APPEL A CONTRIBUTION dans le cadre du réseau Posoc-19 : L’Europe centrale et orientale face à l’épidémie Covid-19, WEBINAIRE, le 29 JUIN 2020.

La crise sanitaire que le monde traverse est sans doute la première « crise globale » contemporaine qui menace le monde d’une anomie généralisée. Elle a rapidement frappé outre la Chine, l’Asie, l’Europe, le Moyen-Orient et à se répandre sur le continent américain, mais aussi en Afrique. Cependant, les pays européens ne sont pas atteints de la même façon : tandis que les pays de l’Europe de l’Ouest, surtout l’Italie, l’Espagne, la France et le Royaume-Uni sont les plus touchés, les pays de l’Europe centrale et orientale (PECO) semblent être épargnés, ou tout au moins beaucoup moins concernés, par le coronavirus. S’il est encore difficile de donner aujourd’hui des explications médicales ou biologiques, c’est souvent la dimension politique (les mesures rapides et drastiques) qui est mise en avant pour expliquer des nombres de malades et de décès relativement bas.

Touchés plus tardivement, les gouvernements des PECO ont réagi de façon différente à la crise: les pays du groupe de Visegrad ont adopté des états d’urgence sanitaires bien plus tôt et étendus qu’en Europe de l’Ouest, imposant rapidement des mesures draconiennes de confinement et de contrôle des populations, faisant partie des premiers à fermer leurs frontières. En Hongrie, le gouvernement de Viktor Orbán a soumis au Parlement un projet de loi qui lui permettait de prolonger l’état d’urgence en vigueur depuis le 11 mars, sans demander l’aval du parlement. La Pologne affiche une variante de l’usage de la crise à des fins politiques et agit à front renversé en quelque sorte, puisque c’est l’opposition au gouvernement de Droit et justice (PiS) qui réclamait que soit décrété un état d’urgence afin de permettre le report de l’élection présidentielle prévue pour le mois de mars. En Slovaquie, l’arrivée de l’épidémie du coronavirus a coïncidé avec celle d’un nouveau gouvernement, issu des élections législatives du 29 février, mais sans réel programme politique sauf la promesse de lutter « sans merci » contre la corruption. En République tchèque, le Premier ministre Andrej Babiš, contesté par une société civile à nouveau mobilisée, a même su profiter de la situation pour appeler à l’unité face à une opposition parlementaire fragmentée. La Roumanie s’est retrouvée dans une situation particulière dans le bloc postcommuniste en raison du grand nombre de Roumains vivant et travaillant en Italie, dont une partie est rentrée en Roumanie. En compensation de systèmes sanitaires défaillants, les États des Balkans occidentaux adoptent des mesures de confinement sévères pour lutter contre la pandémie. La Biélorussie du dictateur Alexandre Loukachenko se refuse à tout confinement à grande échelle et dénonce la « psychose » du coronavirus.

Partout, même si cela est plus visible dans les pays de l’Europe de l’Ouest, les problèmes économiques ont été aggravés par le manque de main-d’œuvre (Roumains, Bulgares, Ukrainiens), dans les secteurs agricole ou industriel (notamment avec la question des travailleurs frontaliers). Avant même la fin de la crise sanitaire stricto sensu est apparue une crise économique que chaque pays tente de résoudre à sa manière et sans réelle concertation tant avec les Etats voisins qu’au niveau européen. A ce niveau d’ailleurs les pays postcommunistes (notamment le groupe de Visegrad) développent un discours mettant en cause les principes de gestion commune ou de solidarité et mettent en question l’intégration européenne. La crise du coronavirus a touché les rapports interétatiques (fermeture non concertée des frontières, limitant la libre circulation des individus et des marchandises ; réquisition de matériel médical et sanitaire, etc.), mais elle a aussi fait resurgir des problèmes intraétatiques plus anciens (notamment la question des minorités et groupes parfois les plus touchées du fait d’une exclusion sociale préexistante, notamment la minorité Rom, les immigrés ou les sans domicile fixe). Dans certains cas c’est la lutte efficace de certains gouvernements contre l’immigration depuis la crise des années 2014-2015 qui a été évoquée pour expliquer le nombre inférieur de cas de coronavirus.

L’Union européenne a essayé de réagir face à l’épidémie en proposant certaines mesures pour freiner la propagation du coronavirus et relancer l’économie des pays membres. Elle a pourtant été critiquée, notamment dans les Etats postcommunistes de n’avoir pas rempli son rôle, une critique rapide et facile pour ceux qui ont depuis longtemps misé sur la carte eurosceptique. Par ailleurs, un acteur tiers a confirmé sa présence sur la scène européenne : la Chine. Celle-ci, qui semblait condamnée il y a quelques mois notamment pour sa gestion de la crise sanitaire à ses débuts, a repris sa politique de soft power en « offrant » (vendant au prix fort) au monde quantité de matériel sanitaire. La Russie quant à elle parait encore plus touchée par la crise et en situation de retrait, alors même qu’elle avait dans un premier temps elle aussi tenté de renforcer cette approche en faisant montre de solidarité.

La mesure des problèmes est donc particulièrement vaste et l’objectif de ce colloque est d’analyser les spécificités de l’Europe centrale et orientale que cette crise du coronavirus a mis en exergue. Il s’agira notamment de comparer la façon dont les États postcommunistes gèrent cette crise peut nous permettre de mieux appréhender la crise globale et les particularités nationales.

Dans cette situation, les questions sont nombreuses et de première importance :

Comment expliquer la relative bonne santé épidémiologique des PECO sur le plan politique ? Comment expliquer les capacités de réaction différenciées des États face au Covid-19 ? Quel rôle ont joué les experts ?

Comment la crise a-t-elle influencé la position des gouvernements centre et est européens, notamment face à leurs oppositions et sociétés civiles ? Quelles ont été les résistances aux mesures dictées par les politiques sanitaires ?

Quels discours ont été adaptés ou transformés sur l’Union européenne et le rapport à celle-ci ? Quelles sont les conséquences politiques sur la relation à l’Union européenne et les rapports entre les différents Etats de la région et au-delà ?

Comment la pandémie a influencé les relations entre la Chine et les PECO, majoritairement membres de l’initiative chinoise de la « nouvelle route de la soie » ? etc.

Au-delà de ces questions suggérées, les participant(e)s sont libres de proposer d’autres aspects en lien avec le sujet proposé. Des analyses comparatives (entre différents pays de la région ainsi qu’entre les PECOs et les pays de l’Europe de l’Ouest) et des analyses spécifiques à un pays donné de la région sont également bienvenues.

La langue du travail du colloque sera le français.

En raison de l’impossibilité de voyager dans la situation actuelle, le colloque aura lieu sous forme de webinaire le 29 juin 2020

Les participants peuvent envoyer un résumé de leur contribution (env. 1200 signes) pour le 14 juin 2020 à ( Jean-Michel.De.Waele@ulb.be )

Les publications retenues seront communiquées le 18 juin 2020 

Une série de contacts sont pris et seront pris pour envisager une ou des publications.

Ce webinaire s’inscrit dans le cadre des activités menées par le réseau PoSoc-19 (Pouvoirs et Sociétés face à la crise du Covid-19), réseau collaboratif de recherche réunissant plus de 80 universités et 50 pays dans le monde entier.

Organisateurs :

B. BRUCKER (Université de Pecs)

J.M DE WAELE (Université Libre de Bruxelles)

M. PEROTTINO (Université Charles de Prague)