature ne soit pas un phénomène récent, il est intéressant de s’interroger sur la manière dont l’idée de modernité a transformé le rapport des sociétés à leur écosystème. Cet axe invite ainsi à rendre compte des regards critiques portés sur la modernité en raison du potentiel destructeur qu’elle peut revêtir.

Modalités de participation


Cet évènement est ouvert aux masterant.e.s et doctorant.e.s en sciences humaines et sociales (histoire, sociologie, anthropologie, économie, géographie, philosophie, littérature, etc.). Les journées d’études auront lieu les 21 et 22 mai à l’Ecole des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) à Paris. Les propositions de communication de 300 mots maximum, en français ou en anglais, sont attendues pour le 23 février au plus tard, à l’adresse suivante : modernityehess2024@gmail.com. Merci également de joindre à votre courriel une brève notice biographique. Si votre institution de rattachement ne peut financer les frais de déplacement et d’hébergement, merci de nous le préciser dans votre message.

Comité d’organisation : Samir Abdelli (CETOBaC), Melvin Bernard (CETOBaC), Vera
Guseynova (CESSP/CERCEC), Reda Merida (CETOBaC), Niya Metodieva (CERCEC),
Guillaume Minea-Pic (CERCEC/EUI)


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
GDR CEM (11 janvier 2024). Journées doctorales du CERCEC / CETOBAC, Paris 21-22 Mai 2024 : “Modernités en débat. Perspectives croisées dans les espaces(post-)impériaux russes, soviétiques et ottomans : Europe centrale et orientale, Balkans, Méditerranée orientale, Caucase et Asie Centrale” Connaissance de l'Europe médiane. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vkmz