Hongrie : mise au pas par privatisation et accroissement du contrôle par le ministère des universités de Debrecen, Dunaújváros, Pécs et Szeged.

Le GDR Connaissance de l’Europe médiane a aussi pour mission d’informer sur les conditions de la recherche dans notre région. Les récentes évolutions hongroises confirment la volonté d’accroître les moyens de pilotage politique direct de la recherche en SHS et en droit-économie notamment. Elle se traduit par le financement d’instituts composés de serviteurs politiques et l’affaiblissement des centres de recherche publics, voire des archives d’État. Les injonctions à la soumission aux thèses idéologiques du pouvoir s’accroissent en même temps que se développent les moyens de pression sur les chercheurs. (Les conditions de la recherche en Europe médiane sont une des catégories de notre page sur ce carnet.)

Le dernier élément du développement de la politique de pression sur la recherche et l’enseignement supérieur, en particulier sur les chercheurs en SHS en Hongrie, après le départ de la CEU pour Vienne, la réorganisation de l’Académie des sciences, la création d’Instituts surfinancés avec un profil très politique (Veritas) ou le déménagement forcé de l’Insititut d’Hstoire Politique, est la transformation de plusieurs grandes universités qui deviennent des fondations privées dont les personnels sont fragilisés et sur lesquelles le pilotage direct du ministère est accru.

Une dizaine de privatisations de ce genre a déjà pris forme, notamment celle de l’Université des arts théâtraux et cinématographiques à Budapest, ou l’Université Saint-Étienne de Gödöllö. Mais après avoir prétendu en novembre que ce mouvement ne toucherait pas les grandes universités hors de Budapest celles de Pécs, Szeged, Dunaújváros et Debrecen sont depuis début janvier 2021 priées d’approuver leur “privatisation”.  Ce mécanisme de transfert à des fondations de ressources publiques ou de patrimoine d’État est une méthode utilisée aussi dans d’autres domaines pour éviter la transparence et placer des amis à la tête de telles fondations. Dans le cas des universités et avant le passage des dispositions législatives installant dans les semaines qui viennent ce “changement de modèle”, le gouvernement annonce des augmentations de salaires (15 % + 15 %) et dit accepter des garanties sur l’autonomie universitaire.

Comme toujours dans ce genre de cas le rythme de l’évolution est incertain, mais l’angoisse chez les collègues est profonde. Après les premiers votes des conseils en place en faveur de cette transformation la tension est donc grande et peut peser à moyen terme sur des coopérations en place comme cela a été constaté dans les épisodes précédents.