SEM : Quelques évolutions des sciences sociales et humaines en Europe centrale et orientale aux XXe et XXIe siècles

Galerie

25 novembre 2016, 14h-18h Salle de conférences de l’Institut d’études slaves, 9 rue Michelet, 75006 Paris Si l’on parle aujourd’hui couramment de sciences sociales et humaines ou, en anglais, des « Social Sciences and Humanities », termes dont il existe … Lire la suite

AAC: Journée commune GDR CEM-CEFRES

Galerie

Cette galerie contient 1 photo.

Dates et lieu : 15-16 juin 2017, Centre français de recherche en sciences sociales (CEFRES), Prague Date limite d’envoi des propositions : 16 décembre 2016 Langue : français Comité organisateur : Antoine Marès, Nadège Ragaru et Clara Royer Répondant à la définition du GDR « Connaissance … Lire la suite

COLL: JOURNÉE D’ÉTUDES DU GDR À STRASBOURG « L’EUROPE MÉDIANE DANS L’EUROPE »

Galerie

Journée GDR « L’Europe médiane dans l’Europe », 29 janvier 2016 Lieu : auditorium de la Bibliothèque Nationale Universitaire Place de la République, Strasbourg Programme de la Journée 8h30 : Accueil des participants 9h-9h10 : Ouverture de la journée par Antoine Marès, directeur … Lire la suite

SÉM du GDR: calendrier 2015-2016

Attention ! Les dates des réunions du GDR Connaissance de l’Europe médiane ont été fixées pour l’année 2015-2016.

Les séminaires auront lieu à l’Institut d’études slaves 9, rue Michelet, les vendredis après-midi de 14 heures à 18 heures à Paris des 20 novembre, 22 janvier et 10 juin. Il  sera délocalisé à Strasbourg le 29 janvier (toute la journée).

La journée doctorale du GDR se déroulera toute la journée du 19 mars.

Merci par avance de noter ces dates et d’en tenir compte, si possible, pour fixer vos activités.

 

RAPPEL: séminaire du GDR « Spatialiser l’Europe médiane »

Séminaire du GDR Connaissance de l’Europe médiane (GDR CNRS 8607)

Date : Vendredi 22 mai 2015, 14h-18h
Place : Institut d’études slaves, 9 rue Michelet, 75006 Paris

« Spatialiser l’Europe médiane » tel est le thème de ce séminaire qui souhaite explorer les mises en espaces de l’Europe médiane aussi bien dans l’action de mettre en espaces l’Europe médiane (quels acteurs ? Quels experts ? Quelles pratiques ?) que dans la réflexion plus critique et épistémologique de la définition de cette Europe médiane, voire des Europe(s) médianes (Comment et pourquoi spatialiser ? Quelles sont les logiques à l’œuvre ? Quels critères de spatialisation ?). Une question portera sur le dépassement ou non du clivage entre Est et Ouest de l’Europe dans les nouvelles approches de l’Europe médiane.

La confrontation interdisciplinaire des modalités de mettre en espaces l’Europe médiane pourra s’appuyer sur la distinction proposée par C. Terrier, que le séminaire pourra bien évidemment discuter, entre:
– des découpages d’avoir correspondant aux territoires des identités, aux espaces imaginaires ;
– des découpages de pouvoir renvoyant aux découpages administratifs, politiques et économiques ainsi qu’à leurs multiples logiques de gestion ou d’action ;
– des découpages de savoir se référant aux mises en espaces produites à des fins de connaissances scientifiques ou de construction d’informations.

Dans cette Europe médiane parcourue de discontinuités spatiales et temporelles, politiques, spatiales ou économiques, s’interroger sur les modalités de mises en espaces fait référence à une pluralité d’espaces placés en-deçà ou au-delà de l’échelon de référence classique qu’est l’État et dont les limites seront mises en question.

Programme :

14h00 : Ouverture du séminaire par Emmanuelle Boulineau, Géographe, UMR EVS, ENS de Lyon et Antoine Marès, historien, UMR IRICE, Université Paris 1.

14h10-14h40 : Assen Slim, économiste, INALCO, CEMI-EHESS: « L’intégration économique européenne : convergence des nations, divergence des régions ».

Résumé : L’intégration économique est un concept assez large et transversal qui peut impliquer la réunion d’entités à l’intérieur d’un ensemble, mais aussi l’augmentation de la cohérence de cet ensemble. Il existe plusieurs approches de l’intégration et de ses effets supposés ce qui rend son appréhension difficile. Étudiée à partir des années 1950, l’intégration est d’abord perçue comme l’« unification » des marchés. La théorie des « unions douanières », qui tire son nom du titre de l’ouvrage publié par J. Viner , propose une
interprétation de l’intégration comme un pas vers le libre-échange. L’analyse s’intéresse alors aux effets commerciaux générés et cherche à montrer que la formation d’une union des marchés est bénéfique car elle améliore le « bien-être » de ses membres. Avec le modèle de croissance proposé par R. M. Solow , l’union des marchés devient le mécanisme par lequel la convergence économique « absolue » de ses membres se réalise. À partir de 1958, sous l’impulsion de G. Myrdal , un autre contenu de l’intégration est proposé. D’après l’auteur, le monde serait « désintégré » non pas en raison de l’existence de droits de douane mais en raison d’écarts de développement persistants entre les pays. L’intégration est alors pensée comme une réduction de ces écarts impliquant une cohésion sociale plus forte, une redistribution des richesses plus équitable et une « réelle égalité des chances » entre les individus. L’union des marchés apparaît insuffisante, voire contraire à ce projet. G. Myrdal et les auteurs structuralistes sont les premiers à voir dans la solidarité entre les nations le mécanisme adéquat pour l’intégration. L’aide publique internationale, définie comme l’activité par laquelle certains pays transfèrent des ressources vers d’autres, devient dès lors un objet d’étude central. Notre intervention se propose de décrire les deux mécanismes à l’œuvre lors de l’intégration des PECO à l’UE (le marché et l’assistance économique), d’en montrer les limites et d’esquisser ce qui pourrait être une véritable aide d’intégration au sein de l’Union européenne.

15h00- 15h30 : Béatrice von Hirschhausen, géographe, CNRS, UMR Géographie-cités : « Des régions historiques aux frontières fantômes : comment penser les géographies de l’Europe médiane dans la durée? »

Cette communication propose de revenir dans un premier temps sur les débats qui ont animé en Allemagne le champ des études centre-est et sud-est européennes au tournant des années 1990 et 2000 sur la définition des régions historiques. La fin de la Guerre froide puis la mise en cause de découpages régionaux qui avaient fondé ce champ, par des approches constructivistes inspirées des études postcoloniales, ont en effet suscité une dispute théorique que j’essaierai de restituer. Je présenterai ensuite le nouveau concept de « frontière fantôme » qui tente de sortir des impasses de ce débat en proposant une nouvelle manière de penser les espaces et les acteurs dans la longue durée.

15h50 -16h : pause

16h00-16h30 : Roman Krakovský, historien, post-doc, Labex Tepsis: « L’espace comme construction sociale dans les démocraties populaires ».

L’espace peut être appréhendé comme une réalité matérielle qui existe indépendamment de la volonté humaine. En ce sens, il s’impose à l’homme qui, sans pouvoir le modifier, cherche au moins à le circonscrire (l’histoire de l’invention du mètre est un exemple de cette démarche) ou à le dominer (à travers les conquêtes territoriales par ex.). Mais l’espace peut être également approché comme une construction sociale, produit des actions individuelles et collectives. Sa conception et son vécu partagés par les membres d’une communauté contribuent à créer des institutions sociales et permettent aux membres de cette communauté de communiquer entre eux dans le même langage. Si on applique cette définition de l’espace aux démocraties populaires de l’après 1945, que peut-on en apprendre sur l’organisation de ces sociétés, sur leur fonctionnement et sur les relations qui lient les individus entre eux? Pour répondre à ces questions, la contribution proposera quelques pistes de réflexion à partir du cas tchécoslovaque.

16h50- 17h20 : Jacques Rupnik, politiste, CNRS, CERI: « Le groupe de Visegrad, nouvelle incarnation politique de l’Europe centrale ? ».

Le Groupe de Visegrad , initié par Vaclav Havel au lendemain de la dislocation du bloc soviétique, est le seul ensemble régional (Pologne, Hongrie, République tchèque et Slovaquie) à avoir traversé la période de transition post-89 et l’intégration dans l’UE. Il est cependant aujourd’hui diminué suscitant des interrogations sur sa pertinence : différentes définitions de l’Europe centrale, dynamiques politiques internes contrastées des pays-membres, réponses divergentes aux crises (économique, Ukraine, etc).

Fin du séminaire à 18h00.

SÉM du GDR: Spatialiser l’Europe médiane

Séminaire du GDR Connaissance de l’Europe médiane (GDR CNRS 8607)

Date : Vendredi 22 mai 2015, 14h-18h
Place : Institut d’études slaves, 9 rue Michelet, 75006 Paris

« Spatialiser l’Europe médiane » tel est le thème de ce séminaire qui souhaite explorer les mises en espaces de l’Europe médiane aussi bien dans l’action de mettre en espaces l’Europe médiane (quels acteurs ? Quels experts ? Quelles pratiques ?) que dans la réflexion plus critique et épistémologique de la définition de cette Europe médiane, voire des Europe(s) médianes (Comment et pourquoi spatialiser ? Quelles sont les logiques à l’œuvre ? Quels critères de spatialisation ?). Une question portera sur le dépassement ou non du clivage entre Est et Ouest de l’Europe dans les nouvelles approches de l’Europe médiane.

La confrontation interdisciplinaire des modalités de mettre en espaces l’Europe médiane pourra s’appuyer sur la distinction proposée par C. Terrier, que le séminaire pourra bien évidemment discuter, entre:
– des découpages d’avoir correspondant aux territoires des identités, aux espaces imaginaires ;
– des découpages de pouvoir renvoyant aux découpages administratifs, politiques et économiques ainsi qu’à leurs multiples logiques de gestion ou d’action ;
– des découpages de savoir se référant aux mises en espaces produites à des fins de connaissances scientifiques ou de construction d’informations.

Dans cette Europe médiane parcourue de discontinuités spatiales et temporelles, politiques, spatiales ou économiques, s’interroger sur les modalités de mises en espaces fait référence à une pluralité d’espaces placés en-deçà ou au-delà de l’échelon de référence classique qu’est l’État et dont les limites seront mises en question.

Programme :

14h00 : Ouverture du séminaire par Emmanuelle Boulineau, Géographe, UMR EVS, ENS de Lyon et Antoine Marès, historien, UMR IRICE, Université Paris 1.

14h10-14h40 : Assen Slim, économiste, INALCO, CEMI-EHESS: « L’intégration économique européenne : convergence des nations, divergence des régions ».

Résumé : L’intégration économique est un concept assez large et transversal qui peut impliquer la réunion d’entités à l’intérieur d’un ensemble, mais aussi l’augmentation de la cohérence de cet ensemble. Il existe plusieurs approches de l’intégration et de ses effets supposés ce qui rend son appréhension difficile. Étudiée à partir des années 1950, l’intégration est d’abord perçue comme l’« unification » des marchés. La théorie des « unions douanières », qui tire son nom du titre de l’ouvrage publié par J. Viner , propose une
interprétation de l’intégration comme un pas vers le libre-échange. L’analyse s’intéresse alors aux effets commerciaux générés et cherche à montrer que la formation d’une union des marchés est bénéfique car elle améliore le « bien-être » de ses membres. Avec le modèle de croissance proposé par R. M. Solow , l’union des marchés devient le mécanisme par lequel la convergence économique « absolue » de ses membres se réalise. À partir de 1958, sous l’impulsion de G. Myrdal , un autre contenu de l’intégration est proposé. D’après l’auteur, le monde serait « désintégré » non pas en raison de l’existence de droits de douane mais en raison d’écarts de développement persistants entre les pays. L’intégration est alors pensée comme une réduction de ces écarts impliquant une cohésion sociale plus forte, une redistribution des richesses plus équitable et une « réelle égalité des chances » entre les individus. L’union des marchés apparaît insuffisante, voire contraire à ce projet. G. Myrdal et les auteurs structuralistes sont les premiers à voir dans la solidarité entre les nations le mécanisme adéquat pour l’intégration. L’aide publique internationale, définie comme l’activité par laquelle certains pays transfèrent des ressources vers d’autres, devient dès lors un objet d’étude central. Notre intervention se propose de décrire les deux mécanismes à l’œuvre lors de l’intégration des PECO à l’UE (le marché et l’assistance économique), d’en montrer les limites et d’esquisser ce qui pourrait être une véritable aide d’intégration au sein de l’Union européenne.

15h00- 15h30 : Béatrice von Hirschhausen, géographe, CNRS, UMR Géographie-cités : « Des régions historiques aux frontières fantômes : comment penser les géographies de l’Europe médiane dans la durée? »

Cette communication propose de revenir dans un premier temps sur les débats qui ont animé en Allemagne le champ des études centre-est et sud-est européennes au tournant des années 1990 et 2000 sur la définition des régions historiques. La fin de la Guerre froide puis la mise en cause de découpages régionaux qui avaient fondé ce champ, par des approches constructivistes inspirées des études postcoloniales, ont en effet suscité une dispute théorique que j’essaierai de restituer. Je présenterai ensuite le nouveau concept de « frontière fantôme » qui tente de sortir des impasses de ce débat en proposant une nouvelle manière de penser les espaces et les acteurs dans la longue durée.

15h50 -16h : pause

16h00-16h30 : Roman Krakovský, historien, post-doc, Labex Tepsis: « L’espace comme construction sociale dans les démocraties populaires ».

L’espace peut être appréhendé comme une réalité matérielle qui existe indépendamment de la volonté humaine. En ce sens, il s’impose à l’homme qui, sans pouvoir le modifier, cherche au moins à le circonscrire (l’histoire de l’invention du mètre est un exemple de cette démarche) ou à le dominer (à travers les conquêtes territoriales par ex.). Mais l’espace peut être également approché comme une construction sociale, produit des actions individuelles et collectives. Sa conception et son vécu partagés par les membres d’une communauté contribuent à créer des institutions sociales et permettent aux membres de cette communauté de communiquer entre eux dans le même langage. Si on applique cette définition de l’espace aux démocraties populaires de l’après 1945, que peut-on en apprendre sur l’organisation de ces sociétés, sur leur fonctionnement et sur les relations qui lient les individus entre eux? Pour répondre à ces questions, la contribution proposera quelques pistes de réflexion à partir du cas tchécoslovaque.

16h50- 17h20 : Jacques Rupnik, politiste, CNRS, CERI: « Le groupe de Visegrad, nouvelle incarnation politique de l’Europe centrale ? ».

Le Groupe de Visegrad , initié par Vaclav Havel au lendemain de la dislocation du bloc soviétique, est le seul ensemble régional (Pologne, Hongrie, République tchèque et Slovaquie) à avoir traversé la période de transition post-89 et l’intégration dans l’UE. Il est cependant aujourd’hui diminué suscitant des interrogations sur sa pertinence : différentes définitions de l’Europe centrale, dynamiques politiques internes contrastées des pays-membres, réponses divergentes aux crises (économique, Ukraine, etc).

Fin du séminaire à 18h00.

CEM : Séminaire du GDR – Guerre froide

Date et Lieu : 30 janvier de 14h à 18h à l’Institut d’études slaves (9 rue Michelet – 75006 Paris).

Séance organisée par Justine Faure (Université de Strasbourg).

Depuis la chute du bloc soviétique, l’analyse de la Guerre froide a connu deux évolutions majeures. D’une part, elle est devenue en Europe médiane un objet d’étude pour les chercheurs, lesquels ont profité d’une ouverture libérale des archives pour analyser les modalités de fonctionnement des régimes communistes. D’autre part, dans les pays dits occidentaux, où les sciences humaines et sociales se penchèrent sur la Guerre froide pratiquement dès sa naissance, les travaux scientifiques se sont progressivement dégagés des enjeux idéologiques liés au conflit. Dans ce double contexte, nous nous proposons lors de cette séance de séminaire de faire le point sur plusieurs recherches en cours en France, toutes consacrées aux aspects socio-culturels du conflit, afin de nous interroger sur le cadre opératoire qu’offre la Guerre froide pour comprendre l’Europe de l’Est entre 1945 et 1989. Il s’agira notamment de s’intéresser aux phénomènes de circulations par-delà le rideau de fer, aux acteurs du conflit et à l’articulation entre la Guerre froide, ses représentations et sa mémoire. 

Interventions

Marie-Pierre Rey (Université Paris-1) et Christian Wenkel (Institut historique allemand) : « Historiographies de la Guerre froide».

Les deux interventions seront complémentaires et se feront écho sur plusieurs points. Marie-Pierre Rey introduira la séance en replaçant l’historiographie de la Guerre froide dans sa longue durée, en soulignant les inflexions qu’elle a connues depuis ses débuts. Sa présentation reviendra sur les temps forts de cette historiographie en insistant sur certains moments et objets particulièrement importants  (définition du concept, origines et causes, caractéristiques majeures, disparition ou non de la guerre froide). Et alors que les analyses historiographiques sont souvent centrées sur le point de vue occidental, le point de vue soviéto-russe, souvent mal connu et négligé, sera également pris en compte dans cette présentation. De son côté, Christian Wenkel exposera les principaux courants de l’historiographie allemande sur la Guerre froide, fortement liée à l’historiographie sur la question allemande. Il évoquera ensuite le problème historiographique que présentent les interdépendances entre Guerre froide et intégration européenne et dans ce contexte, s’intéressera plus particulièrement  aux années 1980, décennie peu étudiée jusqu’à présent et où le caractère de ce conflit semble changer définitivement. Enfin, il fera le point sur les recherches faites à propos des années 1989-90.

Ioana Popa (CNRS, Institut de Sciences sociales du politique) : « Circulations intellectuelles transnationales en contexte non démocratique : pratiques d’un acteur de la Guerre froideculturelle ».

Cette communication porte sur un acteur occidental de la Guerre froide culturelle, la Fondation pour une entraide intellectuelle européenne, qui a été un intermédiaire non-gouvernemental des circulations littéraires, artistiques et scientifiques Est/Ouest. À partir de 1966, ses programmes consistent d’une part, en l’envoi d’imprimés vers les pays socialistes et en l’aide à la traduction en Occident d’œuvres provenant de ces pays; d’autre part, en l’octroi de bourses d’études à des intellectuels est-européens et en l’organisation de colloques, avec la participation de ces derniers. Ces activités visent à être un contrepoids aux échanges menés dans un cadre intergouvernemental et a fortiori, à travers les appareils des Partis communistes. Les structures institutionnelles dont la fondation est issue, ses sources de financement, ses modes opératoires, les propriétés sociales de ses initiateurs permettent d’interroger les conditions ayant rendu possible l’intermédiation d’une circulation transnationale des savoirs et des hommes par-delà le rideau de fer. Ce cas d’étude témoigne également de l’évolution et de la différenciation des stratégies de combat anticommuniste sur le terrain culturel. Il montre enfin que les circulations intellectuelles encouragées par la fondation n’ont été ni symétriques, ni homogènes, selon les pays socialistes ciblés.

Carmen Popescu (Université Paris-1) : « Post-modernismes architecturaux dans le bloc soviétique : ouvertures et jeux de faux-semblants ».

Dès la fin des années 1960, les architectes des pays du bloc soviétique explorent de plus en plus d’autres pistes que celle du modernisme, dont la réintroduction dans la pratique architecturale avait été pourtant perçue comme une victoire incontestable contre l’ingérence du sévère contrôle idéologique de leur champ. Même si ces nouvelles pistes – brutalisme, structuralisme, organicisme, etc. – ne sont pas comprises sur le moment comme des manifestations post-modernes (ainsi qu’elles seront traitées plus tard), elles ouvriront la voie aux formules du postmodernisme tel quel, avec son retour à l’histoire et à la tradition qui s’opère à partir de la fin de la décennie suivante et surtout durant les années 1980. Ensemble, toutes ces expressions architecturales témoignent de la volonté de ces architectes d’être de leur temps : trouver une solution à la crise décriée du modernisme, mais aussi d’être synchrones avec le monde occidental. S’ils ont ainsi l’impression de (re)trouver un espace de liberté d’expression, ils n’échappent pourtant pas à une certaine instrumentalisation idéologique. Car dans tous les pays du bloc, le régime apprend vite à tourner en sa faveur le langage ambigu du postmodernisme.

Ania Szczepanska (Université Paris-1) : Guerre froide: un concept inopérant en histoire du cinéma ? 

Cette intervention se propose d’interroger les divers usages méthodologiques possibles de la notion de Guerre froide, forgée dans le champ des relations internationales, en histoire du cinéma. A partir de divers objets de recherche puisés dans la cinématographie polonaise de la période socialiste, il s’agira de questionner le caractère opératoire ou non de ce terme dans le champ cinématographique. N’ayant jamais éprouvé la nécessité heuristique de recourir à cette notion dans le cadre de mes travaux, mais ayant été amenée à plusieurs reprises à aborder le cinéma polonais dans le cadre du conflit idéologique des blocs Est-Ouest,  je souhaiterais revenir sur l’apport éventuel que pourrait avoir cette notion dans la compréhension d’une cinématographie nationale au sein du bloc socialiste. La Guerre froide n’est-elle qu’une construction rhétorique utilisée pour étudier les discours de la politique culturelle du Parti à l’égard des milieux cinématographiques? Au delà des questions de représentation (figure de l’ennemi politique ou idéologique) et de genres cinématographiques particuliers (science fiction), la Guerre froide ne serait-elle finalement qu’une greffe conceptuelle d’une vision post 89 construite à l’Ouest qui échouerait à saisir la spécificité d’œuvres cinématographiques issus du bloc socialiste?

 

CEM – Séminaire du 12 décembre : La Peur en Europe médiane depuis cent ans

Institut d’études slaves (rue Michelet) – 14h-17h.

Séance organisée par Paul Gradvohl, directeur du CCFEF, Université de Varsovie.

Cette rencontre propose de saisir diverses facettes de la peur, et donc du rapport peur/sécurité, tant pour ce qui est des sentiments que des politiques en Europe médiane. Dans cette zone, aucun État n’a été en mesure de (ou n’a cherché à) garantir la sécurité des habitants tout au long du XXe siècle, voire depuis. Lors de cette séance, l’accent sera placé sur les mises en écho des peurs antérieures dans les processus de fabrication de la peur et dans le vécu des habitants de la région. Ce questionnement met en regard l’émotion qu’est la peur avec le statut de l’institution censée protéger les populations, l’État, pour comprendre les recours à la violence (mais aussi l’invocation des menaces à venir ou celles d’un passé effrayant) dans leurs effets contradictoires. L’interaction et l’interpénétration du national et du religieux, de l’interne et de l’externe, du passé et du présent se retrouvent sous des formes diverses dans les actions intentionnelles ou dans des processus moins maîtrisés, présentés lors de cette séance où divers types d’acteurs, de pratiques et de vecteurs seront mis en lumière.

Les quatre interventions de 25 minutes maximum sont conçues comme points de départ des échanges avec les participants.

*******

1. Balázs Ablonczy, historien, directeur du Centre culturel hongrois de Paris : Littérature de crise, historiographie des peurs : le débat Szekfű-Németh à l’aube de la Deuxième Guerre mondiale

Mon intervention se proposera d’explorer les différentes formes de deux œuvres fondamentales de la littérature de l’entre-deux-guerres : Les trois générations (Három nemzedék, 1920, 1934) de l’historien Gyula Szekfű a façonné la vision des générations sur les prétendus méfaits du libéralisme, du capitalisme de l’immigration juive en Hongrie tout en insérant son discours dans un contexte plus large sur la décadence. Son critique le plus acerbe, l’écrivain et essayiste László Németh, dans son petit livre sobrement intitulé „Gyula Szekfű” (1940) et dans son grand essai, En minorité (Kisebbségben, 1939), critique d’une part l’analyse de Szekfű, surtout son approche historiographique, mais, de l’autre, développe un certain nombre de peurs sur le rôle des étrangers dans la littérature et la société hongroises, la place de l’élite. En présentant ces peurs et ces hantises, je tenterai de démontrer la continuité et les transfigurations des peurs d’une frange de l’élite hongroise.

2. Audrey Kichelewski, MCF en histoire, Université de Strasbourg : Les Juifs et la peur en Pologne depuis 1945

Alors que l’historiographie de la Pologne contemporaine met en lumière depuis quelques années le concept de peur pour décrire en général le climat régnant dans la société polonaise au lendemain de la Seconde Guerre mondiale (M. Zaremba, Wielka Trwoga, 2012) et en particulier la peur réelle ou fabriquée d’une partie de cette société à l’égard des survivants juifs du génocide essayant de se faire une place dans la nation (Jan T. Gross, La Peur. L’antisémitisme en Pologne après Auschwitz, 2006), je voudrais me concentrer sur ce sentiment de peur, sa résurgence, sa fabrication, ses échos et ses conséquences pour la petite minorité juive ayant survécu à la guerre et se trouvant sur le sol polonais au lendemain de celle-ci et dans les décennies qui suivent. Après avoir rappelé les sources de la peur de ces rescapés, je m’intéresserai surtout à la manière dont cette peur a pu être exploitée par les différents acteurs revendiquant une influence sur la population juive polonaise. Il s’agira de voir enfin comment cette peur, réelle et instrumentalisée, se réverbère au fil des années et des générations, produisant des échos troublants lors de chaque crise de l’État – 1956, 1968, 1980… L’État démocratique instauré en 1989 suffit-il à faire disparaître la peur comme concept opératoire pour les Juifs polonais ?

3. Alexandre Prstojevic, professeur des Universités (Inalco) : La peur chez Danilo Kiš

Dans notre intervention nous présenterons l’œuvre de l’écrivain serbe Danilo Kiš (1935-1989), notamment sa trilogie familiale Le cirque de famille (Chagrins précoces, Jardin cendres, Sablier) et le recueil de nouvelles Un Tombeau pour Boris Davidovitch. Survivant de la Shoah, Kiš a été particulièrement sensible à la question de la persécution politique et raciale qu’il a essayé d’analyser au moyen d’une expérimentation esthétique toujours solidement ancrée dans une recherche documentaire et d’une approche «subjective» mettant au centre de sa réflexion les destins des individus dont les traces se sont perdues dans les sables mouvants de l’histoire. C’est pourquoi son œuvre peut être lue aujourd’hui, non seulement comme un témoignage intime sur l’«Âge des extrêmes», mais aussi comme une variation littéraire sur la peur qui en constitue l’une des marques les plus visibles.

4. Virginie Symaniec, docteur en études théâtrales, HDR : Sur le « gène » biélorussien de la peur

Depuis plusieurs années, de nombreux textes publiés en Biélorussie reprennent à leur compte l’idée que la peur serait devenue un phénomène génétique chez les Biélorussiens. Il est question de « peur génétique », voire même de « terreur génétique » (генетычны страх), un peu comme si un sentiment pouvait désormais être comparé à un « gène » et cristalliser, à lui seul, ce que serait la spécificité biologique de ce « peuple ». Cette idée ne puise pas seulement dans l’histoire des purges staliniennes, de la collaboration entre nazis et soviétiques entre 1939 et 1941, ou dans l’occupation par les nazis du territoire entre 1941 et 1944. Les ramifications de cette thèse, qui s’inscrit dans un cadre d’analyse où l’on valorise le caractère biologique des phénomènes sociaux, plongent également au cœur des conséquences de la catastrophe de Tchernobyl  et des discours qui en ont résulté en exprimant précisément la peur d’assister, à termes, à une mutation génétique des Biélorussiens. Depuis la seconde moitié des années 1990, il est donc devenu courant d’entendre que la peur se transmettrait, à l’échelle d’une société entière, et de génération en génération, non plus par la seule logique induite par des traumas provenant d’agressions extérieures, mais de manière intrinsèque à la biélorussianité, de façon biologique et physiologique : un type de discours que l’on ne retrouve pas seulement au cœur de la rhétorique présidentielle pour justifier la mise en œuvre et le maintien d’une dictature dans le pays. L’idée que les Biélorussiens seraient des pleutres par nature se lit également dans un certain nombre de discours d’opposition à ce régime, pour dénoncer, à l’inverse, la « tolérance » des Biélorussiens vis-à-vis de cette dictature et leur capacité à endurer le pire. Nous pensons que ces discours, qui procèdent de la redéfinition de ce que serait l’identité biélorussienne moderne, méritent d’être étudiés avec sérieux et nous en donnerons quelques exemples significatifs, tels qu’ils se déploient actuellement dans les sphères politique et culturelle.

 

Séminaire du GDR du 17 octobre

Vendredi 17 octobre 2014 : « 1989 en-terre : revisiter les filiations, arpenter les sols en Europe médiane ». Organisé par Antonela Capelle-Pogacean et Nadège Ragaru.

L’objectif du séminaire sera de considérer l’après-1989 dans une perspective critique et/ou décalée par rapport aux questionnements formulés en termes d’héritages ou de « path dependency », de manière à faire dialoguer spécialistes de la littérature, historiens, sociologues et politistes. Le thème général des filiations (rejetées, reconsidérées ou réinventées) en lien avec la terre, où elles sont symbolisées et travaillées (qu’il s’agisse des terres restituées ou du béton des villes et de leurs représentations) nous servira de fil conducteur.

Participants :
Marie Claude-Maurel (EHESS) – L’agriculture familiale en Europe centrale: une filiation interrompue ?
Jacques Rupnik, Sciences Po-CERI –
Ewa Bérard (CNRS-ENS) – Genius loci est-il socialiste ou capitaliste ? Le sort des capitales est-européennes entre le sol et les dalles de béton.
Kinga Callebat (Université Paris-Sorbonne / EUR’ORBEM) – L’Image de Varsovie dans la prose et le cinéma polonais après 1989.