Vendredi 26 mars 2021, Strasbourg : journée d’études “Temps et expérience des temporalités de l’Europe médiane à l’époque contemporaine. Sur les traces de mondes vécus” /Lien mis à jour !/

Journée organisée par A. Kichelewski, seuls les intervenants seront si possible sur place. La journée sera retransmise via Zoom, https://www.bnu.fr/fr/evenements-culturels/agenda-culturel/en-ligne-journee-detude-leurope-mediane

Parler de temps en histoire est une chose à la fois extrêmement simple et compliquée. De toute évidence, le temps constitue le « pain quotidien de l’historien ». Le temps que l’historien étudie est déjà accompli, déjà écoulé et il est reconstruit en fonction des enjeux du présent. Tous les images qui cherchent à nous rendre visibles le temps – une horloge, un calendrier, une flèche, un cours d’eau – désignent un espace ou un objet qui renvoie à l’idée que les hommes sont immergés consciemment ou non dans un temps historique universel auquel que nul ne peut s’évader. La phénoménologie husserlienne conçoit le présent comme un flux, Schiller comme une « flèche » qui s’enfuit, Hans Günter Hockert comme une « gare de triage » dans laquelle entrent des trains de provenances différentes et dont le trajet a été plus ou moins long.

Les anthropologues et les sociologues ont montré que le temps est avant tout une expérience individuelle articulant conscience et corps, ce que Thomas Luckmann qualifie de « temps intérieur[1]. »  Celui-ci s’inscrit dans une forme standardisée universelle qu’est le temps physique mesurable et contrôlable par la science, ce que R. Koselleck appelle le « temps naturel[2] ». Derrière cette convention partagée qu’est le temps international se cachent une multitude de temporalités sociales (G. Gurvitch en distinguait huit[3]) qui structurent à différentes échelles les États-nations, les institutions, les sociétés et donc les individus: les temps de l’école, de l’usine, des institutions politiques, des médias illustrent l’hétérogénéité des logiques sociales et le besoin d’articulation de ces dernières dans la vie quotidienne pour construire un « temps commun » (Luckmann).

L’objectif de cette journée d’étude est de réfléchir à la question des temporalités à l’échelle de l’Europe médiane en partant de l’idée déjà formulée dans les années 1980 par K. Pomian selon laquelle « l’essence du temps, c’est qu’il n’y a que des temps.[4] » Par temporalités historiques, on entendra les expériences du temps éprouvées par des acteurs historiques inscrits dans des configurations institutionnelles, sociales ou politiques qui ont leur rythme propre. Si le temps naturel – comprenez temps universel coordonné – est commun à l’ensemble des individus vivant sur terre, les temps historiques sont multiples car ce sont des constructions sociales globales qui expriment le fonctionnement de tel ou tel monde vécu.

 

[1] Thomas Luckmann, « Les temps vécus et leurs entrecroisements dans le cours de la vie quotidienne », Politix, Vol. 10, N°39, 1997, p. 17-38.

[2] Reinhart Koselleck, « Temps et histoire », Romantisme, 1987, N°56, p. 7-12.

[3] Georges Gurvitch, « La multiplicité des temps sociaux », in Id., La vocation actuelle de la sociologie, Paris, PUF, 2e tome., 1963, p. 325-430.

[4] Krzystof Pomian, L’ordre du temps, Paris, Gallimard, 1984, p. 349.

Date : Vendredi 26 mars 2021 de 10h à 18h00. 

Site internet : https://www.bnu.fr/fr/evenements-culturels/agenda-culturel/journee-detude-leurope-mediane  (Le programme correspond mais la date n’a pas été mise à jour.)

10h-10h30 Introduction

Emmanuel Droit (IEP-DynamE), Histoire et temporalités historiques

10h45-12h15 Les temporalités des sorties de guerre

Maurice Carrez (IEP-DynamE), L’emboîtement des temporalités au travers de l’exemple d’une commune rurale finlandaise lors de la révolution de 1918

Emilia Koustova (Etudes slaves-GEO), Sortie de guerre, sortie du stalinisme : les épurations soviétiques

14h00-15h30 Penser le temps d’après

Audrey Kichelewski (Histoire-ARCHE), La Shoah dans le prétoire : juger les collaborateurs des nazis en Pologne dans les années 1960

Cédric Pellen (CUEJ-SAGE), Andrzej Lepper, ou les contraintes temporelles de l’investissement militant dans la Pologne ‘’post-communiste’’

15h45-17h45 Les décalages temporels

 Ségolène Plyer (Histoire-ARCHE), Révolution et accélération du temps en Bohême du nord-est. Une micro-histoire des années 1905-1921.

Alexandre Kostka (LSHA-SAGE), Le temps du patrimoine. Décalages Est – Ouest à l’exemple de l’héritage culturel allemand à Strasbourg et Poznan

Roman Krakovsky (Université de Genève-GSI), Les temporalités du monde socialiste

17h45-18h Discussion et conclusions 

 

 



Citer ce billet
GDR CEM (2020, 28 mars). Vendredi 26 mars 2021, Strasbourg : journée d’études “Temps et expérience des temporalités de l’Europe médiane à l’époque contemporaine. Sur les traces de mondes vécus” /Lien mis à jour !/. Connaissance de l'Europe médiane. Consulté le 27 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mipm