Axe 1. Ecriture de l’Histoire, de l’espace et des sociétés

L’axe « Ecriture de l’Histoire, de l’espace et des sociétés » permet de mettre en transversalité des approches sur la construction des savoirs et un questionnement sur les opérations par laquelle s’écrit le passé et se reconstruit le présent. Celui-ci se distingue heuristiquement des travaux sur la construction des savoirs, même s’il existe des liens entre les deux, parce qu’il s’agit ici de manières de faire et d’objets plus larges que ceux qui visent de façon ciblée les savoirs disciplinaires et les savoirs d’États. Par exemple, la déconstruction des assignations identitaires modernes cible la gestation et même l’invention au XVIIe siècle, dans des contextes pré-nationaux, de traditions locales qui seront « nationalisées » au XIXe siècle en Hongrie, en Pays tchèques, en Pologne. Ou encore, la dimension critique des discours produits dans des contextes politiques, religieux, nationaux, révolutionnaires et post-révolutionnaires est ici prédominante. Un autre chantier est celui de la restitution historiographique actuelle de la mémoire et de l’histoire de la Première Guerre mondiale, encore trop peu intégrées dans les perceptions des historiens occidentaux. Enfin, l’omniprésence de l’interrogation mémorielle depuis la Seconde guerre mondiale, liée à l’émergence de ces questions dans le débat public postérieur aux régimes communistes, dessine un nouveau paradigme sur lequel beaucoup de propositions s’expérimentent parmi les acteurs du futur GDR.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *