Vient de paraître aux Presses de Sciences Po : La Nationalité, une histoire de chiffres Politique et statistiques en Europe centrale (1848-1919)

La Nationalité, une histoire de chiffres

Politique et statistiques en Europe centrale (1848-1919)

Morgane Labbé

Septembre 2019, 384 pages, 29 € 

Retrouver les informations sur l’ouvrage/commander : La Nationalité, une histoire de chiffres

Présentation : 

Lorsque l’historien consulte les archives administratives du XIXe siècle, il découvre avec étonnement de longues séries de chiffres sur les nationalités, les langues, les religions, comme autant de tableaux d’une Europe disparue.

Il constate la précision des enregistrements des minorités et relève que ce travail bureaucratique méticuleux protégeait autant leurs droits qu’il dessinait le cadastre des minorités nationales et confessionnelles bientôt expulsées, assimilées, persécutées.

À partir de l’exemple de la Pologne, territoire alors partagé entre la Prusse, la Russie et l’Autriche-Hongrie, l’auteure démontre que le recensement des populations, l’édification de cartes, le choix de critères démographiques, linguistiques et confessionnels ont servi des projets politiques plus divers que la littérature historique ne l’a longtemps laissé supposer. C’est ainsi qu’en 1919, par un retournement de l’histoire, les statistiques démographiques officielles des trois empires annexionnistes, réappropriées tant par les opposants polonais que par les experts de la Conférence de la paix, ont contribué à l’édification d’un nouvel État polonais.

Morgane Labbé, démographe et historienne à l’EHESS, travaille sur les politiques de population en Europe centrale et orientale.

Sommaire :

Introduction – De l’imaginaire national à la statistique des nationalités

PARTIE 1 – STATISTIQUE NATIONALE, STATISTIQUE IMPÉRIALE

Chapitre 1 – Nation et empire dans l’ordre de la représentation statistique  
Cartes et chiffres de la nation allemande   
Les cartes linguistiques allemandes de Bernhardi et Berghaus  
La carte linguistique prussienne de Böckh 
L’ethnographie statistique autrichienne  
La carte ethnographique de Czoernig  
La multinationalité dans « l’ordre des choses »  
L’ethnographie statistique et le recensement  
Statistique russe et incommensurabilité de l’empire  
Prémisses cartographiques, ethnographiques et administratives  
Le recensement russe de 1897 : unique recensement impérial

Chapitre 2 – La nation, une variable statistique internationale introuvable  
Vienne, 1857 : la « statistique ethnographique »  
Saint-Pétersbourg, 1872 : la « langue parlée », critère de la statistique des nationalités 
Budapest, 1874 : « Comment constater la nationalité d’une population ? »

Chapitre 3 – La fabrique statistique prussienne de l’État national  
Le Bureau prussien de statistique  
La mesure statistique de la nationalité  
La langue, critère de la nationalité 
Enregistrer la nationalité dans les nouveaux recensements prussiens  
La nationalité comme fait de population  
Les composantes nationales et l’origine ethnique de la population  
Deux manières de construire les faits nationaux par la statistique

PARTIE 2 – POLITIQUE DES NATIONALITÉS ET USAGES DES STATISTIQUES

Chapitre 4 – Politique allemande des nationalités sous le Kaiserreich  
La Polenpolitik, politique de population  
La politique linguistique scolaire  
Expulser, coloniser  
La statistique, savoir auxiliaire des politiques des nationalités  
Le rapport statistique des nationalités  
La mesure de la germanisation et le bilinguisme  
Les experts allemands de la question polonaise  
Le Verein für Sozialpolitik et la question polonaise  
Ludwig Bernhard et Waldemar Mitscherlich : « la lutte pour la terre » 
Statistiques et antisémitisme  
La controverse antisémite berlinoise  
Les calculs statistiques de Salomon Neumann contre l’antisémitisme  
Les ambiguïtés du Bureau prussien de statistique  
Le silence du Bureau prussien de statistique  

Chapitre 5 – Les laboratoires de la statistique polonaise  
Dans les services statistiques des empires russe et autrichien  
Dans la Pologne russe  
Les bureaux galiciens  
Les sociétés polonaises de statistique  
La Société polonaise de statistique de Cracovie  
La Société du travail social de Varsovie  
Une contre-statistique polonaise 
La réappropriation des résultats  
Déconstruire les tableaux statistiques  
La statistique russe et les statisticiens polonais de l’empire  
La statistique des Polonais des confins  
Produire des « chiffres polonais » sans État  

PARTIE 3 – DÉNOMBRER LES NATIONALITÉS : L’HORIZON IMPÉRIAL DE LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE

Chapitre 6 – Sur le front est : régimes d’occupation, politique de population et statistique  
Dans les plans des États belligérants  
De la solution austro-polonaise à la Mitteleuropa  
Le plan allemand de la « bande frontalière » (Grenzstreifen)  
Experts et équations démographiques  
Déplacements et démographie des nationalités en Russie  
Trois administrations d’occupation  
Le Gouvernement général de Varsovie  
Le Gouvernement militaire de Lublin  
L’État militaire de l’Ober Ost  
Dénombrements et statistiques d’occupation  
La Commission de géographie auprès du Gouvernement général de Varsovie 
Les décomptes de la population par les administrations locales  
Le dénombrement de 1916 dans le Gouvernement militaire de Lublin 
Les opérations statistiques de l’Ober Ost  
Le dénombrement de Wilno de 1916 selon le récit-témoignage de Michał Brensztejn  
L’atlas Völker-Verteilung in West-Russland entre propagande et censure  
Le rapport Beckerath : secret et publicité d’une controverse au sommet de l’Ober Ost  

Chapitre 7 – La statistique polonaise en temps de guerre  
Les annuaires de la Pologne  
Une ambition nationale galicienne : la Statistique de la Pologne 
Le Bureau du travail social de Varsovie et l’Annuaire statistique du royaume de Pologne et des autres terres polonaises  
Le projet de professeurs de Lwów : l’Annuaire de la Pologne  
Statistique et construction de l’État polonais  
La Société des statisticiens et économistes polonais  
L’Encyclopédie polonaise du Comité national polonais  

PARTIE 4 – DIPLOMATIE INTERNATIONALE ET CONFÉRENCE DE LA PAIX : LES ARITHMÉTIQUES NATIONALES

Chapitre 8 – La Pologne rétablie par les hard facts de l’expertise diplomatique  
La question polonaise dans les mémoires du Comité d’études français  
Quelle place pour les statistiques dans les mémoires du Comité ?  
La difficile impartialité des auteurs face aux conflits des nationalités  
Deux mémoires politiques controversés  
L’Inquiry américaine et la « paix scientifique »  
La technique de l’Inquiry : un big data pour la diplomatie  
La « question polonaise » dans les rapports des « conseillers techniques »  
L’Inquiry et la politique polonaise de Wilson 

Chapitre 9 – À la conférence de la Paix : les comptes de la Commission des affaires polonaises  
Des comités d’experts aux diplomates
Les Britanniques entre équilibre des puissances et esprit de la New Europe  
Les calculs du cabinet Tardieu et la politique d’alliance de la France  
La délégation polonaise et le Bureau du congrès de la Paix  
Usages et controverses statistiques à la Commission des affaires polonaises  
Se fier ou se défier des statistiques ?  
Controverse autour de la fiabilité du recensement impérial russe  
Quelles statistiques « au plus près de la vérité » ?  
Une « nationalité » juive sans statistique  
Qui décide : le chiffre, la carte, l’expert… ou l’indétermination nationale ?  
Conclusion – Pour une autre histoire politique de la statistique des nationalités  

Bibliographie 

Index des personnes