Séminaire 2015-2016

3Histoire comparée de l’Europe centrale de 1700 à nos jours. Etats, populations, identités et territoires (2015-2016)

Séminaire doctoral, post-doctoral et de recherche organisé par Marie-Elizabeth Ducreux, directrice de recherche au CNRS, EHESS/CRH, Christine Lebeau, professeur à l’université de Paris I, et Antoine Marès, professeur à l’université de Paris I.

Lieu : Université Paris I Panthéon-Sorbonne – 1 rue Victor Cousin – galerie Dumas – escalier L, 1er étage, salle F 604

14 octobre 2015

Pourquoi des biographies centre-européennes dans un environnement historiographique français ? (Epoque moderne et contemporaine)

Autour de la parution récente de trois biographies de chefs d’Etat et de souverain, celles d’Eduard Beneš par Antoine Marès (Paris, Belin 2015), de Miklós Horthy par Catherine Horel (Paris, Belin 2014), et de Ferdinand Ier de Habsbourg par Claude Michaud (Paris, Honoré Champion 2013) sera abordée la question de l’écriture de la biographie et de son public.

Discutant : Marie-Elizabeth Ducreux, directrice de recherche au CNRS, EHESS/CRH

18 novembre 2015

Witold Griot, doctorant à Paris 1, Un exemple de la politique d’intégration des populations autochtones des territoires recouvrés : le cas des Slovinces de Poméranie.

Le cas des Slovinces de Poméranie est un exemple extrême de la politique du régime communiste polonais à l’égard des populations qu’il appelle autochtones (c’est-à-dire les populations polonaises ou supposées apparentées qui habitaient dans les territoires recouvrés aux côtés des Allemands jusqu’en 1945). En effet, ces populations sont perçues de manière contradictoire : en théorie et dans les discours, elles sont portées aux nues par le régime qui en fait des héros de la résistance polonaise au Drang nach Osten, preuves du substrat polonais de ces territoires du point de vue ethnique. Néanmoins, dans les faits et à travers la coexistence avec les Polonais s’installant dans ces nouvelles régions, ces populations sont considérées avec méfiance car leur polonité est sujette à caution, et on les confond souvent avec des Allemands, ce qui vaut à certains de leurs membres de subir le sort de ces derniers, (répressions voire transferts hors de Pologne). Entre mythes et bavures, il s’agira alors d’essayer de retracer le sort de cette population de quelques centaines de personnes de 1945 à 1956 en voyant comment, bien souvent, ce qui devait être une intégration est devenu exclusion.

Discutant : à préciser

16 décembre 2015

Etienne Boisserie, Maître de conférences à l’INALCO, Paris : L’historiographie tchèque de la Grande Guerre: construction, dynamiques et perspectives de recherche.

L’historiographie tchèque de la Grande Guerre connaît depuis une dizaine d’années un renouvellement considérable de ses axes de recherche et de ses objets. Longtemps dominée par une approche primordialement politique et diplomatique qui tient à la construction des paradigmes historiques tchécoslovaques et plonge ses racines dans l’immédiat après-guerre, elle s’ouvre désormais à des champs d’histoire culturelle qui empruntent aux modèles historiographiques d’autres belligérants. L’objet de ce séminaire est de revenir sur les grands temps de la structuration d’un récit de la Grande Guerre comme objet politique et historiographique en Tchécoslovaquie, de replacer les évolutions et inflexions récentes dans une perspective comparée de dynamiques des études sur l’Autriche-Hongrie dans la Grande Guerre et d’ouvrir une réflexion sur les pistes désormais ouvertes et les possibles renouvellements d’approches canoniques. Les évolutions propres aux travaux slovaques seront sollicitées à titre de comparaison.

Discutant : Antoine Marès, professeur à l’Université Panthéon-Sorbonne

20 janvier 2016

Ferenc Tóth, professeur à l’université de Szombathely : Charles V de Lorraine témoin de l’histoire hongroise à la fin du XVIIe siècle

La personne du duc Charles V de Lorraine est étroitement liée à l’histoire de la Hongrie moderne, en particulier à cause de son rôle joué dans la reprise de la ville de Bude (1686) et dans la reconquête du pays sur les Turcs. Charles V de Lorraine est le fils de Nicolas-François de Vaudémont et de Claude de Lorraine qui s’enfuirent en 1634 en Italie, puis à Vienne. Comme la Lorraine était occupée par les troupes françaises, le jeune homme vécut à Vienne à la cour de l’Empereur Léopold Ier qui lui donna une formation digne d’un futur souverain. Ensuite, il partit avec son père à Paris où il passa quelques années à la cour royale. Peu avant sa mort, le duc Charles IV conclut avec Louis XIV le traité dit de Montmartre (6 février 1662), par lequel il lui remettait ses duchés tout en s’en réservant la souveraineté nominale jusqu’à sa mort. Profondément déçu du comportement de son oncle et du roi de France, le jour suivant, le jeune Charles de Lorraine quitta définitivement Paris et s’engagea au service de l’Empereur. Il participa à la bataille de Saint-Gotthard, le premier août 1664, où il se distingua. En 1675, il fut nommé généralissime des armées impériales et prit aussi le titre de duc de Lorraine et de Bar, car son oncle était mort la même année. Toutes les puissances européennes le reconnurent comme tel, à l’exception de la France, qui occupait les duchés à cette époque. Il en résulta son surnom : le duc sans duchés. En septembre 1683, il contribua à la libération de la ville de Vienne avec le roi Jean III Sobieski. Ensuite, il mena plusieurs campagnes dans la Hongrie occupée par les Turcs et se distingua dans la reconquête de ce pays. Le but de notre intervention est d’expliquer le rôle joué par Charles V dans la reconquête de la Hongrie ainsi que dans la formation d’un nouveau système de relations entre la Hongrie et l’Empire des Habsbourg. Grâce à son Journal, nous pouvons avoir une vue plus détaillée sur le parcours militaire et politique de Charles V de Lorraine qui était un des plus importants acteurs de la libération de la Hongrie sur les Turcs. Il nous permet de mieux comprendre les activités spécifiques du duc dans l’organisation et le commandement de l’armée, ainsi que son rôle politique comme chef d’armée. Son Testament politique, un recueil de pensées et de recommandations pour le gouvernement intérieur et extérieur de la Monarchie des Habsbourg,  eut même une influence sur les réformes de Marie-Thérèse et de Joseph II.

Discutant : à préciser

17 février 2016

Paul Lenormand, doctorant à Sciences Po : Les officiers d’éducation et la diffusion d’une nouvelle culture militaire en Tchécoslovaquie après la Seconde Guerre mondiale

Discutant : Jean-Christophe Romer, professeur à l’université de Strasbourg

16 mars 2016

Justine Faure, MCF HDR à Strasbourg : La construction des savoirs américains sur l’Europe centrale

Discutant : à préciser

13 avril 2016

Anne Madelain (docteur en histoire, EHESS) : Une expérience française des Balkans ? Ruptures d’intelligibilité  et mobilisations citoyennes face aux “crises” roumaine et yougoslaves (1989-1999)

Discutant : à préciser

18 mai 2016

Nicolas Richard, Fondation Thiers et CERHIO (Université de Rennes II) : Treize thèses sur l’histoire du changement religieux en Bohême (Concile de Trente-fin XVIIe siècle)

Le but de cette intervention sera de présenter une thèse soutenue en décembre 2013 (Université Charles de Prague et Paris-Sorbonne). Son titre était “Clergé paroissial et changement religieux dans l’archidiocèse de Prague du Concile de Trente à la fin du XVIIe siècle”. Le propos suivra l’ordre des treize chapitres. Il s’agira tout d’abord d’étudier la volonté catholique de réforme religieuse du royaume de Bohême, entre le Concile de Trente et les années 1620. Ensuite, on verra l’application de cette réforme, en particulier pendant les années cruciales de la guerre de Trente ans. Enfin, on se penchera sur la façon dont la population, peu à peu, se réapproprie la doctrine enseignée.

Discutante : Marie-Elizabeth Ducreux, directrice de recherche au CNRS, EHESS/CRH

25 mai ou 9 juin 2016

Catherine de Montlibert, Chercheur au CEMI –EHESS et au Ministère de la Défense

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *