AAC: Rencontres annuelles d’ethnographie de l’EHESS

Galerie

Rencontres Annuelles d’Ethnographie de l’EHESS, 3ème édition, fin novembre 2016 Appel à communications pour l’atelier : « Saisir par l’ethnographie les processus contemporains de recomposition des groupes sociaux dans les pays de l’ancien bloc socialiste et ailleurs » Pierre Deffontaines (Université de Bourgogne, CASAER) et Mihaela Hainagiu (EHESS, … Lire la suite

AAC: Trajectoires de transformation et d’intégration dans l’Europe du Sud Est. Défis pour les élargissements futurs.

CONFERENCE : Trajectoires de transformation et d’intégration dans l’Europe du Sud Est. Défis pour les élargissements futurs.

Projet BALKINT – 3ème rencontre internationale

Date : 17 et 18 septembre 2015
Place: Faculté de sciences politiques, Université de Bucarest

Deadline: 15 juin 2015

La Faculté de Sciences Politiques de l’Université de Bucarest et l’Equipe Institutions et Coopérations dans l’Espace Européen de Université Sorbonne Nouvelle Paris- 3 organisent dans le cadre du projet BALKINT – Perspectives multidisciplinaires sur l’intégration
des Balkans Occidentaux le colloque international Trajectoires de transformation et d’intégration dans l’Europe du Sud Est, défis pour les élargissements futurs.

Le colloque aura lieu les 17 et 18 septembre à l’Université de Bucarest. Nous invitons à présenter des contributions sur les trois axes de réflexion suivants:

1. Transitions, blocages, réversibilité.

Le premier axe de réflexion examinera la question de la finalité et de la finalisation des transitions.Si l’époque du fleurissement des études de transitologie est révolue, les transitions elles-mêmes dans les pays des Balkans semblent inachevées, dans les conditions où des questions liées à la corruption endémique font encore l’agenda de la scène politique en Roumanie et en Bulgarie. Qui plus est, l’évolution récente de la Hongrie soulève des questions quant à la réversibilité de la démocratisation. Le paysage politique et économique de ces pays semble en outre montrer les limites de l’intégration périphérique des économies de la région à l’UE, qui conduit moins à la convergence « vers le haut » des modèles de capitalisme qu’à l’affirmation de « capitalismes dépendants », particulièrement vulnérables aux chocs externes. Ce constat, associé à celui de la faiblesse structurelle de l’Etat et de sa capacité régulatrice, et sur le plan politique à la montée du populisme et du tropisme russe et chinois, invite à une réflexion approfondie sur la nature des transformations qui ont eu lieu dans les derniers 25 ans au sein de ces sociétés. Quel est donc le bilan de la transition dans les pays de l’Europe centrale et orientale? Existe-t-il une typologie des modèles de passage du socialisme à la démocratie, et respectivement, de l’économie planifiée à l’économie de marché? Est-ce qu’il y a un parallélisme obligatoire entre la transition économique, politique et géopolitique? Peut-on encore parler de la
dépendance de sentier en ce qui concerne l’évolution post-communiste de ces pays? Est-ce qu’il y a des spécificités des systèmes politiques et économiques qui ont résulté des transitions dans les PECO? Quel impact l’intégration à l’UE a-t-elle exercé sur ces trajectoires nationales ? Pour la période à venir, quelles formes d’intégration et d’intervention économique alternatives pourraient être envisagées pour mieux insérer et renforcer les régimes de croissance des économies de la région ?

2. Quel agenda pour les futurs élargissements?

Dans les conditions où les résultats des processus d’européanisation et de convergence dans les nouveaux pays membres de l’Union européenne sont plutôt mitigés, une
question qui se pose de manière pertinente concerne l’avenir de l’élargissement de l’Union européenne. D’un côté, les pressions pour l’élargissement continuent d’être grandes : les Balkans occidentaux restent une enclave difficile à gérer en tant que telle, mais aussi difficile à intégrer. L’Est du continent pose des problèmes géopolitiques qui dépassent certainement les défis d’ordre économique, et l’intégration européenne des pays comme la Moldavie ou l’Ukraine semble être la seule solution qui puisse les mettre à l’abri de l’extension de la sphère d’influence russe. De l’autre côte, la fatigue de l’élargissement a marqué l’UE à tel point que la continuation de ce processus semble peu faisable : il n’est pas une priorité sur l’agenda actuel de l’Union. Tout cela soulève des questions sur les possibles scénarios d’avenir des relations entre l’UE et les Balkans occidentaux et l’Est européen. Quelles sont les alternatives à l’intégration européenne pour les pays des Balkans occidentaux et de l’Europe orientale? Est-il possible d’envisager des formes de coopération économique et politique qui puissent faire contrepoids tant à l’UE, qu’à l’Union Douanière promue par la Fédération Russe? Quelle est la forme de coopération entre l’UE et les autre pays appartenant au continent européen qui soit convenable pour toutes les parties?

3. Restructurations, attractivité des IDE et émergence de nouvelles spécialisations.

L’enjeu de l’intégration des nouveaux (et futurs) pays membres a trait à leur capacité à supporter durablement la concurrence avec les économies plus développées de l’UE-15. Ceci s’est réalisé par le lancement d’ambitieux programme de restructuration des actifs publics (entreprises d’État), voire leur liquidation, par la création ex-nihilo de PME, par l’entrée des firmes étrangères dans le capital de ces firmes sous forme de contrôle majoritaire ou absolu ou bien d’investissements vierges dans la presque totalité des secteurs à l’exception de ceux qui sont demeurés protégés (biens publics, énergie). En même temps, ce processus a pu mobiliser les avantages comparatifs existants et latents. On se propose dans ce panel d’aborder plusieurs points : l’impact des restructurations sur la mise à niveau et les performances des firmes, leur insertion et leur contribution au développement de spécialisation existantes et à venir, leur contribution au renforcement de chaînes de valeur régionale. Une autre interrogation concerne les conditions d’émergence d’un pôle industriel régional autour de quelques industries sur le flanc sud de l’Europe élargie. On s’interrogera sur les contours du nouveau système industriel qui se développe, sa dépendance vis-à -vis de l’UE-15. Enfin, on questionnera, en lien avec le poids des IDE dans la richesse nationale, la contribution (directe ou indirecte) des investisseurs étrangers à la définition des politiques publiques, et en contrepoint la capacité des forces sociales à favoriser la promotion de l’investissement social (éducation, protection sociale, etc.), et l’amélioration des conditions d’emploi.

Les organisateurs invitent des contributions sur ces trois axes de réflexion. Les résumés (environ 500 mots) doivent être envoyés aux adresses suivantes: xrichet@gmail.comruxandra.ivan@fspub.unibuc.ro avant le 15 juin 2015. Les auteurs des papiers acceptés seront notifiés avant le 30 juin.