SÉM : Sorties de guerre en Europe médiane

Séance du séminaire du GDR « Connaissance de l’Europe médiane », Paris, Institut d’études slaves, 9, rue Michelet, 75006, 10 juin 2016, 14h-18h.

Sorties de guerre en Europe médiane.

Coordination : Olivier Marin (Université Paris-Nord, IUF)

La question des sorties de guerre a d’abord été soulevée à propos de la Grande Guerre. D’un point de vue méthodologique, il s’agissait d’inverser la perspective classique des entrées en guerre. Y a-t-il cependant parfaite symétrie entre le jour d’avant et le jour d’après ? Il est souvent beaucoup plus difficile d’apaiser la violence guerrière que de la déclencher. Car il ne suffit pas de démobiliser les combattants. Encore faut-il, pour tourner vraiment la page, désarmer les sociétés et les esprits. Cette séance aimerait donc se pencher sur ces temps intermédiaires d’instabilité et d’anomie, en étudiant les modalités sous lesquelles les peuples et les cultures d’Europe médiane sont passés, ou ont échoué à passer, de l’état de guerre à celui de paix. L’arc chronologique pourra s’étendre des guerres hussites, au XVe siècle, jusqu’aux récents conflits en ex-Yougoslavie et ailleurs. On retiendra une large acception des sorties de guerre : au-delà de la question spécifique du retour des anciens combattants, la problématique met en jeu les déplacements de population et leurs effets sur les territoires ; les politiques d’amnistie ou de réconciliation ; la banalisation de la violence et la réinvention des normes sociétales ; la fonction cathartique de la mise en récit de l’expérience guerrière, etc. – bref, tous les moyens par lesquels ces sociétés centre-européennes ont tenté de se réadapter au nouveau cours des choses.

Nicolas Richard (Paris IV-Sorbonne), Sortir de la guerre de Trente ans: la Bohême entre 1648 et le début des années 1650.

Les doctrines politiques contemporaines, aussi bien celles qui voient le conflit comme une guerre totale ou de défense de civilisation, que celles mettant la guerre hors la loi, n’ont peut-être pas favorisé une réflexion sur la sortie de guerre. Ou c’est du moins un point de vue que peut défendre l’historien moderniste, confronté à des sociétés pour qui la guerre est une situation juridique normale, à défaut d’être toujours souhaitable. Ainsi les diplomates, mais aussi les gouvernements et les chefs militaires, y compris sur le terrain, font-ils la guerre en prévoyant la paix, tout comme en temps de paix la possibilité de la guerre n’est jamais véritablement exclue par les autorités.

Ces généralités posées, reste à en vérifier la pertinence, au travers d’un cas particulièrement massif : la Bohême de la fin de la guerre de Trente ans. C’est à Prague, sur la Montagne Blanche, qu’a commencé la guerre ; c’est à Prague, avec le siège de Staré et Nové Město par les Suédois, qu’elle se clôt. Comment se terminent ces trois décennies particulièrement catastrophiques dans le royaume? Comment les militaires opèrent-ils, sachant que le conflit est à la veille de se terminer et les tractations westphaliennes quasi achevées ? Comment le gouvernement du royaume envisage-t-il la période de sortie de guerre ? Y a-t-il un temps particulier, dans le droit international, de sortie de guerre ? La communication tentera de donner des pistes pour répondre à ces questions.

 Marie Vrinat-Nikolov (INALCO), Humanisme contre dogmatisme : interprétations contrastées de la « Grande guerre patriotique » dans la littérature bulgare.

En 1946 et 1947, sur fond de terreur avec laquelle le Parti ouvrier bulgare – futur Parti communiste bulgare – renforce peu à peu ses positions au sein du gouvernement, deux œuvres littéraires provoquent les premiers scandales du « nouveau régime » : le recueil de récits Boeve [Combats] de Yordan Valtchev et le roman Siniat zalez [Le couchant bleu] de Pavel Vejinov. Valtchev est un jeune officier du tsar Boris III, mobilisé par le nouveau pouvoir dans la « Grande Guerre patriotique » contre le nazisme ; Vejinov est un écrivain de gauche, « prolétarien », collaborateur dès le début des années trente à divers journaux et revues d’obédiance socialiste… et le premier à critiquer violemment les récits de Valtchev.

À la suite de compte rendus très critiques au nom d’une certaine vision de l’Histoire, Yordan Valtchev est envoyé dans le camp de Koutsian et évincé quasiment pour toujours de la scène littéraire, tandis que Pavel Vejinov, qui bat sa coulpe à propos de Siniat zalez, publie en 1949 sa propre version de la guerre dans Vtora rota [Deuxième compagnie], œuvre de conjoncture que l’on ne trouve plus en Bulgarie et que l’on ne lit plus, et entame une brillante carrière qui devait se poursuivre jusqu’à sa mort, en 1983.

Ce triste épisode paraît emblématique de la mise en place du réalisme socialiste ; d’une forme de critique que l’on retrouvera à l’occasion d’autres « scandales littéraires » et qui n’a plus grand chose à voir avec le littéraire ; et d’une interprétation imposée de la vision de l’Histoire, notamment de la « Grande Guerre patriotique ».

Anne Bazin (IEP Lille), Les individus dans l’après-conflit : les enjeux politiques et identitaires liés aux déplacements de populations à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

La fin de la Seconde Guerre mondiale a entraîné le déplacement de millions de réfugiés en Europe centrale et orientale, notamment d’Allemands fuyant ou expulsés de territoires sur lesquels ils vivaient depuis souvent des siècles. Si les expulsions de population ne sont pas une invention du XXème siècle, elles ont toutefois pris après la Seconde guerre mondiale une ampleur sans précédent, qui a contribué à façonner l’après-guerre, tant du point de vue des sociétés que des relations internationales.

Cette contribution se propose de réfléchir aux enjeux politiques et identitaires que ces déplacements forcés de population ont soulevés depuis l’immédiat après guerre jusqu’à aujourd’hui, pour s’interroger plus largement sur la question de la place des individus (notamment des victimes, mais pas seulement) dans les analyses, mais aussi dans les politiques de sortie de conflit aujourd’hui à l’échelle internationale.

Amaël Cattaruzza (Saint-Cyr), « La gestion de la sortie de guerre au Kosovo et la division de Mitrovica ».

Le but de cette intervention sera de montrer en quoi les acteurs locaux et internationaux du post-conflit, à la fin de la guerre du Kosovo en 1999, ont contribué par leur action à figer les clivages issus du conflit. L’exemple de Mitrovica est particulièrement marquant, puisque la ville est, depuis l’intervention internationale, durablement divisée à tous niveaux (politique, économiques, administratifs, culturels, etc.) entre une partie serbe au Nord, et albanaise au Sud. Ici comme ailleurs dans les Balkans, la sortie de guerre se caractérise par la matérialisation durable dans l’espace des antagonismes issus du conflit, à laquelle l’ensemble des acteurs semble avoir participé (y compris, paradoxalement, les acteurs participant au « maintien de la paix »).

En cas de présence, prévenir Antoine Marès : antoine.mares@wanadoo.fr