AAC: Rencontres annuelles d’ethnographie de l’EHESS

Rencontres Annuelles d’Ethnographie de l’EHESS, 3ème édition, fin novembre 2016
Appel à communications pour l’atelier : « Saisir par l’ethnographie les processus contemporains de recomposition des groupes sociaux dans les pays de l’ancien bloc socialiste et ailleurs »
Pierre Deffontaines (Université de Bourgogne, CASAER) et Mihaela Hainagiu (EHESS, IRIS/CMH-Tepsis)
Au tournant des années 1990, les régimes communistes d’Europe et d’Asie s’effondrent. Les reconfigurations des espaces politiques et économiques, nourries des différentes versions du néolibéralisme, affectent l’ordre social, participant à la recomposition des frontières entre groupes sociaux et à l’effritement de certains d’entre eux. Les restructurations de l’industrie lourde et d’extraction induisent une chute de la production industrielle et agricole (Crowley 1997; Kideckel 2008) et font disparaître progressivement des bastions de « la classe ouvrière », autrefois au cœur de l’idéologie des régimes socialistes. Le démantèlement des grandes exploitations agricoles collectivisées marque la fin d’une société rurale fondée sur le salariat et la spécialisation professionnelle institutionnalisée (Deffontaines 2016). Parallèlement, l’ouverture du secteur privé tout comme la mise en place de nouveaux outils symboliques et matériels de gouvernement de l’économie (la Bourse, l’actionnariat populaire, les plateformes Internet et la littérature de B.A.-BA du petit investisseur chargés de véhiculer la pédagogie du capitalisme, la fabrique et la promotion des nouvelles figures de l’entrepreneur et de l’actionnaire) ouvrent des possibilités de mobilité aux franges les plus stables des milieux populaires et, surtout, participent à la différenciation sociale des couches moyennes (Hainagiu 2016). Les fractions hautes de l’échelle sociale se recomposent également (Verdery 1996, Humphrey 2002) entre la cristallisation d’un noyau d’« une bourgeoisie d’État » à travers la domination reproduite des cadres communistes dans les espaces politiques et/ou économiques et l’émergence des « nouveaux riches » remarquables par leurs pratiques de consommation ostentatoire.
Ainsi, la question de l’émergence de nouvelles lignes de clivages sociaux dans l’ancien bloc soviétique est une question sociale de taille. Pour autant, relativement peu d’études académiques sur ces pays l’ont prise pour objet ou pour outil d’analyse. Cela tient non seulement à l’histoire de la sociologie durant la période socialiste (interdiction, adoption d’une doxa Marxiste-Léniniste) et postsocialiste (anticommunisme, bannissement du terme de « classe ») et à l’absence de parole politique sur ces questions, mais également à la faiblesse et à l’opacité des données statistiques disponibles sur ces terrains. En fait, les appareils statistiques nationaux sont dépassés par les changements économiques rapides et peinent à ajuster leurs outils à la nouvelle donne (Cirstocea, Hainagiu 2013). À cela s’ajoute les effets d’imposition par l’Union Européenne d’outils et de nouveaux découpages statistiques des groupes professionnels qui ne permettent plus de véritablement comprendre la spécificité des recompositions de groupes sociaux (Plessz 2012).
Un certain renouveau est tout de même à noter au tournant du milieu des années 2000 : en Roumanie par exemple, une nouvelle génération de chercheurs, formés à l’étranger pour la plupart, rompt avec les grilles d’appréhension du monde social forgées par « l’intelligentsia libérale-conservatrice » qui prenait la classe pour « une catégorie résiduelle du marxisme soviétique » et met au cœur du questionnement sociologique les rapports de classe (Ban 2014). Notre appel à communication s’inscrit dans la continuité de ce regain d’intérêt académique, encore fragile, pour cette question sociologique. Il s’agit de saisir par des ethnographies fines les processus contemporains de recomposition des groupes sociaux en Europe de l’Est, induites par les transformations d’inspiration néolibérale de l’organisation économique. L’ethnographie nous semble être, dans le contexte politique et académique évoqué plus haut, une méthode de choix pour saisir ces recompositions: s’employant à appréhender finement les trajectoires, les interactions et les pratiques sociales au ras du sol, elle permet en fait de saisir la différenciation sociale (toutes les différences sociales qui font la différence) tout comme d’interroger la pertinence et les failles des outils statistiques. Comment l’ethnographie permet-elle en effet d’éclairer l’émergence des nouvelles frontières entre les groupes, les nouvelles hiérarchies sociales et la structuration des rapports de classe ?
Les communications pourront aborder cette question selon l’axe de leur choix :
–  Une réflexion – empiriquement fondée – sur les apports de l’ethnographie à l’étude de cette question: Quels sont les apports spécifiques, les gains heuristiques de l’ethnographie comparativement à d’autres méthodes (statistiques, entretiens) ?
–  Les enjeux méthodologiques : Quels sont les critères et les éléments pris en compte par l’ethnographe pour saisir la position sociale des individus et des groupes sociaux dans l’espace social ? Comment administrer la preuve en sociologue en l’absence de données fiables sur un espace plus large que celui de l’enquête ? Comment objectiver la position sociale dans un contexte historique où de nombreux acteurs sociaux connaissent des ruptures dans leurs trajectoires professionnelles et sociales ?
–  Les recompositions sociales touchant un groupe particulier : Quel est le destin social de différents groupes (groupe des travailleurs, groupe des cadres, etc.) ? Quels sont les processus de différenciation sociale au sein d’un groupe particulier ?
–  L’émergence des nouvelles pratiques économiques révélatrices des processus de différenciation sociale et de recomposition de nouveaux rapports de classe: Comment des pratiques économiques, telles que le placement d’argent en actions, les pratiques d’épargne, de consommation, d’investissement (dans l’immobilier, etc.) des particuliers participent-elle à la différenciation sociale des individus ? Comment mettent-elles en jeu des nouveaux rapports de classes ?
–  Les effets des politiques publiques sur la transformation des rapports de classes : Quels sont les effets des réformes et des modes de construction étatique des groupes sociaux sur les processus de différenciation sociale à travers la circulation de catégories administratives ou la valorisation de capitaux particuliers ? Comment la transformation des outils statistiques et le travail académique en sciences sociales influent-ils sur ces mêmes processus ?
Des propositions se penchant sur d’autres contextes historiques (l’Afrique postcoloniale, l’Asie, par exemple, mais aussi la France) pourraient apporter par la comparaison un éclairage particulier sur cette question des apports de l’ethnographie à l’étude des recompositions des groupes sociaux dans une situation de transformations sociales et économiques. Car les interrogations que nous formulons à partir de nos travaux respectifs sur les sociétés postsocialistes valent bien entendu au delà de ces dernières : il est question in fine de savoir comment l’approche ethnographique peut contribuer à la compréhension sociologique des transformations des classes sociales aujourd’hui.
Les propositions de communication s’appuieront sur des enquêtes ethnographiques de longue durée. Elles prendront soin d’inscrire les phénomènes étudiés dans les différents contextes historiques de production qui les ont rendus possibles, s’efforceront de conjuguer des observations des pratiques, des interactions sociales et des entretiens ethnographiques soucieux de retracer les trajectoires sociales, tout en menant un travail réflexif sur les incidences des modes et conditions de recueil de matériaux sur les résultats et les analyses.
                                                         
Contact :
Envoi des propositions de communication avant le 22 mai 2016 aux adresses suivantes :  petrodeffontaines@gmail.com et mihaelahainagiu@yahoo.com