HONGRIE : les autorités s’en prennent à l’INSTITUT D’HISTOIRE POLITIQUE qui doit quitter ses locaux / Appel à la solidarité

Alerté par Ségolène Plyer, membre de notre comité de pilotage, le GDR Connaissance de l’Europe médiane se fait un devoir de relayer l’appel au secours de cet institut qui est un des derniers témoins de la vitalité scientifique et critique de l’histoire contemporaine dans un pays où celle-ci est mise au pas et où la recherche en histoire est vue par le pouvoir comme instrument de son projet politique. Nous relayons donc le message suivant :

Protestation contre l’éviction de l’Institut d’histoire politique, Budapest

Cher.e collègue,

je vous écris de la part de Gábor Egry, directeur de l’Institut d’histoire politique à Budapest. Après avoir démantelé la Central European University, le réseau scientifique de l’Académie hongroise des sciences et plusieurs autres institutions universitaires, le gouvernement dirigé par Viktor Orbán cible désormais le dernier établissement indépendant de recherche du pays : l’Institut d’histoire politique (Politikatörténeti Alapítvány). Ce dernier se consacre à l’histoire du mouvement ouvrier hongrois. Sa réputation est internationale. Il a été élu récemment par le Conseil européen de la recherche pour recevoir le projet ERC Consolidator Grant « Negotiating post-imperial transitions » (1918local.eu).

L’Institut a été sommé de quitter, sans indemnité ni compensation, les locaux qu’il occupe depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Les coûts du déménagement et de sa nouvelle installation représentent le tiers de son budget annuel, soit environ 80 000 euros. Depuis 2010, l’Institut n’a reçu aucune subvention de l’Etat hongrois. Son éviction représente un fardeau financier considérable, qui va inévitablement réduire son activité de publication et de recherche.

Ceci n’est pas le résultat du hasard ou la conséquence regrettable, mais secondaire, d’un choix économique rationnel. Le gouvernement actuel de la Hongrie entend délibérément nuire au fonctionnement de l’Institut. Ce dernier est, je le répète, la dernière institution indépendante à s’opposer à l’interprétation extrêmement nationaliste de l’histoire hongroise et européenne que V. Orbán, son parti Fidesz et ses ministres veulent imposer à la société et à l’université.

Vous pouvez aider l’Institut d’histoire politique à poursuivre son travail en diffusant ce message, ainsi que le billet ci-dessous. Des donations – même individuelles, même portant sur de petites sommes de l’ordre de 20 euros – sont possibles et bienvenues. Les informations nécessaires sont sur le site de l’Institut : http://polhist.hu/call-for-support/

D’avance, merci de votre attention.

 

Ségolène Plyer, Maîtresse de conférences en histoire contemporaine

Faculté des sciences historiques, Université de Strasbourg

Senior researcher du projet « Nepostrans »