GDR Europe médiane

Le GDR réseau “Connaissance de l’Europe médiane” est un groupement de recherche pluridisciplinaire, réunissant des chercheurs de quatre disciplines (histoire, géographie, littérature et sociologie / science politique) dans le but de faire progresser en France la connaissance de l’Europe médiane, comprise au sens large (Europe balkanique, centrale et orientale), à la fois dans le temps long et dans le cadre de la recomposition européenne entreprise depuis 1989, sans négliger le poids du passé en tant que réalité (les structures héritées) et représentation (les mentalités) dans cet espace régional. Contrairement à une idée répandue, l’élargissement de l’Union européenne – d’ailleurs encore partiel par rapport aux frontières de l’Europe – est loin d’avoir résolu les questions de compréhension intra-européenne. Les crises qui secouent l’Europe et les clivages qui la divisent depuis les années 1990 en sont l’illustration flagrante. L’espace envisagé de cette Europe médiane se situe entre l’Allemagne à l’Ouest et la Russie à l’Est, de la Finlande au Nord à la Bulgarie au Sud, c’est-à-dire qu’il inclura l’Europe baltique, l’Europe centrale (au sens large), l’Europe orientale et l’Europe balkanique. Mais les alentours (italien, germanique et austro-allemand, russo-soviétique ou turco-ottoman) ne sont pas exclus dans leurs relations, conflictuelles ou pas, avec l’espace régional ainsi défini. Les temporalités diverses englobées par le projet se sont inscrites dans des configurations territoriales successives comme dans des conceptions où les “nations”, les “corps” et les communautés n’étaient pas en adéquation directe avec les concepts contemporains de groupes ethnico-linguistiques et de frontières, ni du reste avec les frontières actuelles des États issus des grands conflits des XIXe et XXe siècles. De ce point de vue, l’Europe médiane, au sens où nous l’envisageons, peut aussi être définie comme une zone de palimpsestes dont certaines conséquences ont été de longue durée. Aussi le champ chronologique va-t-il du Moyen Âge à nos jours, car les notions de circulations, transferts et recompositions sont des points de rencontres forts entre les chercheurs de notre GDR. Le rapprochement de chercheurs travaillant sur des périodes et des sociétés différentes comporte donc un objectif de critique épistémologique des notions, des objets et des concepts, dans une dimension résolument comparative. La fin des régimes communistes et la chute du Mur de Berlin ont eu pour effet de lancer ou de relancer cette histoire dans tous les pays concernés, mais aussi d’amplifier comme jamais le paradigme mémoriel et la réflexion sur l’historicité du présent. Cependant, parmi les travaux les mieux informés et les études de cas, beaucoup sont publiés dans les langues locales : ils restent peu connus en France en dehors des milieux spécialisés. Deux axes nous semblent rassembler les acquis actuels du milieu français de recherche sur l’Europe médiane : 1) Écriture de l’histoire, de l’espace et des sociétés; 2) Expérience, politique, pratiques. Ces axes sont conçus comme une base, le point de départ nécessaire du rapprochement et des actions à mettre en œuvre. Ils permettent de réunir des thématiques transversales aux disciplines représentées en leur sein : héritages et mémoires ; territoires, nations et États ; compositions et recompositions territoriales ; transferts des modèles et circulation des savoirs ; littérature et histoire, y compris l’histoire littéraire et celle des expériences esthétiques ; écritures de l’histoire et apports à une histoire croisée et connectée de l’Europe ; villes et sociétés ; l’Europe médiane dans le monde ; rôle des crises sur les constructions et les reconstructions des identités (religieuses, politiques, nationales, transnationales) ; transformations des conceptions de la légitimité politique



Citer ce billet
Clara Royer (2014, 14 octobre). GDR Europe médiane. Connaissance de l'Europe médiane. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mifu