SÉM: Histoire comparée de l’Europe centrale de 1700 à nos jours. États, identités, populations et territoires

La prochaine séance du séminaire « Histoire comparée de l’Europe centrale de 1700 à nos jours. Etats, populations, identités et territoires » aura lieu  mercredi 17 février 2016, de  17h à 19h  à la Sorbonne, au Centre d’histoire de l’Europe centrale contemporaine de l’université Paris I (1, rue Victor Cousin, galerie Dumas, escalier L, 1er étage, en salle F 604). Avec le plan Vigipirate, l’entrée se fait en ce moment par le 14, rue Cujas (Se munir d’une carte universitaire ou de cet e-mail). En cas de problème d’accès, prévenir Antoine Marès: 06 18 12 24 67.

Nous entendrons une communication de Paul Lenormand, doctorant à Sciences Po Paris, sur le sujet suivant: Les officiers d’éducation et la diffusion d’une nouvelle culture militaire en Tchécoslovaquie après la Seconde Guerre mondiale.

Le discutant sera Jean-Christophe Romer, professeur à l’Université de Strasbourg.

Résumé de la communication: 1948 est souvent présenté par l’historiographie comme le point de rupture majeur de l’histoire politique de la Tchécoslovaquie. A rebours de cette chronologie qui se concentre largement sur le changement de régime et la répression de ses opposants ou adversaires potentiels, cette intervention insistera sur la notion de culture militaire – les normes et pratiques dominantes – et ses évolutions dans l’armée tchécoslovaque. L’objectif est de montrer comment de nouvelles pratiques, en partie inspirée du modèle soviétique, se sont diffusées dans l’armée dès la libération (et au sein des unités tchécoslovaques du front de l’Est, dès 1942). Ces pratiques, qui rompent notablement avec celle de l’armée d’avant-guerre comme avec celles des armées occidentales, englobent un certain rapport au politique (assumé et facteur de conflit), à la culture et à l’éducation, aux loisirs, et de façon plus générale au cadre qui structure la vie des officiers, sous-officiers et conscrits, en particulier les lieux de vie et les emploi du temps. La volonté de bâtir une armée plus « démocratique », au sein de laquelle chaque homme en arme serait conscient du rôle qu’il a à jouer, n’est pas propre au monde communiste. Elle le précède, avec la construction des Etats-Nations et la mise en place de la conscription (on pense à la IIIe République en France). Cette intervention posera donc la question des acteurs de cette mutation, qui en Tchécoslovaquie peuvent être identifiés assez aisément : il s’agit des « officiers d’éducation » (osvětový důstojník, littéralement celui qui apporte les lumières), dont nous détaillerons les spécificités, en interrogeant les sources, des parcours et les limites de leur action. Le rôle joué par ces hommes dans l’élaboration d’une nouvelle culture militaire doit aussi être compris dans une perspective européenne sinon mondiale, avec la consolidation de vastes armées plus politisées et surtout plus compatibles entre elles (au sein de chaque « camp ») qu’auparavant, au coeur du clivage que constitue la Guerre froide et ses alliances militaires.

Notez dès à présent que la séance suivante aura lieu le 16 mars à la même heure.