Appel à contribution dans SLAVICA OCCITANIA pour fin février 2021 : “La mémoire formelle des avant-gardes dans la création contemporaine est-européenne”

 

Projet de numéro de Slavica Occitania

Le numéro de Slavica Occitania consacré à « La mémoire formelle des avant-gardes dans la création contemporaine est-européenne » s’inscrit dans le projet scientifique de l’équipe-projet de l’Université Bordeaux-Montaigne « Mémoires plurielles du monde russe et est-européen ». L’un des volets de cette recherche collective concerne la mémoire artistique : il se propose notamment d’interroger la mémoire des langages et des formes, en tant que modalité du rapport à la tradition artistique, et modalité de la constitution d’une identité créatrice.

L’objectif de cette publication est de reconsidérer l’héritage des avant-gardes des années 1910-1930, qui est librement réévalué, approprié, prolongé par de nouvelles recherches formelles dans la création contemporaine, en Russie comme dans d’autres pays est- européens, tant dans le domaine des arts plastiques que celui de l’art verbal.

La modernité artistique du début du XXe siècle se caractérise notamment par une mise en question du rapport que la pratique artistique entretient à la tradition, à un héritage reçu, qui peut être affirmé ou rejeté, magnifié ou oublié, ou encore mis à distance de manière ironique, parodique. La recherche récente ayant souvent pris pour objet l’intertextualité, l’objet de cette publication est d’étudier, à la fois de manière théorique et pratique, l’immense champ que constitue la mémoire de la langue et des formes artistiques. Par exemple, fondamentalement, la création poétique est nécessairement (consciemment ou pas) mémoire du vers, elle met en jeu la mémoire collective de la langue poétique et l’expérience personnelle, toujours au présent, de la parole ; c’est également la tâche de la traduction littéraire qui peut être pensée comme mémoire du vers, dans chacune des aires littéraires et linguistiques impliquées dans le processus de traduction.

La modernité de la première avant-garde se caractérise aussi par la réflexivité de l’art, l’interrogation sur le statut du langage artistique, mettant en question les rapports entre le moi, la création artistique et le monde, et suscitant la recherche de nouvelles formes artistiques : le propos de cette publication est d’étudier le devenir, voire la renaissance de ces préoccupations esthétiques et éthiques dans la seconde avant-garde des années 1970, dominée par le conceptualisme moscovite, qui prend précisément le contrepied de l’interdit du « formalisme » érigé en principe par l’officialité culturelle. Quant à la création des années 1990, postsoviétiques, elle se définit (en partie) comme post-conceptualiste, consciente de cet héritage de la seconde avant-garde. Comment interpréter cet héritage à l’heure actuelle, en portant un regard rétrospectif sur l’histoire soviétique ? Comment l’empreinte des avant- gardes se manifeste-t-elle aujourd’hui ? Comment lire les œuvres récentes relatives à la démarche d’artistes qui ont été, un temps, révolutionnaires ?

La scène contemporaine n’a eu de cesse, depuis les années 90, de se confronter aux formes du passé, revendiquant la rupture ou la filiation, à travers des démarches de contestation, d’influence ou de réactivation. Les artistes et écrivains interrogent leur histoire, et cherchent à se positionner vis-à-vis des inventions formelles des avant-gardes, leur radicalité et leur caractère novateur. L’enjeu sera d’analyser ces occurrences et d’en isoler les particularités et les rapports – de référence ou de rejet – en vue d’un regard éclairant sur la scène est-européenne vis-à-vis de son Histoire. Les modalités de cette mémoire des formes seront définies à partir de deux étapes temporelles : celle des artistes du souterrain se souvenant de la modernité de l’âge d’argent, et celle de la création contemporaine, de l’ère post – postmoderne, postsocialiste ou postsoviétique –, cette dernière gardant en mémoire la création artistique de cette « deuxième culture » tout en entretenant un dialogue avec les expérimentations artistiques du début du XXe siècle.

***

Les propositions d’articles sont à envoyer à Florence Corrado Florence.Corrado@u-bordeaux- montaigne.fr avant fin février 2021. Dans un second temps, les articles seront attendus pour le 15 octobre 2021.