SÉM: Histoire comparée de l’Europe centrale de 1700 à nos jours. Etats, populations, identités et territoires

La prochaine séance du séminaire « Histoire comparée de l’Europe centrale de 1700 à nos jours. Etats, populations, identités et territoires » aura lieu  mercredi 16 mars 2016, de  17h à 19h  à la Sorbonne, au Centre d’histoire de l’Europe centrale contemporaine de l’université Paris I (1, rue Victor Cousin, galerie Dumas, escalier L, 1er étage, en salle F 604).
Nous entendrons une communication d’Anne Madelain, docteur en histoire de l’EHESS sur le sujet suivant:  Ruptures d’intelligibilité  et mobilisations citoyennes face aux « crises » roumaine et yougoslaves (1989-1999).

La discutante sera Sophie Coeuré, professeur d’histoire contemporaine à l’université  Paris VII Diderot.

Résumé de l’intervention d’Anne Madelain: Ruptures d’intelligibilité et mobilisations citoyennes face aux crises roumaine et yougoslaves (1989-1999)

On prendra pour objet les perceptions, les représentations et les questionnements produits en France par les crises que traverse la péninsule balkanique entre 1989 et 1999, en particulier par la crise « humanitaire » en Roumanie après la chute de Nicolae Ceausescu et par l’éclatement sanglant de la Yougoslavie. Ces évènements ont été l’occasion d’interventions politiques, militaires, médiatiques ou humanitaires étrangères d’un type nouveau dans lesquels la France a été fortement impliquée. Leur observation et leur traitement ont provoqué des ruptures d’intelligibilité, sensibles dans la multiplication des discours stéréotypés qui essentialisent les Balkans et ses violences, mais aussi en France surtout, dans la mobilisation d’individus et de collectifs associatifs qui y ont vu des causes européennes à défendre.

En interrogeant les cadres temporels et conceptuels qui conditionnent cette expérience des années 1990, on saisit des continuités qui ont influé durablement sur les perceptions et la connaissance de la région, tels que l’absence de familiarité, les filtres militants et idéologiques, la fascination pour la culture dite populaire, qui renvoient à un vécu hexagonal marqué par la conception unitaire de l’État et par une culture républicaine et universaliste.

Sur les cas de ces crises balkaniques des années 1990, il s’agit d’interroger les cadres nationaux et transnationaux dans lesquels se (re)composent les discours sur la nation, l’ethnicité et l’engagement politique dans le contexte d’une Europe bouleversée par la fin du communisme.

Nous vous attendons nombreux. Attention: à cause du plan Vigipirate, l’entrée se fait actuellement par le 14 rue Cujas. Se munir d’une carte d’identité ou carte univesritaire. En cas de difficultés, contacter Antoine Marès: 06 18 12 24 67.