SÉM: Histoire comparée de l’Europe centrale de 1700 à nos jours. États, identités, populations et territoires

La prochaine séance du séminaire 2016-2017  « Histoire comparée de l’Europe centrale de 1700 à nos jours. Etats, populations, identités et territoires » aura lieu vendredi 21 avril 2017 de 15h 30 à 18h 30 au Centre d’histoire de l’Europe centrale contemporaine de l’Université Paris I (1, rue Victor Cousin, galerie Dumas, escalier L, 1er étage, en salle F 604).
Thème de la séance: Religion et Politique : la papauté, les évêques, la monarchie des Habsbourg, les Etats et les nations.

Les interactions entre pouvoirs politiques, ecclésiastiques et acteurs locaux, d’une part, de l’autre la papauté, ses interventions et son action ans les pays de l’Europe centrale, avant et après la constitution des Etats et des nations modernes, seront au centre de cette séance. Elles seront abordées par deux exposés différents :

-Marie-Elizabeth Ducreux, directrice de recherche au CNRS, Centre de Recherches Historiques, EHESS: Traditions locales, dévotions dynastiques, jeu des acteurs : le culte des saints peut-il informer sur histoire des cultes, des interactions des pouvoirs et des normes, et des recompositions des rapports au passé dans le présent?

Résumé :Si les souverains Habsbourg du XVIIe siècle ont cherché à incarner le modèle du Prince chrétien, et bien qu’ils aient alors réimposé la religion catholique ou affirmé sa prééminence sur les autres dans leurs États d’Europe centrale, ils furent loin de s’aligner sur les politiques des papes et de la Curie romaine, ce qui est mieux connu pour le XVIIIe siècle à partir des règnes des souverains «éclairés », Marie-Thérèse et Joseph II. Cela est sensible également dans le domaine de la police des cultes et dans la prescription de fêtes. Pendant la même période, cependant, les procédures de canonisation et de reconnaissance de sainteté, d’une part, de l’autre le caractère de norme universelle conféré à trois livres liturgiques romains après le Concile de Trente conduisirent les évêques à demander la réapprobation des calendrier liturgiques et des textes des offices des fêtes « propres » à leurs diocèses, c’est-à-dire les fêtes locales. Or, ils durent composer avec de nombreux acteurs et contraintes (canonico-juridiques et liturgiques, revendications de préséance de la tradition sur la nouveauté, contraintes d’ordre social aussi avec la nécessité économique de ne pas multiplier les jours chômés). Ces conflits de normes et de pouvoirs aboutirent souvent à des relectures originales de traditions qui redéfinirent, entre autres, le culte de saints patrons avec lesquels une identification des habitants pouvait se trouver réaffirmée et renforcée à une époque pré-nationale.

-Laura Pettinaroli, maître de conférences à l’Institut Catholique de Paris : Les nouveaux États d’Europe centrale et l’Église catholique après la Première Guerre mondiale : bilan historiographique après l’ouverture des archives Pie XI et perspectives pour une histoire comparée

Résumé: Cette intervention propose un bilan d’étape des travaux réalisés sur l’Église catholique et les États d’Europe centrale à partir des archives Pie XI, ouvertes en 2006. On se demandera ce qu’apportent les archives romaines à la connaissance de cette question, notamment dans une perspective d’histoire comparée. Le propos vise plus largement à faire connaître une historiographie dynamique, en profond renouvellement générationnel, et à présenter les sources romaines, souvent très riches, sollicitées par ces études.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *