Objectifs du GDR

Ce GDR s’inscrit dans le cadre des « GDR réseaux » définis par le CNRS à côté des « GDR projets », d’où découle sa spécificité. Il ne s’agit pas d’une étape vers l’élaboration d’unités de recherche de type UMR. Sa constitution pluridisciplinaire vise à faire progresser en France la connaissance de l’Europe médiane, à la fois dans le temps long et dans le cadre de la recomposition européenne entreprise depuis 1989, sans négliger le poids du passé en tant que réalité (les structures héritées) et représentation (les mentalités) dans cet espace régional. Contrairement à une idée répandue, l’élargissement de l’Union européenne – d’ailleurs encore partiel par rapport aux frontières de l’Europe – est loin d’avoir résolu les questions de compréhension intra-européenne. Les crises qui secouent l’Europe et les clivages qui la divisent depuis les années 1990 en sont l’illustration flagrante. L’espace envisagé de cette Europe médiane se situe entre l’Allemagne à l’Ouest et la Russie à l’Est, de la Finlande au Nord à la Bulgarie au Sud, c’est-à-dire qu’il inclura l’Europe baltique, l’Europe centrale (au sens large), l’Europe orientale et l’Europe balkanique. Mais les alentours (italien, germanique et austro-allemand, russo-soviétique ou turco-ottoman) ne sont pas exclus dans leurs relations, conflictuelles ou pas, avec l’espace régional ainsi défini. Voici pour la dimension spatiale.

Le périmètre ainsi circonscrit peut sembler large : il faut donc expliquer pourquoi il paraît pertinent et même nécessaire dans le cadre de ce projet de GDR. Celui-ci a deux finalités principales, certes imbriquées, mais qu’il faut distinguer d’emblée. La première est d’ordre prospectif et organisationnel : elle vise à mettre en réseau dans une structure souple, et temporaire, les universitaires et les chercheurs travaillant sur ces régions en France. Il ne s’agit pas d’institutionnaliser une structure qui se substituerait aux équipes existantes ni même à certaines initiatives d’excellence de type LABEX, mais de créer les conditions d’une meilleure communication et d’une plus grande fluidité entre des spécialistes aujourd’hui dispersés dans toute la France. Dans les quatre années d’existence d’un GDR, cette expérimentation, parce qu’elle améliorera notablement les interactions entre collègues, devrait avoir des effets positifs sur les circulations des doctorants et des post-doctorants et leur permettre une intégration scientifique dans des perspectives dépassant les Area Studies. De même, elle facilitera la mise en place à une échelle plus large de questionnaires transnationaux et transdisciplinaires.

Ce qui amène à la seconde finalité, qui est d’ordre intellectuel et concerne les conditions de la production des savoirs. Sous cet aspect, il a semblé essentiel de ne pas se replier sur le groupe des historiens français spécialisés sur ces pays, qui est à l’initiative du projet, mais d’intégrer dans le projet scientifique des littéraires et des civilisationnistes, des politistes, des sociologues et des géographes travaillant sur des objets qu’il est possible de questionner en commun en partant d’approches différentes.

Si cette partie de l’Europe est mal intégrée dans les perceptions générales du champ contemporain, cette observation vaut encore davantage pour les périodes plus anciennes. Parce que la dimension de verticalité temporelle est une des conditions permettant de faire évoluer paradigmes et modes d’appréhension des objets, il est essentiel ici de les prendre en considération et de mettre en communication modernistes et contemporanéistes, voire médiévistes. Les temporalités diverses englobées par le projet se sont inscrites dans des configurations territoriales successives comme dans des conceptions où les « nations », les « corps » et les communautés n’étaient pas en adéquation directe avec les concepts contemporains de groupes ethnico-linguistiques et de frontières, ni du reste avec les frontières actuelles des États issus des grands conflits des XIXe et XXe siècles. De ce point de vue, l’Europe médiane, au sens où nous l’envisageons, peut aussi être définie comme une zone de palimpsestes dont certaines conséquences ont été de longue durée. Pour des régions de l’Europe peu prises en compte dans l’histoire et la science politique générales, les études de cas très contextualisées des historiens médiévistes et modernistes peuvent contribuer à mettre en place une intégration des histoires et des expériences locales qui manque toujours pour cette partie de l’Europe, et non seulement en France. C’est pourquoi le champ chronologique va du Moyen Âge à nos jours et c’est pourquoi nous avons usé avec parcimonie du mot « transnational » dans la mesure où il n’interroge pas de lui-même la notion de « nation », bien que circulations, transferts et recompositions soient des points centraux du projet proposé. Le rapprochement de chercheurs travaillant sur des périodes et des sociétés différentes comporte donc un objectif de critique épistémologique des notions, des objets et des concepts, dans une dimension résolument comparative.

Parallèlement, devraient aussi être mieux visibles les apports de ce rapprochement pour l’histoire du temps présent. La fin des régimes communistes et la chute du Mur de Berlin ont eu pour effet de lancer ou de relancer cette histoire dans tous les pays concernés, mais aussi d’amplifier comme jamais le paradigme mémoriel et la réflexion sur l’historicité du présent. Cependant, parmi les travaux les mieux informés et les études de cas, beaucoup sont publiés dans les langues locales : ils restent peu connus en France en dehors des milieux spécialisés. Ceci a souvent pour conséquence une absence de prise en compte de leurs apports et le maintien de frontières invisibles dans les conceptions occidentales, même si des enquêtes novatrices du type de l’ANR lancée par le CERCEC « Archives sonores du Goulag » ou le projet Phantomgrenzen du Centre Marc Bloch de Berlin, pour ne citer que quelques exemples, ont montré l’intérêt de croiser méthodes, disciplines et perspectives. Surgit ici une autre des raisons d’être du GDR : contribuer à une perception plus amplement informée des processus historiques dans une Europe au sens large du terme, non enfermée dans les frontières territoriales de l’Union européenne.

Sur le plan disciplinaire, au vu de l’état majoritaire de la recherche, ce GDR retient pour le moment quatre grands domaines (mais sans exclusive a priori) : l’histoire dans toutes ses composantes, la littérature, la sociologie (ou science) politique et la géographie. Ce regroupement disciplinaire au sein du GDR nous a semblé nécessaire pour donner une impulsion notable au savoir collectif : à cause des transversalités spatiales et temporelles présentes dans les démarches et les recherches de ses membres, il permet un décloisonnement plus efficace des frontières de nos pratiques et de nos raisonnements. Les journées annuelles qu’organisera le GDR (voir dans la partie II : « Modalités de la mise en réseau du GDR » et « Perspectives ») autour d’objets et non de terrains purs et simples, seront ouvertes à des collègues non spécialistes de cette vaste zone, de façon à ne pas reproduire les cloisonnements que nous chercherons, en interne, à dépasser entre membres du réseau. Enfin, le groupement de recherche aura directement ainsi une action de formation complémentaire des doctorants accueillis dans les écoles doctorales de ses différentes composantes, par un séminaire mensuel, d’une part, par ces journées annuelles, d’autre part.

Aucune structure ne fédère en France les spécialistes de cette « Europe médiane » au sens large du terme : Europe centrale, orientale, baltique et balkanique, même si, depuis les lendemains de 1989, la décomposition de l’URSS en 1991 et les guerres yougoslaves, cet espace a été l’objet d’une attention particulière. Les nouvelles facilités d’accès, les échanges accrus avec les pays de la région la création de centres de recherche français (désormais UMIFREs) à l’étranger (CEFRES de Prague, Centre Marc Bloch de Berlin, ateliers de l’EHESS dans les capitales de la région), le développement des échanges Erasmus, les nombreuses bourses de doctorats en cotutelles attribuées aux chercheurs de l’Europe médiane ont brutalement accéléré la quantité et la qualité de la production scientifique française.

Cette montée en puissance est même quantifiable : les listes de soutenances de thèses en sciences humaines et sociales depuis 1989 en témoignent. Aujourd’hui, on a retrouvé en France le niveau d’intérêt de l’entre-deux-guerres, fort d’un rééquilibrage entre les recherches sur l’espace russe/soviétique et celles qui concernent l’Europe médiane. C’est en effet un paradoxe que les jeunes chercheurs investissent ce domaine en l’absence de structuration générale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *