Ressaisir les circulations en sciences sociales entre la France et la Roumanie. *** Journée d’études organisée par l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) et l’Université de Bucarest dans le cadre de la Saison France-Roumanie 2018-2019 Vendredi 14 décembre 2018 • 9h-19h • Campus France, Paris 10e


Ressaisir les circulations en sciences sociales entre la France et la Roumanie
Revenir sur la politique internationale de l’EHESS à l’égard de l’Europe centrale et orientale répond à une exigence de réflexivité sur les conditions sociales, académiques et politiques qui ont conduit à la création des Ateliers de formation en sciences sociales en Pologne, Bulgarie, Tchécoslovaquie, Roumanie et Hongrie, après la chute du Mur de Berlin en 1989.Dans le cadre de la Saison France-Roumanie, cette journée d’études retiendra le cas de la Roumanie où a été créée en 1994 la première école doctorale francophone en sciences sociales (EDSS), accueillant des étudiants des autres pays de la région. Pour appréhender ce cas singulier, on rappellera les effets de contextes et l’agencement institutionnel qui a porté la création de cette école doctorale, mais aussi les manières de faire et d’enseigner.

Je m’inscris !

Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 7 décembre.


Programme
9h

Ouverture
Noureddine Manamanni, directeur des relations extérieures et institutionnelles, Campus France Jean-Jacques Garnier, commissaire de la Saison France-Roumanie Victor Demiaux, directeur de cabinet du président de l’EHESS

9h30-10h45
Resituer et revisiter les contextes 
À une déprise des relations scientifiques entre la Roumanie et la France pendant la période communiste, a répondu une mobilisation collective de plusieurs institutions pour former une jeune génération de doctorants et asseoir un dialogue en sciences sociales. Cet élan de générosité intellectuelle collective a été au principe de la création de l’École doctorale en sciences sociales (EDSS), sous l’égide de l’Agence universitaire francophone. Ressaisir ce maillage institutionnel permet d’éclairer les raisons qui ont configuré les sciences sociales en cause à défendre, en faisant circuler savoirs et pratique d’enseignement.
Présidence : Jean-Yves Grenier, historien (Centre de recherches historiques – CRH/EHESS)
Jacques Revel, historien, président de l’EHESS de 1995 à 2004
Michèle Gendreau-Massaloux, rectrice de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF) de 1999 à 2007
Rose-Marie Lagrave, sociologue, responsable des relations internationales, puis membre du bureau de l’EHESS, de 1985 à 1995
Pause café

11h15–13h15
Un cas d’école : de l’école doctorale de Bucarest à l’EDSS
À partir de la restitution d’une enquête sur l’École doctorale et sa reconfiguration en EDSS, il s’agira d’appréhender et d’interpréter la diversité des trajectoires des étudiant·e·s et leur devenir professionnel, d’analyser les positions qu’ils ont occupées ou occupent dans l’espace académique et l’espace politique roumains.
Les  témoignages d’enseignants de l’EHESS qui ont dirigé des thèses en cotutelle et enseigné dans le cadre de l’ED permettront d’examiner les apports et les carences du dispositif pour appréhender de façon réflexive les éventuels écarts ou déplacements des objectifs initiaux par rapport aux résultats de l’enquête.
Présidence : Rose-Marie Lagrave, sociologue (Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux – IRIS/EHESS)
Dragos Jipa, historien (Université de Bucarest, associé au Centre d’études sociologiques et politiques Raymond Aron – CESPRA/EHESS),
Jean-Yves Grenier, historien (CRH/EHESS)
François Hartog, historien (CRH/EHESS)
Francine Muel-Dreyfus, sociologue (Centre de sociologie européenne – CESSP-CSE/EHESS)
Robert Descimon, historien (CRH/EHESS)
Pause déjeuner

14h30-16h30
Retour sur les effets des échanges dans le champ académique roumain
On examinera les conditions et les modalités d’insertion de nouveaux acquis théoriques et méthodologiques dans les enseignements et la recherche en Roumanie. La circulation des savoirs entre la Roumanie et la France a, en toute hypothèse, permis l’ouverture à de nouvelles thématiques et façons de faire des sciences sociales en Roumanie. En se fondant sur l’exposé de quatre disciplines, on évaluera les bifurcations théoriques et méthodologiques, leur capacité à travailler sur des sujets sensibles et à ancrer l’interdisciplinarité dans le champ académique roumain.

Présidence : Ioana Cîrstocea, sociologue (CNRS, Centre européen de sociologie et de science politique – CESSP/EHESS)
Florin Turcanu, historien (Université de Bucarest)
Mihai Dinu Gheorghiu, sociologue (Université de Iaşi, associé au CESSP-CSE, EHESS)
Maria Grecu, anthropologue (ENS-CMH et SNSPA, Bucarest)
Alexandru Gussi, politiste (Université de Bucarest)
Pause café

17h-18h30
Ecrire, publier, traduire : un enjeu de visibilité
Alors que les grandes figures des sciences sociales françaises faisaient l’objet de multiples traductions en Roumanie, les coopérations de recherche, dont l’EDSS, ont-elles donné matière à publication dans les champs éditoriaux roumains et français ? À partir d’expériences de traducteurs/trices et d’éditeurs/trices et en discussion avec l’ensemble des participants, on reviendra sur la circulation actuelle des traductions entre les deux pays, leur place dans la recherche et les moyens d’offrir une plus grande visibilité à certains travaux.

Présidence : Anne Madelain, chargée des coopérations internationales aux Editions de l’EHESS et historienne associée au Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre européen (CERCEC)
Catherine Durandin, historienne et éditrice (Institut national des langues et civilisations orientales – INALCO)
Bogdan Ghiu, philosophe et traducteur

18h30-19h
Conclusions
La synthèse de la journée d’études permettra d’apprécier l’impact des relations franco-roumaines sur les champs académiques et culturels des deux pays. À partir de ce bilan provisoire, on se propose d’affiner le programme du colloque qui se tiendra à Bucarest en juillet 2019, et de construire un canevas ou un protocole commun pour stimuler et rendre opératoires les échanges scientifiques franco-roumains sur le moyen terme.
Rose-Marie Lagrave Florin Turcanu

Comité d’organisation
Ioana Cîrstocea (CNRS, CESSP-CSE), Caroline Chu (EHESS, Direction du développement de la recherche – DDR), Victor Demiaux (EHESS, présidence), Jean-Yves Grenier (EHESS, CRH), Dragos Jipa (Université de Bucarest et CESPRA), Rose-Marie Lagrave (EHESS, IRIS), Anne Madelain (Editions de l’EHESS, CERCEC), Ionela Roharik (EHESS, CESPRA), Antonella Romano (EHESS, présidence), Florin Turcanu (Université de Bucarest)


© Novembre 2018 – École des hautes études en sciences sociales
Tous droits réservés


École des hautes études en sciences sociales
54, boulevard Raspail, 75006 Paris (France)
communication@ehess.fr

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
GDR CEM (27 novembre 2018). Ressaisir les circulations en sciences sociales entre la France et la Roumanie. *** Journée d’études organisée par l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) et l’Université de Bucarest dans le cadre de la Saison France-Roumanie 2018-2019 Vendredi 14 décembre 2018 • 9h-19h • Campus France, Paris 10e. Connaissance de l'Europe médiane. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mio5