Journée d’études du GDR Connaissance de l’Europe médiane : Prévue le Vendredi 13 décembre REPORTÉE AU 17 JANVIER 2020 / Institut d’études slaves, 9 rue Michelet, 75006 Paris / LA COURSE AUX PARADIGMES. COMPRENDRE ET EXPLIQUER l’« APRÈS-1989 »

Attention, le programme est inchangé sauf pour ce qui est des modérations de séances qui seront fixées en début janvier.

Organisation : Ioana Cîrstocea (CNRS, CESSP), Paul Gradvohl (Université de Lorraine, CERCLE), Assen Slim (INALCO, CREE)

L’objectif de cette journée d’étude est de revisiter les travaux consacrés aux transformations sociales, politiques et économiques entraînées par la fin des régimes socialistes. Il s’agira de dégager les paradigmes explicatifs successivement mobilisés dans les différentes disciplines des sciences sociales et de confronter les visions téléologiques du changement systémique à celles qui intègrent l’incertitude et la multiplicité des possibles.

L’Europe médiane : Si le débat entre téléologie et évolutions incertaines a toujours existé, l’Europe médiane en constitue un sismographe tout à fait particulier. D’une part, le changement systémique qu’elle a connu à partir de 1989 a été un moment rare où l’illusion de la victoire de la téléologie s’est imposée, y compris sous l’impulsion des programmes d’aide internationale et des expertises promouvant la sociodicée de la « démocratisation » et de la « libéralisation » postsocialistes. Une forme de pensée « mainstream » est alors rapidement devenue hégémonique dans nombre de champs disciplinaires. D’autre part, le déterminisme propre à la téléologie dominante s’est rapidement heurté, dans le cas de l’Europe médiane, à la complexité du réel, aux processus historiquement structurés, à l’incertitude propre à toute mutation sociale, aux « surprises » des « transitions »… Des espaces de confrontation entre les paradigmes ont ainsi été ouverts, dans un contexte international devenu lui-même largement marqué par l’incertitude, la remise en cause du multilatéralisme, voire le repli identitaire.

Un dialogue transdisciplinaire. Si les paradigmes téléologiques peinent à expliquer le changement systémique en Europe médiane, quelles sont les pensées alternatives et comment se sont-elles structurées ? Où en est-on aujourd’hui ? Est-il possible d’envisager le changement systémique sous la forme d’un récit cohérent en quittant les approches téléologiques ? Pour appréhender la tension entre progrès et désagrégation créatrice ou essentiellement destructrice, le dialogue interdisciplinaire apparait comme le plus approprié. Chacune à sa façon, la science politique, l’économie, la géographie, la sociologie, l’histoire, l’anthropologie et la littérature réorganisent le savoir en fonction de cette ligne de tension, parfois en se partageant des objets de recherche. D’ailleurs, les études européennes, de genres ou encore environnementales reconfigurent les dispositifs disciplinaires.

PROGRAMME

9h00 : OUVERTURE par Assen Slim (INALCO, CREE)

9h15-12h15 : SESSION 1 – Récits et calculs

Modération : Frédérique Matonti, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

9h15 : Petra James (Université libre de Bruxelles) -« L’hantologie et le spectre – les représentations du passé dans les littératures centre-européennes après 1989 »

10h15 : Valentin Behr (Université libre de Bruxelles) et Paul Gradvohl (Université de Lorraine, Nancy) – « Penser le changement post-‘89 et le rôle (attendu) des historiens : une approche en dialogue »

11h15 : Éric Magnin (Université Paris Diderot) -« Transformation postsocialiste et confron­tation des paradigmes en sciences économiques : une lecture théorique et épistémologique »

12h15-13h30 : PAUSE DÉJEUNER

13h30-15h30 : SESSION 2 – Réorganiser institutions et espace ?

Modération : Marie-Claude Maurel, CNRS, CERCEC, UMR 8083, Paris

13h30 : Jérôme Heurtaux (CNRS/MAEAE, USR 3138, CEFRES, Prague) -« Que la science politique nous a-t-elle appris sur les transformations postcommunistes ? »

14h30 : Emmanuelle Boulineau (Université de Lyon, ENS de Lyon, UMR 5600 EVS) et Lydia Coudroy de Lille (Université de Lyon, Université Lumière Lyon 2, UMR 5600 EVS) – « Les géographes et les paradigmes du changement spatial après 1989 »

15h30-15h45 : PAUSE CAFÉ

15h45-17h45 : SESSION 3 – Interroger l’aire et les disciplines

Modération : Université de Nantes

15h45 : Nadège Ragaru (CNRS, UMR 7050 CERI, Paris) -« Sciences sociales ou aires culturelles ? Les luttes d’interprétation de 1989 et la recomposition des savoirs sur l’Est euro­péen aux États-Unis et en France »

16h45 : Ioana Cîrstocea (CNRS, UMR 8209 CESSP, Paris) -« Le postsocialisme à l’aune du genre. Objets et enjeux d’un champ de recherche »

17h45-17h55 : CONCLUSION



Citer ce billet
GDR CEM (2019, 12 novembre). Journée d’études du GDR Connaissance de l’Europe médiane : Prévue le Vendredi 13 décembre REPORTÉE AU 17 JANVIER 2020 / Institut d’études slaves, 9 rue Michelet, 75006 Paris / LA COURSE AUX PARADIGMES. COMPRENDRE ET EXPLIQUER l’« APRÈS-1989 ». Connaissance de l'Europe médiane. Consulté le 27 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mip6